Jean-Pierre Le Goupillot
 

 

Texte dit sur le CD Veillie normaunde :
Papa, j' sais luure !

 


Jean-Pierre Le Goupillot
Membre de l'association des Amis du Donjon, Jean-Pierre s'est lancé avec un réel talent dans la composition de textes. Il vit et travaille aujourd'hui dans la région de Caen.

 

Marie-les-cocos


Ol avait noum Marie Bllaundin, mais no l’appelait touos Marie-les-cocos. Mais que j’étais petiot, à la vacaunche tcheu mes graunds, o passait eun coup la semanne pa les maisouns du bourg, eun graund pannyi oû bras, disaunt és gens : « Voul-ous des cocos ? I sount frais pouneu d’à matin ! »

Ch’taient des oeus counséquents, qu’avaient bouone mène, taunt et si byin qué les syins qu’avaient paé de pouoles héquetaient paé à li en acataer eune douozanne. Il étaient petête oûssi chi qué tcheu l’épicyi mais je saviouns byin que ses pouoles mouojaient de l’herbe et galopaient dauns le cllos de derryire. Quique coup, ma graunde li quemaundait eun poulet ou eun lapin qu’ol amenait dauns son pannyi la semanne qui suusait. Quique feis, no disait : « J’avouns paé veu Marie, ches jours ! », mais le lendeman oû matin, o rarrivait : « Voul-ous des cocos ? »

Marie, ol 'tait vuule file et pouor mei, ol avait paé d’âge. A chaque coup qué jé me rattirais tcheu mes graunds, je la reviyais, tréjous intaé. Ol 'tait habillie d’eun cotilloun et d’eun cannezou neis, sus qui qu’o pouésait eun devaunté blleu, touot cha d’aveu sen graund pannyi : « Voul-ous des cocos ? »

O demeurait à la Croué Brisset, dauns eune pétite maisoun que li avait laissie ses gens, et o vivait lo coume ieus chinquaunte auns devaunt, à la vuule. Eun coup, ma graunde eut besouen d’eun poulet et i feut convenun qué j’irai le trachi tcheu lyi. Le jouo venun, o mé recheut sus le su de sa porte à viquet. Lyi partie trachi la bête plleumaée, j’avaunchis la tête pour guetti dauns la maisoun, no-z-est tchurieux quaund no-z-est quenâle, parai ? J'avisis eune aire en terre et eun lyit alcofe accotée à la parei, devaunt qui qué no viyait quate quaires byin alignies. L'hus du found coundyisait magène oû gardin. A gâoche, souos la crouésie, no véyait eune bauncelle et eune tablle en sap. Eun feu mouronnait dans l’âtre, souos eun câodroun ahoqui à la crémillie. Sus la dreite, ch'était le trillais du cabinet. Mei petiot, ch’était eune maisoun coume no-z-en viyait déjà pus mais biâocoup. Marie mint men poulet dauns men pannyi et me fit « Veurs-tu des cocos ? »

Eun jou, mei pus graundet, j’apprins que Marie n'était pus. Sa maisoun feut vendeue. Mais que je touorniais à vélo, ol 'tait pus dauns sa couor à me faire eun petit sène dé sa man. No se mint à acataer des oeus tcheu l’épicyi, no-z-en a acataés itou tcheu des gens yoù les pouoles mouojuent de l’herbe et galopent dauns le cllos de derryire, mais jammais, jammais, quiqu’eun nous a redit « Voul’ous des cocos ? »

Lé vendredi 13 dé févryi Déeus mil quate