Pierre Guéroult
 

 

Textes enregistrés par Magène :
Le rouoge-gorge
La pouore vuule folle du Bouon-Sâoveu

 


Pierre Guéroult (1890-1962) naît à Pont-l'Abbé-Picauville. Le second mari de sa mère (son père est décède lorsqu'il a 5 ans) chante allègrement du Rossel et le petit Pierre grandit avec les chansons du maître cherbourgeois. Pour l'anecdote, il deviendra plus tard président de l'association Rossel.
Il est nommé instituteur à Valognes et s'engage dans la vie publique. Il est adjoint au maire de Cherbourg pendant une dizaine d'années.
Ami d'Alfred Noël, il écrit des chansons, des poésies, des contes et des pièces de théâtre, maniant toujours sa langue natale avec virtuosité. "La pouore vuule folle du Bouon-Sâoveu" est un des chefs d'oeuvre de la littérature normande.
Une association, "les Amis de Pierre Guéroult", a réédité ses ouvrages. D'un point de vue dialectal et créatif, son oeuvre est remarquable, tout en restant populaire. Marcel Dalarun le considère comme l'un des tous premiers auteurs de la littérature normande, avec Côtis-Capel.

 

Ecouter un extrait de Marotène
texte dit par l'auteur et reproduit ci-dessous :



" O se noumait Mareie, mais no disait pus souovent : Marote, ou byin Marotène. Ses gens faisaient vali eun miot de terre à louage d'aveu treis vaques, chinq berbis, eun quétoun pouor alaer traire et eune trie couchounyire. I ne falait paé restaer les déeus pyids dains le même chabot pouor entretenin lû chinq quenâles: treis files et déeus garçouns. Phrasie, la mère, faisait touot dains la maisoun, car i n'avaient paé les moyans de se payi eune basse. O panageait les éfaints, puchait sen linge et le ramarait, lavechinait la vaisselle, triait les vaques et les tiérait. O n'avait paé le temps de laintounaer, criyiz-mei! Ryin ne tronnait dains la maisoun. L'aire était baliaée dès pétroun-jaquet, et no ne s'sait miraé dains les connes et les câodrouns du vaisselyi. Ch'était eune fème de bouon sens et de raisoun coume i n'en mainque paé par tcheu nouos."

Pierre Guéroult, Contes et Récits, tome 1, 250 pages. Editions OCEP, 50200 Coutances, 1978.
Merci à Michel Le Bas pour la numérisation de l'enregistrement initial.


 

La pouore vuule folle du Bouon-Sâoveu


R'mountouns l'temps, vouolous ? Louen d'annyi
………………………………………………………………
J'i syis auns, et lyi* pus d'seissaunte ;
Touos les matins, sus mei, o s'caunte*
Pouor mette eune peire* dauns men pannyi.
……………………………………………………
La v'là doun, la v'là, la pouore folle,
La pouore vuule folle du Bouon-Sâoveu !
D'iyoù qu'ol est ? Je l'i jammais seu !
Sen noum ? Je l'i jammais couneu !
……………………………………………………
Quaund j'passe en m'n allaunt à l'école,
O1 est tréjouos* oû bord du qu'min,
Dreit juste oû bas d' l'Amount-Bertin,
Croquie*, touote menûn, mais proprette
Et les déeus mans dauns ses pouquettes*
Les pouquettes d'sen devaunté* blleu ;
O fait eun pas,... déeus pas, ...o guette*
D'vaunt lyi,… derryire,… à gâoche,… à dreite...
Qui doun qu'ol attend ? Qui qu'o veurt,
La pouore vuule folle du Bouon-Sâoveu ?
………………………………………………………
Ol a d'graunds urs* souos sa capelène,
D's urs qu'ount paé l'air dé vous veî…
Mais fâot paé creire qu'o seit malène*
Car ol a brin* l'regard mâovais.
O trache* quique seit sus la graund rouote ;
O trache, veire* ! et pis ol écoute :
V'là eun quertyi* qui vyint là-bas...
V'là Maîte Victor et ses déeus gâs...
V'la l'bouochi... V'là l'vétérinaire...
V'là l'cabriolet du notaire...
0 s'apprèche et lus dit: "Moussieu...
L'avouos veu, Moussieu, l'avouos veu ?"
Mais i passent fraunc et la vuule mère
Braunle la taête d'eun air dé minsère...
Qui doun qu'ol attend ? Qui quo veurt
La pouore vuule folle du Boun-Saôveu ?
…………………………………………………
"Fâot li dire : "I vyint", qu'dit ma mère
Quaund o t'demaund'da : "L'as tu veu ?"
Et jé maunque paé jammais dé le faire,
Malgré qu' j'en aie byin graos sus l'quoeu
Je lyi rapporte en revenaunt de l'école
Des bâoquets d'pervenches ou d'promioles*
O me dit : "Merci, men petit fisset,
T'es genti, vyins-t'en qué j' t'embrache !
Il 'tait coume tei, touot petiotinet :
I me trachait des flleurs dauns les caches*.
Ch'est li qui fait eun biâo soldat !
Fâora que tu le veiges quaund i revyinra.
Tu s'sas d'neuche* la semanne d'ampraès Pâques
Qu'i prenra la file à Maîte Jacques ! ..."
………………………………………………
Vo vous douotaez, magène, achteu,
Dé c' qu'ol attend, et dé c' qu'o veurt,
La pouore vuule folle du Bouon-Saôveu !
………………………………………………
Coumbyin qu'ol en a-z-eu, d's épreuves !
A trente auns, ol 'tait restaée veuve !
O s' sacrifyit pouor sen garçoun
Elevaé coume eun gâs d'graund maisoun :
" Men fisset, men câlin, men quenâle,
J'i que tei, ch'est pouor tei qué j'travâle
Et si i falait qué j' té perdis,
Fâorait itou, veire ! qué j' m'en âle !... "
Hélos ! bouones gens, en seissaunte dyis*,
I feut tuaé dauns les tchurassyis...
Quaund o seut la triste nouovelle,
O1 en devint estropiaée d'chervelle* !
Sen gâs tuaé ? Jammais ol y a creu !
Ch'est li qu'ol attend, li qu'o veurt,
La pouore vuule folle du Bouon-Saôveu
……………………………………………..
Coumbyin, dé d'pis, qu' no-z-en a veu
De ches pouores fèmes, de ches pouores mères,
Qu'ount plleuraé, rapport à la guerre.
Coumbyin que no-z-en verra enco ?
Qué l'mounde est baête ! Qué l'mounde est fo !
Quaund qui qu'no s'sa traunquile sus terre ?
Il a doun paé pityi, l' Bouon Dieu,
Des pouores vuules folles du Bouon-Sâoveu ?

Pierre Guéroult 1952


La pauvre vieille folle du Bon Sauveur

Remontons le temps, voulez-vous ? Il y a très longtemps
………………………………………………………………………
. J'ai six ans et elle plus de soixante
Tous les matins, elle se penche vers moi
Pour déposer une poire dans mon panier
La voilà donc, la voilà la pauvre folle
La pauvre vieille folle du Bon Sauveur !
D'où est-elle ? Je ne l'ai jamais su !
Son nom ? Je ne l'ai jamais connu !

Quand je passe en partant à l'école
Elle se trouve toujours au bord du chemin,
Juste en bas de l'Amont-Bertin,
Voutée, toute chétive, mais propre
Et les deux mains dans ses poches,
Les poches de son tablier bleu,
Elle fait un pas…deux pas… elle regarde,
Devant elle, derrière, à gauche, à droite
Qui donc attend-elle ? Que veut-elle,
La pauvre vieille folle du Bon Sauveur ?

Elle a de grands yeux sous son chapeau,
Des yeux qui n'ont pas l'air de vous voir…
Mais il ne faut pas imaginer qu'elle soit méchante
Car elle n'a pas du tout le regard mauvais.
Elle cherche quelque chose sur la grand route ;
Elle cherche, oui, et puis elle écoute :
Voilà une charrette qui vient là-bas…
Voilà Maître Victor et ses deux gars…
Voilà le boucher, voilà le vétérinaire…
Voilà le cabriolet du notaire…
Elle s'approche et leur dit : "Monsieur…
L'avez-vous vu, Monsieur, l'avez-vous vu ? "
Mais ils passent sans s'arrêter et la vieille mère
Secoue la tête d'un air misérable…
Qui donc attend-elle ? Que veut-elle
La pauvre vieille folle du Bon Sauveur ?

" Il faut lui dire : Il arrive ", m'a dit ma mère
Quand elle te demandera : " L'as-tu vu ? "
Et je ne manque jamais de le faire,
Bien que j'en aie bien lourd sur le cœur
Je lui rapporte en rentrant de l'école
Des bouquets de pervenches ou de primevères
Elle me dit : " Merci, mon petit garçon,
Tu es gentil, viens que je t'embrasse !
Il était comme toi, tout petit :
Il me cherchait des fleurs dans les chemins.
C'est lui qui fait un beau soldat !
Il faudra que tu le voies quand il reviendra.
Tu seras de mariage la semaine après Pâques.
Il épousera la fille à Maître Jacques ! "

Vous vous doutez, bien sûr, maintenant,
Qui elle attend et ce qu'elle veut,
La pauvre vieille folle du Bon Sauveur !

Combien en a-t-elle eu d'épreuves !
A trente ans, elle était restée veuve !
Elle se sacrifia pour son fils
Elevé comme un garçon de grande maison :
" Mon petit garçon, mon câlin, mon enfant,
Je n'ai que toi, c'est pour toi que je travaille
Et s'il fallait que je te perde,
Il faudrait aussi, oui ! que je disparaisse ! "
Hélas ! Braves gens, en soixante-dix,
Il fut tué dans les cuirassiers…
Quand elle apprit la triste nouvelle,
Elle en devint folle !
Son fils tué ? Jamais elle n'y a cru !
C'est lui qu'elle attend, lui qu'elle veut,
La pauvre vieille folle du Bon Sauveur

Combien depuis en avons-nous vu
De ces pauvres femmes, de ces pauvres mères,
Qui ont pleuré à cause de la guerre.
Combien en verrons-nous encore ?
Que le monde est absurde ! Que le monde est fou !
Quand serons-nous tranquilles sur terre ?
Il n'a donc pas pitié, le Bon Dieu,
Des pauvres vieilles folles du Bon Sauveur ?



Lire aussi :
Eune taête dé mahoun
Le grélin