Gaspard Brey
 

 

Texte dit par Magène :
Men vuus douet

 


Gaspard Bray (1923-2005) est originaire du Val de Saire. Il vivait à Fierville-les-Mines au moment de sa retraite et participait aux réunions du groupe "Prêchi Normaund" de st-Georges. C'était un personnage très intéressant, voire passionnant, sachant dire les choses simplement.  O. Buttet

 

Eun sei d’hivé
Ch’est le sei ! La nyit cache le jou !
Dauns la chimenaée, no rabûque,
No rémôque, no digoune le feu,
Le syin qui rouogit dauns l’âtre,
Et pis le syin qu’est en dedauns,
Dauns noute quœu !
Ch’est lo que se mêlent bouonheus et malheus de la vie.
Le sei, cha rémôque des idaées
Qui vous happent sauns le vouli !
Les v’là qui nous révilent !v Ch’est coume eune mé qui ramounte
Et qui quérie de la broe et le rafrot du temps !
Devaunt le feu, no sent que no revit !
L’arryire-saisoun peut venin.
Le bouonhoume hivé peut mountraer sen naez,
Aveu l’iâo qui capuche sus la crouésie
Et le vent qui jonflle dauns la chimenaée,
Et la freid qui nous rend bâobe !
Pouortaunt, coume disait ma graund-mère :
« Qui freid qu’i fèche,
Dauns ten quœu, ya tréjous eun petit solé qui se déhale,
De la chaleu et du revi à dounaer
Oû syin qu’a pus freid que tei ! »
Veire, dauns la chimenaée, guette sous la chuque,
Ya enco de la braise
Mais guette byin dauns ten quœu
Ya petête enco eun miot de chaleu !
Magène byin quiqu’eun en a besouen :
Doune-li eun petit récâod !
Viy-ous, la nyit no creit que tout dorvâle
Mais nennin, noute chervé travâle.
Ch’est la nyit que no veit le muus la lumyire,
Ch’est la nyit que no veit cllai en dedauns de sei,
Ch’est la nyit que les pus belles idaées
Vous daunchent dauns la tête !
La nyit nous enfroume paé,
Ol ouvre les crouésies de la vie !
En rapsâodaunt tout chenna dauns ma pouore tête,
Je creis byin que ma laumpe est sus le bas.
Dauns la chimenaée, la chuque est pus que chendre.
Men quœu s’ébâobit
Mes urs s’embuent !
Cha y est ! Je creis byin que je vas m’endormin.

Coume mei, bouones gens, passaez eune bouone nyit !
Deman, à la crique du jouo, fâora s’évilli.
En vous déjuquaunt, vos seraez pllens de santaé
Pouo mouogi la vie à graundes goulaées.
Criyiz-mei, après la nyit, cha sera seurement
Eune byin belle journaée !
/