Côtis-Capel
        portrait        film J. Jean        livre C. Cerisier        hommage A. Allain

 

Textes chantés par Magène :
Le rot de la mé
La mâove
Daunchent files et garçons
Rouogie du sei
Abres
Dauns men prêchi
Ma vie coume eun baté
Le baté a ma
Jobouorg
Marie Digard

Boués-jaun
Péris en mé
Dors-tei
A touos vents
Les bochus
Men frère
Coume la mé
Nous mans

 


Côtis-Capel (1915-1986) fait partie, avec Marcel Dalarun, des plus grands poètes en langue normande contemporains. De son vrai nom Albert Lohier, il fut à la fois pêcheur, puis gérant de coopérative de pêche, prêtre et écrivain. Cette existence à plusieurs facettes lui donna la faculté d'observer la vie de ses semblables avec un regard profondément humain. C'est pourquoi son oeuvre (5 recueils édités) est si attachante. Magène a mis 13 de ses textes en musique et d'autres chansons sont en préparation. Les oeuvres du poète demeurent présentes dans tous les enregistrements du groupe.
L'abbé Charles Cerisier, qui fut l'ami très proche du poète, a insisté sur sa dimension humaine, sa foi au service de ses semblables, son engagement social. Son livre "J'ai gardé le cap" nous apprend beaucoup de choses sur cet homme hors du commun, un cas unique de prêtre marin poète ! DB

Alex Boivin, journaliste, nous apporte les précisions suivantes sur la photo ci-dessus :
" Elle a été prise au mois d'août 1982, lors de la kermesse d'Urville-Nacqueville. Curieusement, Albert est devant l'école d'Urville, que l'on baptisera, quelques années après, école Côtis-Capel. "



5 nouveaux titres en 2014

le CD de Magène "Je syis magnifique" propose 5 chansons de notre poète dont "Les bochus", un titre que Théo interprète depuis longtemps et qui n'avait jamais été enregistré et "A touos vents", paroles sublimes qui ouvrent le disque.

Des nouvelles chansons de Côtis-Capel enregistrées en 2011

Vous êtes nombreux à dire que l'oeuvre de Côtis-Capel doit être encore mieux connue et partagée. Théo Capelle, qui porte si haut les mots du poète, a enregistré "Péris en mé" et "Boués-jaun", deux nouveaux titres, sur le CD de Magène "La dentelyire". Ces deux chansons connaissent un gros succès dans le spectacle actuel de Théo.

A Gravage - 1965


Il y a des bonhommes qui meurent et ne sont jamais vraiment enterrés. Il y a des gars à sillage. Albert Lohier a mis " sac à terre " voilà longtemps. Il s'est éteint en 1986. Et pourtant, beaucoup pensent encore à lui, dans le Cotentin, le petit pays fiché en mer, à la proue du monde. Certains le chantent. D'autres le récitent. Des étudiants en dialectologie normande de Caen décortiquent ses six ouvrages, tous écrits en patois de la Hague. Jamais avant lui on n'avait aussi bien agencé les mots, les tournures, les images dans cette vieille langue.
François Simon, Ouest-France 24 mars 2008.    


Alain LAMBERT, qui a lui aussi bien connu Côtis-Capel,
nous confie un témoignage intéressant :


Quiqu'mots ryin qu'pouor dyire que cha m'a fait byin du pllaisi d'arrivo sus l'site de Magene, d'vei si y a du nouvé ou pais, d'ouir lus caunchouns, et itou la voué du pèr'Louis en train d'luure l'pouème dé Côtis-Capé, l'rôt d'la mé. ( Parait qu'pouor des histouères de dreits, no n'pouorra pu ouir chu pouème lo sus l'site de Magène, ch'est byin dommage, ne trouov'ouos po, les amins?)
Aundré Louis, l'était mon maît'd'école en CM2, à Tchidbouorg, un maît' byin républlicain qui nous r'prénait quaund no dysait des souliers "neus", mais qui tcheu li fachonnait l'premyi roman en loceis ("Zabeth", réédité aux Ed. Le Lanchon en 1999), qu'j'avaons luusu, les geins d'ichin, un miot pus tard avec graund pllaisi et graund'fyirti.
L'annae du bachot, si j'm'en souovyins byin, d'aveu l'amin Jeaun Pyire Mabire, j'allions à l'UPC, mais pô à Caen coume achteu. Ryin à vei, ma fei d'du! Ch'était vers 1973, l'université populaire du Cotentin, à Tchidbouorg, d'aveu l'père Louis et Côticapé, où j'appenions un p'tit miot du loceis d'mes Graunds et d'ma couseine Louise, de Theurtéville, qui n'préchait qu'en patouès quand no la visitait, ch'tilo du Val dé Saire, y où qu'no prêche la fin des verbes en "o".
Je m'souovyins itou que j'passo vei Côtis-Capé à son travâ à Socopêche, sus le qu'min pouor allo tcheu mei, juste amprès l'pont touornaunt, par chi par lo pour dyire boujou. L'père Louis m'avait corrigé déeus-treis pouoèmes que j'avais fait alors et publié "La faête à la ville" dans le PTPN dl'a Noué 1973. J'peux byin l' retrouovaer pouor eun préchain couop.
Pis j'soumes partis d'nout'Cotentin, Jeaun Pyire pouor alla sus Paris, mei sus Caen où j'syis tréjouo. Mes Graunds et ma couseine Louise sount passos, mais j'garde un p'tit miot d'men loceis pouor l'pllaisi, l'pp'tit miot qu'j'ai apprins de ch'temps lo.Vouol'ouos byin m'pardounnaer les faôtes.
Boujou et à byintôt. Allan Laimbert - avril 05