Noms normands des communes de Normandie
 
Cette rubrique concerne les villes et les villages qui ont souhaité présenter leur nom normand dans leurs panneaux communaux. Certes, la liste est encore courte... Toutefois, beaucoup d'élus réfléchissent à cette orientation et cette page ne pourra donc que s'allonger. Notons que les départements normands n'acceptent pas (encore) la pose de ces panneaux en dessous des "officiels", à la différence des départements bretons.



Rhomevâ, la superbe !
hemevez
Après Barflleu (Barfleur) dans la Manche et Brétot (Brestot) dans l'Eure, Rhomevâ (Hémevez) rejoint les communes qui optent pour la promotion de leur nom d'origine en normand. (2015)

Barflleu à la une
charles birette
Michel Mauger, maire de Barfleur, a souhaité promouvoir le nom normand de sa commune : Barflleu (prononcez Barfieu). De cette magnifique cité, Guillaume le Conquérant a rejoint l'Angleterre au 11e siècle à bord de la Mora pour en devenir le roi après quelques règlements de comptes... Barflleu est aujourd'hui classé parmi les "plus beaux villages de France", ce qui se comprend aisément.
Brestot (Eure) / Brétot en normand fut la première commune à promouvoir son nom normand.
Notons que France3 Basse-Normandie a aussi consacré un reportage télé à ce sujet le 17/7.

photo La Presse de la Manche - 2015

Brétot : la cité pionnière !
La commune de Brétot (qui s'écrit actuellement Brestot) a voté la pose de 6 panneaux en entrée de ville. Voici une photo avec Daniel Leduc, conseiller municipal, et Pascal Grange, président de l'association La Chouque.
Brétot a été la première commune de Normandie à retrouver son nom normand : elle entre donc dans l'Histoire !

"Bricbé" au Journal de France 3
Magène a déposé une demande auprès du maire de Bricquebec (siège de notre association) afin d'installer un double panneau d'entrée de commune français/normand.
Rémi Pézeril, président de Magène, défend en effet l'idée d'un panneau "Bricbé" (nom normand) en doublon du panneau Bricquebec (nom français). Hum, ce n'est pas gagné car le maire, Patrick Pillet, n'y est pas favorable "sachant que la langue normande ne se développe pas". En tout cas, le débat est ouvert et pourrait s'étendre à toute la Normandie. Notre télévision régionale a relayé cette information et Chaunu, le caricaturiste du journal, s'est amusé de la situation : "Bricbé-é-é-é-é n'est-il pas un cri de chèvre ?"  DB

Ah, non, Bricquebec ne veut pas s'appeler ...Bricbé !
bricbe
C'est pourtant son vrai nom normand. Malgré tous ses efforts, Rémi Pézeril n'a pas réussi à convaincre le maire de la commune d'ajouter ce nom normand à son nom français. Les arguments sont habituels : "il faudrait que les autres communes ajoutent aussi leur nom en normand", "ça coûte cher", "ça ne sert à rien"... Diable, faisons table rase de notre culture et du passé et, pour gagner du temps, mettons-nous immédiatement à l'anglais et au mandarin. D.B.
Pour info, notre association Magène a son siège à Bricquebec.
Photo Ouest-France