Antoinette Grisel
 

 

Texte dit sur le CD Veillie normaunde :
A l'entou de Noué

 


Antoinette Grisel
voix du donjon
Membre de l'association des Amis du Donjon, Touénette Grisé a franchi le pas de la création dans un style très personnel et empreint d'une bonne dose d'humour.
En 2009, l'association des Amis du Donjon publie un grand et beau livre de 72 pages, avec photos et dessins en couleurs, lequel nous révèle tout le talent de Touénette Grisé. Une collection de textes savamment écrits en normand et ...à la main ! A commander aux Amis du Donjon.
Contacts : 02 33 52 90 67

 

La Byinhéreuse et la Sauns-cône


Dé nos jours, i fâot se ténin oû couraunt des avaunchies de la chienche, dé tout cha que fount des moussieus reide savaunts : les trachous, les chientifiques. Y en a d’âoqueuns qui se sount mins dauns l’idaée que les vaques, no devait pouvi leus halaer sus les trans ryin qu’eun coup par jou ! O douneraient mens de lait, mais i serait pus gras…

Mei, je troue que cha servirait dé ryin pisqu’achteu, i fâot beire du lait passaé, rapport oû cholestrol.

Qu’à cha ne tyine ! D’âotes ount trouaé dauns le lait eun gène qui dégrabolise la matyire grasse. Yérait pus mais qué de corroumpe çu gène et les vaques nous bâleraient du lait écromaé. P’tête byin qué no pourra quemaundaer du chinquaunte, du vingt, ou byin du zéro pour chent ? Ryin de pus quemode, ch’paé ?

Ches pouores baêtes, déjà d’yeun, no leus cope leus cônes, qu’ol en sount à mitaun défiguraées. Et de déeus, no leus a fait mouogi de la chai… et les houmes ount dit qu’ol ’taient folles !

Mais ch’est paé finin ! I serait arcouneu itou achteu que les vaques fount de la « pollution » : quaund o rungent, o renvient du méthane !!!

Ches pouores baêtes, qui que no va co leus faire enguergotaer pou les empôsaer dé remâqui leus mouogeâle ?

Malhéreuses vaques ! Ol ount touot chenna qu’i fâot pouor nous bailli du bouon lait, et v’là que no les acrâse d’eun tas d’ohis !

Fâorait muus leus dounaer à mouogi dé de quei qui seit paé dénaturaé : de l’herbe flleurie, du bouon fein, du gran…

Ol en séraient qué de muus et nous itou, parai !!!

La Sauns-Cône... La Byinhéreuse...



Mâodite quétonne !


Ch'tait des petites gens qui faisaient vali. Il avaient chinq ou syis vaques.

Coume il avaient paé de cllos en propriétaé, fallait qu'il en louent et les pyiches étaient paé d'un seul ténaunt. En pus, i devaient querrier l'iâo.Mais, brin ergentus, i pouvaient paé acataer eun quéva. Oûssin il eûtent eune veiture à couiste et eune ânette. Ch'té-chin était paé counséquente mais reide jatile, quoeurue et byin quémode. Fâot dire itou qu'ol 'tait byin souengnie et paé brutalyisie. I la noumîtent Pomponne.

Yeune de leus files avait apprins à halaer sus les broquettes et quand ol 'tait tcheu ses gens, ol aimait byin attelaer Pomponne à la quérette pour s'n allaer traire.

Doun, çu sei-lo, la v'la partie. Fallait passaer dauns eun loung quemin en dépivalaunt. Et d'eun coup, la quétonne prinse d'eun pécavi, partit à vingt mille des quate pyids !

Ah !! Crénoum ! Touot l'attelage tressinait !

La file maunquit passaer pa-dessus les bannes, le tchu de la veiture s'ouovrit, et diguédâo : les brocs, le siâo, la selette, touot feut évalingui d'eun bord et de l'âote. Cha fit eun brit des chent mille diablles !!! Et la file, ol en rigolait, l'inochente !

A yeun touornaunt du quemin, cha mollit eun miot, pis cha reprins le galop. Et byin, vos penseraez petête que ch'est des mentes, mais l'ânette se butit dreit à la barryire du cllos, là qu'i fallait. O touornit la tête et guettit la file en ratroussaunt les babènes et, cryiaez- lé si vos voulaez, … o ritounait !

Ah ! La file et la Pomponne s'étaient byin éjouies ! Lé viage avait paé duraé déeus mineutes.

Veire, mais achteu, pouor pouvi traire, i fallait allaer artrachi touot chenna qu'était équerpi amount la cache, et à pyid, ch'était mens esposaunt…

Ampraès la traite, la ramountaée se fit pêli-pêlaunt… Héreusement, rapport és bidons pllens de lait. Coume cha, les parents s'aperchûtent dé ryin.

Dé seur, vos pensaez qué no dévrait brin lyissi eune quenâle s'n allaer touote seule d'accaunt eun attelage.

Je syis byin d'avis.

Mais la quénâle dé l'histouère, ol avait vingt auns et …

… Ch'était mei !

Touénette, Bricbé, 2006.