Thérèse Aubert
 

 

Texte dit sur le CD Veillie normaunde :
Corner et pénalty

 


Membre de l'association Prêchi Normaund

 

Les brèves de Thérèse : Corner et Pénalty.

Histoires recueillies, adaptées et traduites par Isabelle Lequertier.

Noute amin-e Thérèse, o prêche reide byin. Et pis fâot veî coume sa maison est byin teneue. Ol a tréjous étaé d’excaès quoeurue à la tâche. D’aveu sa faisaunche vali, cha lyi faisait byin de l’ouvrage. D’outaunt qu’ol avait déeus petiots eun miot invectis qui viyaient paé le moment qué d’yête à patrailli dehors pour se racachi vatraés coume des vilouns  !
Eun coup qu’il avaient fait des patroueleries dauns le mitaun de l’aire, o les envyit se muchi dauns leus chaumbre. Cha qui les erjuit le pus, cha feut de loupaer le match de foot qu’il éraient taunt voulu guetti  ! Thérèse en profitit pour arnettier sen aire : balaiyi, torchi, lavechinaer, à la fin ol était arnaée, lassaée. O pensit  paé même à froumaer la luquerne dé la télé qui restit à builli dauns la carre de l’aire.
A penne défroumaés, les déeus frelaumpyis lyi demaundîtent qui qu'étaient les syins qu’avaient gangni. Si vous criyiz que j’avais que cha à faire, j’en i seument ryin veu. Tout cha ce que j’i armerqui, ch’est qu’i jouent byin muus que vous, Corner et Pénalty !"

Notre amie Thérèse parle très bien le normand. Et puis son intérieur est toujours impeccablement tenu. Elle a toujours été très courageuse. Avec sa ferme, elle avait beaucoup de travail. De surcroît, elle avait deux enfants un peu dissipés qui ne rêvaient que de galoper dehors pour rentrer tout crottés !
Un jour qu'ils avaient sali la maison, elle les envoya dans leur chambre. Ce qui les ennuya le plus, ce fut de manquer le match de foot qu'ils désiraient tant regarder ! Thérèse en profita pour nettoyer son sol: balayer, essuyer, rincer, à la fin elle était bien fatiguée. Elle ne pensa même pas à éteindre la télévision qui resta à causer dans le coin de la pièce. A peine sortis, les deux galopins lui demandèrent lesquels avaient gagné.
"Si vous croyez que je n'avais que cela à faire, je n'en ai même rien vu. Tout ce que je sais, c'est qu'ils jouent beaucoup mieux que vous, Corner et Pénalty !



Les brèves de Thérèse : Louisot.


Louisot, eun petit Parigot, aimait d’excaès ses vacaunches tcheu sen cousin ratibus dauns les marais de Quéraunte. Les déeus petiots rentraient souvent byin vatraés et rasséquaient le bas de leus tchulotte dauns la cheminaée. Cha que Louisot aimait pus que touot, ch’était noute prêchi. Et coume il était reide fûtaé et qu’i maunquait ni de coumprénette ni d’artenette, en eun ryin de temps, i feut dauns le cas de prêchi coume les syins d’ichin.
Eune arlevaée qu’i faisaient séqui les tchulottes dauns l’âte d’aveu le quyin oû mitaun d’yeus, i s’ébraiholit : « Guette, veilà le tchu du quyin qui tchut  ! » (prononcer : le tchu du tchi qui tchu)"

Louisot, un petit Parisien, adorait passer ses vacances chez son cousin à la lisière des marais de Carentan. Les deux enfants rentraient souvent bien sales et faisaient sécher le bas de leur pantalon dans la cheminée. Ce que Louisot aimait par-dessus tout, c'était notre parler. Et comme il était très malin et qu'il comprenait vite et retenait facilement, il fut très vite capable de parler comme les autochtones.
Un après-midi qu'ils faisaient sécher leurs pantalons dans l'âtre avec le chien entre eux deux, il s'exclama: "Regarde, voilà le cul du chien qui cuit !"