Janine Corbin
 

 

 


Membre de l'association Magène

 

L'irangnie


J'soumes où meis d'octobre.
La nyit timbe à couop. La freid itou.
Acatounaée dauns men fâoteu, j'guette la télé.
Vère ! Quand no-z est touot seu, parfeis cha passe lé temps.
Même si, d'aucuns couops, cha vous éluge.
Eh byin, vei-ous, dreit sus l'couop de neuf heures, la v'la qui se démuche dé d'ssous l'ormouère.
Ch'est Pénélope que j' la noume, rapport à s' n oro.
O couort l'aire en daunchaunt sus ses graundes patte. O fait mène d'yête pressie d' fam pis, touot à tra, o s' butte où pyid du mû, coume s'ol avait pou.

Damme, ol a byin d' quei avei pou !
J' m'arsouvyins qu'eun jou qu' men houme 'tait byin mâ, j'en avisis ieune touote grosse et touote neire, juquie sus m' n épâole.
D'eun couop de coulère, j' l'évalinguis par terre et j' la pilâcris.
J'en érais byin tuaé set d'eun couop, coume Rolaund vaillaunt, j' vous l' câotioune.
Qui qui m 'happit d'ébllaqui chu pouore baête ? Seu qu'o n'y était pouor ryin du mâovais mâ d' men Cllaude. Mais j' créiais l'entenre prêchi d' malheu, ch'est pourqui.
Ampraès cha, j'en tuis, à r'tou d' jous, eune trivelanne d'âotes.
D'aveu de l'iâo câode, dauns la pyire du lévier.
D'aveu l' bouéssoun à guichoun ou la taête dé louop, ou byin n'importe qui.
Et pis, eun jou qu' j'étais lô à guetti chu pouor petit corps touot croqui des pattes, i m' vint l'idâée qu' ch'est d'excès c'mode de les minchi.
Ch'est sauns défense, pardyi. Lus seu ohi, ch'est-i paé d'yête vilannes ?
Mais si no devait tuaer touos les syins qui n'ount paé bouone mène, ioù qu' no-z irait, parsaundyi !
D'eun sens, i vâorait muus agonin les syins qui rapsounent : "irangnie du matin : chagrin". Fâot-i yête baête ! Fâot-i yête niot ! Coume de digouési sus eun neir cat, eun crapiâo, eune effraie ou byin eun mouroun que no troue sus noute quémin.

Achteu, véi-ous, mais que je crouèse eune irangnie oû matin dauns quique endreit, j 'lli dit : "Te v'la, Pénélope ! Tâche doun d'yête aco là sus l'couop d' médyi, pou m' dire que j' vas avei du pllaisi !"
Et où sei, s'ol est paé muchie, je m' prends à espéraer d' la jouée et du pllaisi pou l' lendeman. !
Ch'est eun brin niot itou, parai, mais cha n' porte paé de ma à persoune, est-che paé ?