Fernand Lechanteur (Gires Ganne)
        portrait              concours 2009/2010

 

Textes chantés par Magène :
Manoun des Hâots-vents
Es set vents
Les petites gens

 


Fernand Lechanteur (1910-1971) fut professeur d'allemand (agrégé en 1939), proviseur du lycée Le Verrier de Saint-Lô, puis du lycée Malherbe de Caen. Linguiste de réputation internationale, ardent militant de la défense de la langue normande, il mit au point l'orthographe normande unifiée qui fait toujours référence aujourd'hui. Il fut le fondateur, en 1968, de l'association "Parlers et traditions populaires de Normandie".
Il fut aussi poète sous le pseudonyme de Gires Ganne. Si sa production poétique est fort qualitative, elle est toutefois limitée, car inachevée. Ses oeuvres ont été rassemblées dans un seul volume, "Es set vents du Cotentin", paru en 1972.
Par ailleurs, un mémorial créé à la pointe d’Agon (Manche) en 1976 évoque son souvenir. Il symbolise une embarcation de pierres levées, telles que l’on en remarque encore dans les pays scandinaves.


 Concours "L'année de Gires Ganne"

Gires Ganne a certainement voulu écrire un poème pour chaque mois de l'année. La vie ne lui a pas laissé ce loisir et seuls 4 mois ont été achevés (janvier et février ci-dessous, juin et novembre). Rémi Pézeril vous propose de relever un challenge : continuer ce travail ! Les meilleurs poèmes sont publiés ici, dans ce site, et/ou dans la Voix du Donjon.

Gires Ganne

A la mannyire dé Gires Ganne


  V'chin déeus pouèmes de Gires Ganne : Jaunvyi et Févryi. Noute pouête d'Agoun avait dauns l'idaée de pairaer eun pouème par saisoun, mais sen trépas bruta en 1971 l'a empôsaé de finin. No-z-a mais que Jaunvyi, Févryi, Juin (Les graunds quertis chergis d'mouéjâle...) et Novembe (Eun houme, avâo les caumps...).

   Ch't'ouovrage demeuraé dauns-par-où, ya-t-i quiqu'eun qu'ouserait l'aquevaer ?

  Oh-mais ! Cha n'est brin quemode !! Et pis no-z-a-t-i le dreit de faire du tort oû graund maîte ?

   Veî, ch'est reide seur, no peut dire cha, mais je vous câotioune -pou l'avaer couneu- qu'i nous érait byin encouragi à essayi. Cha li pllaisait de veî que des étudiaunts seient intéressis oû normaund, la laungue normaunde qu'i disait. Ses étudiaunts en dialectologie à l'université de Caen 'taient ses ammins sauns faire pus d'embarras, même coume mei si j'étiomes paé byin savaunts en "linguistique".

   Alors n'ayiz paé poue d' trachi des mots qui s'amouchèlent byin.
Fâot avaer eune bouone idaée magène : de quei qui vous armue oû dedauns de vous...
  La graphie ? No peut tréjous s'en dépatouilli !
  Luusaez ches déeus pouèmes, vos seraez surgoulaé !
Rémin Pézeri     

Envoyez-moi vos poèmes !                 Poèmes reçus



 

Jaunvyi


Eun mâovais rile
Souffle d' Nord-Êt
Et le bout des deigts
I vous brésile

Les caumps s'alouègnent
Souos l'cyil en fé
Coume bouguie d'freid
Eune vuule caunfouène
Drèche sa chimenaée
Qui n'a pus d'feu ;
D'minsère et d'deu
Ch'est eune journaée.

Touot counte la neue
Eun âbe siqui
A l'air pllaqui
Coume eune croué neue.

Eune pouore graund mère
(Iyoù qu'o va ?)
Coume eun vuus queva
Marche la terre.

Eune pie qui passe
Égache la mort.
Dites-mei de qui bord
Quiqu'eun trépasse ?

Les pouores gens plleurent ;
Deryire lus ridiâos
Coume des ouésiâos
Les vuules gens meurent.

Jaunvyi 1951

 

 

Févryi


L' cyil est gracieus coume eune herche
Et le temps douochâte coume du gârot.
La vuule graund mère qué le silenche berche
Suffâque et guette pa les carreaus.

Ryin dauns les pyiches, ryin dauns la cache,
- l' Bouon Dieu pleume ses ouées à leisi -
Et oûssi louen coume sen u trache
O n' veit âme vive achteu maisi.

La touo dé l'égllise digue toute dreite
Et souos le co qui guette él hâot-su
Ya eune empalauntaée d'câovettes
Neires coume des môques dauns du lait su.

La neue coume eune pouque étrillie
Dérouole la nige en graund doublli
Et la bouone fème triste et faillie
Pense oû drap qui deit l'enséveli.

Dormi, mouori, qui différenche ?
Quaund nou sert pus vâot muus yête mort.
Bouguie deryire la crouésie toute bllaunche
La pouore graund mère haoute et s'endort.

Févryi-octobe 1951
Aquevé lé jou du Byinhéreux Thoumas.

 

lire aussi Es set vents et La linsivyire