Mireille Gattepaille
 

 

Texte dit sur le CD Veillie normaunde :
A beire et à mouogi

 


Aujourd'hui en retraite, Mirèle Gattepaille a été institutrice à Rocheville, dans le nord du Cotentin. Elle a écrit une trentaine de textes. Ses récits vont de pair avec sa nature dynamique et sa joie de vivre. Plusieurs récits humoristiques ont déjà été retranscrits dans les numéros spéciaux en normand de la Voix du Donjon.
Pour la petite histoire, Mireille collectionne ...les perroquets ! la rumeur dit que certains parlent en normand, mais le secret est bien gardé.

 

Viva Corsica !


Samedi 27 d'âot 2005, 7 h à matin. Cha y est ! Nouos v'là partis ! Ah, mes pouors bouones gens, allaez-vous mé revei ? Si vos luusaez ch'te histouère ch'est que j'érai arvenun.

Sav-ous d'où vyint que j'i le trélu ? Ch'est que deman, à set heures de l'asseiraunce, je vas yête oblligie de me juqui dauns eun baté... et j'i poue de l'iâo.
Mei, cha que j'aime, ch'est l'aire des vaques. Quaund j'i les deus pyids ou les quate reues sus terre, touot va byin. Mais ne me prêchiz paé d'avei le tchu en l'air dauns eun aéropllane ou d'yête vouêchie dauns eun baté duraunt 12 heures ! Et ch'est pouortaunt cha qui va m'arrivaer deman. En bouone file de Tchidbouorg, ya que quaund i me plleut sus la gouole que cha me haîte brin. Pouor eune petite file de marin, petite nyiche de marin, petite couosène de péquous, ch'est guère honorifiaunt. Mais qui que vos v'laez, no s'arfait paé !

V'là coument que j'en sis arrivaée lo. J'i treis houmes qui ne tyinent brin en pllèche. Touos les auns, les v'là partis veî ch'qu'i ya oû bouot du mounde, coume si ichin yavait ryin de byin. Et padaunt chu temps-lo, la bouorgeouèse, qu'aime guère viagi, espère à la maison en panageaunt les avers…
En se racachaunt l'aun drényi, les petiots ount dit dé quei qui m'a fait reide pllaisi : " On passe toujours de bonnes vacances avec papa, mais maman n'est jamais là ". Oûssin, ch'te annaée, je leus i dit: " Pisque vo voulaez de mei, je vouos paie eun viage oû Tyrol ou en Corse ". Et byin seu, qui qu'il ount chouési ?... La Corse ! Taunt et si byin que jé me troue achteu sus la rouote du Su, les quenâles derryire nouos dauns nous roulottes à moteu. Ya ryin de muus que ches mécanniques-lo. No se bute quaund no veut. Allaez doun dire à eun coumaundaunt de baté ou d'avion que vo v'laez sitôt descenre... Paé quemode, ch'paé ? D'aveu nous bétallyires, paé besouen de hâlaer sus la pouengnie d'alarme. Et pis no peut routaer yoù que no veut. Guettaez, nouos, no prenra jammais l'autoroute. Prémyirement : ya ryin à veî. Déeusyimement : pouor nous banniâos, l'octroué est déeus couops pus chi ...et ch'est mei qui paie !
Taunt qué men houme counaît le quemin, j'i ryin à faire et je m'ennyie. Ch'est le moment d'écrire. Pus tard, quaund no sera tcheu les horsins, je pouorrai pus, veu que ch'est mei le G.P.S. Alors je les coundirai d'en par des petits quemins reide gentils. Je sais byin cha que dirount les mouojins dauns leus bérouette derryire : " On s'traîne... ! ". Fâot dire que je sis brin pressïe d'arrivaer...

Lundi 29, 9 heures dé la seiraée. Mes houmes jouent à la belote oû cllai de la pétoche dé noute camion. Cha va muus qu'hyir oû sei. Je deis dire qué le viage s'est byin passaé (ch'est reide doumage que no-z-en seit qu'à la mouétyi. Fâora recoumaunchi sammedi à venin).
Pouortaunt, eun couop, en pllenne nyit (no devait yête oû milleu de la mé) j'i trouaé que les mécanniques faisaient eun brit drôlu. Et le baté saquait à l'avaunt, saquait à l'arryire. Le quoeu se mint à mé buletaer. Pouor byin faire, eun petiot dauns la cabène d'à côtaé s'ébraillit. Je mé dis: " Cha y est ! Ya du chicâtu ! ". Nennin, touot était byin calme, sauf men houme qui rounfllait et qui prenait des couops de savates du graund qu'était juqui oû-dessus de li.
Lundi 5 dé s'tembe. Me r'veilà tcheu mei. Merci men Diou ! Ryin à dire sus le retou, veu que j'i dormin touot le loung du quemin padaunt que mes gâs et leus père faisaient la neuche dauns des salouns que no-z-érait creu faits pouor des roués.

Dyis jouors d'aveu mes fis, dyis jouors de solé et de mé câode, dyis jouors de cochounâle et de vin du payis, dyis jouors de pllaisi, cha ch'est seu... Mais no m'y reprenra paé !
A quiques jouors près, no véyait brin la Corse ou byin no pouvait paé se racachi. Ch'est la grève des matelots, les batiâos espèrent à quai et la coumpagnie S.N.C.M. prêche de froumaer. Je vouos l'avais byin dit que j'artournerais jammais ilo !