Joël Hallet
 

 

 


Joel Hallet
Ancien instituteur, membre de l'association des Amis du Donjon de Bricquebec, Joël Hallet fait également partie du groupe de travail qui prépare le futur Grand Dictionnaire Normand.
Occasionnellement, il présente ses textes, originaux et souvent franchement drôles en public (voir ci-dessous).

Lire aussi La meusique et la malhéreuse et la faée (inédits 2009)

 

La fillette


Quaund je fus noumaé ségrétaire de Mairerie, ya de pus de vingt-chinq auns, cha qui m'élugeait le pus, ch'était les électiouns.

Pouor faire le bureau de vote, i fallait syis persounes et pouor touote la jouornaée ! Le Maire, byin seur, counvoquait ses déeus adjouents, et le ségrétaire de Mairerie itou. Eun tchultivateur artraité faisait le chinquyime, et Chinot, eun veisin du Maire, était tréjous de corvaée rapport que cha li pllaisait byin.

Chinot et sa bouorgeouèse Mélie faisaient valei quiques vergies de terre en locatioun pour traire leus sept ou huit vaques. Ch'tait de reide bouones gens, byin d'aveu touos leus veisins, et tréjous prêts à rende service. Y en a même qu'en profitaient.

Les électiouns avaient quaund même du boun. No-z-avait dreit oû café et à la brioche dauns la matinaée, et oû midi, la tchusényire dé la cauntine nous mitouonait eun vrai dinnaer de communioun byin arrosaé (paé trop quaund même car yavait des papyis à faire ampraès...). Chinot était chergi de s'otchuppaer des nouoviâos votaunts : les syins qui votaient pouor le prémyi couop, i leus dounait eune flleur (qu'il allait copaer dauns men gardin) : eune promiole, eune flleur de cherisyi, de poumyi... Et il en profitait pouor embrachi les jannes files !) Pouor l'armercier, il marchaient acataer eune bouotèle de vin bllaunc ou de vin rouoge que no beuvait d'aveu yeus, ou byin que no gardait pouor le dinmanche d'ampraès quaund yavait eun déeusyîme touo.

Chu pouore Chinot, qui ne beuvait quasiment janmais, s'en ressentait eun miot. Ampraès eun bouon dinnaer byin arrosaé, i s'en trouait tréjous yeun pouor démaundaer :

" Chinot, racounte-nouos coument vos avaez fait la fillette ! "

No counaissait touos l'histouère, mais no se lassait paé d'écoutaer Chinot nous la racountaer, et no s'en tenait les côtelettes d'avaunche..!
Et i commenchait :

" Figuurous qué, quaund je syis arvenin de prinsounyi de guerre, Mélie et mei, je nouos soumes maiés, et je nouos soumes accotinaés ichin à la terre. Tout allait reide byin d'aveu Mélie, yavait que quaund no se couochait que j'étais eun miot erjuaé : coume no-z-était paé byin riches, no-z-avait acataé pouor pas chi eun lyit en fé à fissiâos. Il était byin jouli, no-z-y dormait byin, mais yavait eun déhait : à chaque couop que j'affouorquais Mélie, dreit oû moment qu'il érait paé fallu, j'avais les pyids qui passaient entre les fissiâos ! Si byin que no-z-arrivait paé à faire de petiot...

Les gens à Mélie, qui s'en venaient mouogi tchu nouos touos les dinmanches, li demaundaient à chaque couop :

" Alors, cha y-est-i ? Fais-tu des petits pyids ? "

En veyaunt la mène à Mélie, et la gouole à sa vûule, Phrosène, j'étais paé firot, et je finînmes par li esplliqui cha qui se passait dauns le lyit. O ne dit ryin, mais le dinmanche d'ampraès, o revyint d'aveu eune plaunche qu'ol allit mette dauns le pyid du lyit. A la fin du meis, yavait eun petiot en venaunt !

Ch'est coume cha que no-z-a fait la fillette... "

Quaund no-z-avait eun miot arprins noute sérieus, quiqu'eun li demaundait :

" Et vouos avaez paé-z-eu d'âotes pétiots ?

Ma fei de Du, nin. Phrosène a janmais vouolu armette la plaunche ! "

J. du Bord de Douove



Le bâoquet


Quaund j'étions quenâles, j'allions touos à l'école à pyid. Et des couops, y avait byin louen... Les syins qui restaient le pus louen prenaient les aôtes en passaunt, cha fait que no z'était pus d'eune dyisanne en arrivaunt dauns le bouorg.

Ch'était brin dépllaisaunt rapport que no s'ameusait byin en quemin, surtout oû sei, car oû matin et oû midi, no n'avait paé le teimps. De chu teimps-lo, i faisait paé boun arrivaer à l'école amprès l'heure, ou byin gare à la trique ! Mais oû sei,ch'était paè parel … No passait à travers les cllos, no jostait en rouote, no chipait des fraises, des poumes quaund ch'était la saisoun. No se capuchait itou par couops...

Eun jouo, eun petiot de par tcheu nouos marchait à l'école d'aveu eun baôquet pouor le maîte d'école. Ch'était eun quenaillot eun miot invecti. Quaund y se racachait tcheu lyi d'aveu les soulyis patrouoillis ou byin ses hardes détrillies, i racountait à sa mère que no l'avait poussaé dauns les ronches ou que no l'avait bûchi. La vuule qu'était brin quemode nouos happait le lendeman, ou byin marchait se pllainde à noute maîte ou byin à nos gens. Je ne vouos racounte paé la site...

Eun jouo dount, chu maôdit frelaumpyi aquériait des flleurs pouor le maîte. No z'est-ti innochent quaund no z'est petiot ! Touot en allaunt à l'école, no z'a plleumaé touotes les flleurs eune par eune en li chauntaunt : " Je t'aime, eun miot, biâocoup, à la folie, paé du touot ". Vouos pensaez byin qu'en eun ryin de temps, i n'avait pus que les queues des flleurs à la man. No criyait qu'il allait évalingui ches restaunts dauns la haie dreit devaunt que d'arrivaer à l'école. Ah ! Brin ! Le maôdit avrélaun baillit cha oû maîte qui pinchit du bé en demaundaunt :

" Que s'est-il passé ? "

Noute vilan pitou se fit eun pllaisi de touot li racountaer, et j'archûmes touos eune freulaée coume j'en avais enco janmais zeu. Héreusement que le maîte ne vit pas mes gens dauns le même temps, cha érait peu yête pire !

J. Du Bord de L'Ouve