Henri Gogibu
 

 

Texte dit sur le CD Veillie normaunde :
Men vuus quêne

 


Henri Gogibu est membre des Amis du Donjon de Bricquebec.

 

 

Oh yes, ratchule !


Oh, ch’était dauns les annaées chinquaunte.
Réné Bottin halait du sablle à la mé aveu sen tracteur. Ch’était eune partie de sen otchupation car, tout janne, i ne faisait vali aveu sa mère qu’eun petit miot de terre qui nourrissait quate ou chin vaques. Ch’était byin des frais pouor si peu de terre mais quaund no-z-est janne tout ce qu’est nouvé qui pète et qui remue nous fait envie. Alors pouor payi sen engin, i s’était mins à halaer du sablle à la mé à Siouville. Il allait sus la grève, chergeait sa remorque, la remountait dauns le bord de la deune yoù qu’il avait eun petit dépôt. Et chu sablle, i le revendait és syins qu’en avaient bésouen.
Eun jou qu’il tait otchupaé à sen sablle, il avisit de louen eun troupé de gens à l’entou d’eune auto et d’âoqueuns qui faisaient de graunds sènes. I se détouornit pouor allaer veî.
Ch’était eun Amériquan qui, ne counaissaunt pas le daungi, s’était aventuraé sus la grève vers la basse-iâo aveu sa vouéture et s’y trouvait coulaé (à l’épocte, i restait enco quiques soldats qui gardaient les drényis dépôts de l’armaée et ch’t ichin, magène, faisait eun tou par tcheu nous.)
Touos les gens qui trafiquent à la mé ount tréjous eun câblle ou eune lie sus le naez de lus tracteur. Cha n’était pas le prémyi coup que cha yarrivait. I touornit, se mint devaunt la vouéture, sen janne frère qui l’aindiait avait prins le câblle, l’avait attaqui oû tchu de la remorque et tenait le bout pouor l’accrochi à l’auto mais le câblle était trop court ; le tracteur était trop avaunchi.
Alors il criyit à sen frère : « Ratchule, ratchule eun miot ! »
L’âote qui viyait la mé mountaer derryire sa vouéture et qu’était byin en souen d’yête halaé de là se mint à criaer li itou (petête pas aveu le même accent) : « Oh yes, ratchule, ratchule ! »

Y en a t-i qui dirount enco que noute patouès n’est pas facile à coumprenre ?