Maurice Fichet
 

 

 


Maurice Fichet
Cet écrivain contemporain, déjà confirmé comme le prouve sa bibliographie ci-dessous, est né en 1943, à Gatteville-Phare. C'est à Réville, petite commune du Val de Saire, qu'il a grandi et pratiqué naturellement le normand qui était alors la langue usuelle. Il fut enseignant, principalement au collège de Lessay. Il vit désormais dans la région de Caen.
Sa connaissance "pointue" de la langue normande authentique le situe parmi les auteurs de référence de notre époque.

 

Ce 2e tome de Bouone et Bouonotte
est disponible dans notre boutique.

 

Bouone et Bouonotte (Bonne et Bonnotte) -2012- c'est l'histoire d’une famille du XIXe s. en Val-de-Saire. Roman bilingue (normand page droite et français page gauche).
Maurice Fichet est comme Obélix : il est tombé dans la potion magique ...de la langue de ses grands-parents. Tout jeune, il a vécu avec eux à Réville (et dans le phare de Gatteville pendant les vacances), thème de son premier livre "Mes gens" (épuisé). Puis les rôles se sont inversés avec "Cllémence, le vilan à pépère !" (presque épuisé). La vie de Bouone est à peine romancée, l’auteur décrit mariages et travaux agricoles avec la précision d’un ethnographe et un vocabulaire savoureux.
Bonus : Une dizaine d’histouères en fin d’ouvrage !

 

Autres ouvrages publiés par Maurice Fichet :

  • De Lolita à la Feuillie
    Histoire d'un paisible village de la Manche.


  • Mes gens
    Souvenirs de famille - 120 pages - édition bilingue.
    Quatre personnes y sont décrites, Rismond le gardien de phare, la mère Gugu, arrière grand-mère de l'auteur, Drienne (Adrienne, "qu'a tréjous-z-eu des pétiots tcheu lyi en pus des syins") et "M'n ounclle" : "Ah ! Ct'i lo, vous pouvaez paé le r'niaer, ch'est vous tout récopi que disaient les gens. Ch'est pouortaunt paé le myin, ch'est le syin à men frère que répounait m'n ounclle."


  • Cllémence, le vilan à Pépère
    (Clémence, le vilain de pépère) Histoires en normand.
    C'est le titre étrange du récit d'introduction de ce recueil de 18 histoires bilingues (146 pages, autoédition en 2002). "Ch'est pouortaunt eune reide joulie petiote."
    Les thèmes sont variés : souvenirs d'enfance, voyage en Afrique, surnoms (Les inochents de la Feuillie), dialogues lors d'une partie de cartes... et Clémence "qu'a la laungue byin rémoulue".
    L'humour imprégne ces récits,même lors des enterrements...Les textes de Maurice Fichet fourmillent d'expressions en normand souvent oubliées. Les personnages sont souvent truculents et attachants. Bref, un livre à déguster à pllennes goulaées.




Rismound


Rismound, ch'était men graund-père. Rismound, v'la eun petit noum que no veit paé touos les jouors. Pouor yête seur que no le noumerait tréjous coume chenna s'n ounclle li baillit que chu petit noum-lo.
Dauns sen janne temps, i restait d'aveu ses gens ; il avaient eune belle pâositioun oû found d'eun morcé de cache, sus le hâot du Mount Ferey. I trayaient quiques vaques et, fâot byin le dire, i faisaient guère d'embarras : ryin les empâosait de s'n allaer traire à dyis heures de sei. Cha allait paé tréjous dreit d'aveu les veisins pisque la couor 'tait en camérie. Pêqueus de sen métyi, il avait eune pllate à la Mare : i tendait quiques nases ou byin mayaundait quiques cllaies pouor happaer de la crevette, des réyaux et des houmards.
A ses vingt auns, i s'n allit faire sen temps dauns la marène rapport qu'il 'tait pêqueus.
Pouor ch'est qué de veî du pays, il en vit ! I feut parti quasiment quatre auns de temps et viagit jusqu'oû Japoun. Il écrivit paé à ses gens, cha oppâosit paé qu'i pensit à yeus pisqu'i leus ramenit eun biâo service à thé en porcelone dé Chine et treis joulies quillis en ergent de Nagasaki.
Sen temps finin, i reterrit à Touloun, s'racachit à Marsèle, linra sen bissa à la counsène de la gare Saint Charles, print sen billet pour Raéville et s'en feut magi s' n ergent.
Vos pensaez byin que cha tergit paé. Mais qu'i feut à tchu, i s'en revyint à Raéville, d'scendit du tue-vaques à la gare et s'n allit oû café veu qu'il 'tait pelaé de sei.
Vous saez byin cha que ch'est, les Raévillais qu'apportaient leus chous, ampraès avaer déchargi la maringote, s'en venaient prenre eune moque de beire oû café pouor se remâtaer. Touos, les uns ampraès les âotes, s'assyisaient à la tablle à Rismound.
"Te vl'a arvenun Rismound ! Cha fait eune bouone pâose que no t'avait veu ! Quatre auns ! Ch'est loung de faire sen temps ! T'as deu en veî du pays ! T'as 'taé oû Japoun ? Ch'a deit paé y'ête eun pays du c'mmun magène. Allez, la patroune, armettaez eune moque et pyis eun sou de café d'aveu eune démouéselle, de la bouone ! Probablle que no b'vait ni beire ni goutte dauns ches countraées-lo !"

Orismond

Orismond, c'était mon grand-père. Orismond, voilà un prénom que l'on ne rencontre pas souvent. Pour être sûr qu'on l'appellerait toujours ainsi, son oncle ne lui donna que ce prénom-là.
Quand il était jeune, il habitait avec ses parents ; ils avaient une belle ferme au bout d'une "chasse", sur le sommet du mont Ferey. Ils trayaient quelques vaches et, on peut le dire, ils travaillaient un peu en dilettante, ils allaient quelquefois traire vers 22 ou 23 heures. Les relations de voisinage n'étaient pas toujours très bonnes car les voisins disposaient d'un droit de passage dans leur cour. Orismond était pêcheur et avait une plate à la Mare, il tendait quelques nasses et quelques claies pour pêcher de la crevette, des araignées de mer ou des homards.
Quand il eut l'âge, comme il était pêcheur, il partit faire son service militaire dans la marine.
Pour voir du pays, il en vit. Il fut parti quatre ans et alla jusqu'au Japon. Il n'écrivit pas à ses parents, cela ne l'empêcha pas de penser à eux puisqu'il leur rapporta un beau service à thé en porcelaine de Chine et trois petites cuillères en argent de Nagasaki.
Son service terminé, il débarqua à Toulon, vint à Marseille, laissa son sac à la consigne de la gare Saint Charles, prit son billet pour Réville et s'en alla dépenser son argent.
Vous pensez bien que ça ne fut pas long. Quand il n'eut plus rien, il rentra à Réville, descendit du train à la gare et s'en alla au café car il avait très soif.
Vous vous doutez bien de ce qui arriva, les Révillais qui venaient expédier leurs choux, après avoir déchargé la voiture, venaient prendre une "moque" de cidre au café pour se ragaillardir. Tous les uns après les autres s'asseyaient à la table d'Orismond.
"Te voilà rentré Orismond ! ça fait un bon moment qu'on ne t'avait vu ! Quatre ans ! C'est long le service militaire ! Tu as dû en voir du pays ! Tu es allé au Japon ? Un pays bizarre, probablement ! Allez la patronne resservez-nous une "moque" de cidre et un café avec une mesure d'eau-de-vie et de la bonne ! On ne buvait sans doute ni cidre ni calvados dans ces pays-là. "