Jean-Philippe Joly (Maît' Gires)
 

 

 


Bien que vivant et travaillant à Paris, J. Ph. Joly reste très attaché à ses racines cotentinoises. Il a fondé l'association Tèqueurs et chouleurs de Normandie qui réhabilite les anciens jeux normands. Il est aussi l'auteur des recettes de cuisine que vous trouvez dans ce site.
Enfin, il s'intéresse aussi à l'écriture de textes et de chansons en normand. Guitariste et compositeur, Jean-Philippe a présenté, pour la première fois, quelques compositions personnelles dans le cadre de la Fête Normande de Bricquebec, en mai 2007. En 2013, il sort son premier Cd de 15 titres : "Gambe de Boués".

 

Le 1er CD de Maît' Gires est sorti en novembre 2013. Ses 15 titres, en français ou en normand, apportent une nouvelle couleur au répertoire des chansons normandes.



Ce texte a obtenu le 1er Prix du Concours de Poésie
lors de la Fête Normande de Bricquebec, en mai 2007.

L'iâo


Quique seit la saisoun
Je toque à la crouésie d'vout maisoun.
Vos me guettez sauns jouée,
Et vos m'laissiz seu su le qu'min.
De la crique du jou à la neire seiraée.
J'sis pou vos coum si j'étais eun *horzain.

D'où vyint qu'vos m'ercheviz brin ?
J'sis paé mais dauns vot quoeu coum eun amin ?
J'i, ampraés toutes ches annaées, taunt maôvaise renoumaée ?
Mais achteu je vos bâle du byin,
J'veis byin que vos tergi à m'l'arvalei
D'mei vo garauntiz maême vout tchin !

Mais jostouse est ma caunchoun
Su le fait de la maisoun
Quaund dauns le mitan de l'arryire,
Tous vos gens sount allotaés
Aôtou du brasyi à m'ouir,
A luure, ou co à prêchi d'quei s'ra fait l'étaé.

Alo j'laisse se coulaer mes pouor deigts
A la carre des mus
A gimaer pisque j'sais pas faire muus !
Et j'espaère, mourmaôd, à vei,
Tous les bouons gens s'muchi d'mei
Dauns leur carrique, coum des nachus.

Mais you qu'sount mes déhaits ?
J'sis l'ergent pouor vos chaumps.
D'la bouone iaô nouvée pouor vos bêtes.
Et j'ore vos caôches en les mouillant.
J'ai remplli le doué, ma fei, d'aveu ma penne.
La rivyire, à pis pus est tréjous plenne.

Je n'ai qu'eun amin en bas par ichin
Ch'est ch'te vuul bouonhoume sage
Le cauntounyi qu'yest à l'ouvrage
Par tous les teimps d'acaunt tous les souens.
J'li i bailli, à li en premyi, eune abiosie,
D'aveu eune botte de perles pour puchi s'n'enni.

Et si eun coup, mei itou
J'me déhoussetais en ribal, oû louen à l'aôt bout
Vo linraunt lo, à gimaer à vot tou
Des lermots de je ne sais.
Ah la belle *happe, j'vos laisse oû caôd solé, es vaquets séquis. Méfious !

Mei, couochie su l'eranne traunquille
Et vo, ergannes, dauns la minsère A m'crier coum si j'étais jatile.
Serais (se-iais) je à revenin, veire ?
J'sais byin à fait qu'on m'agoni,
Vout viquet ne s'ra janmais qu'mode à défroumi !

au Donjon
Boeuf dans un café avec Daniel et Jean-Philippe



Tu fais doun rouânaer lé petit Jésus !!!


Veurs-tu engouolaer ta soupe ! Tu veurs faire rouânaer lé petit Jésus - qu'a mouori sus la croué ?  Et les petiots de Chène qui mourent de fam annyi ? Tu seras brin roguu et paé dispos si t'es niquetous, mei, je té le dis, dame veire !

Coumbyin de feis que j'i-t-i oui chenna me cônaer dauns mes orèles dé quenâle, dévers les sept heures de la relévaée, mais que jé venais dreit à-coup de finin la collatioun coume dé juste ! J'tais co ragôsaé eun miot !

La minsère du monde tchimbelotait tout à pllen sus mei ! Je viyais chu pouore pétit fisset dé Du touot emmalotaé et ahoqui sus sa croué, tout cha rapport à mei ! Et v'là-t-i paé les pétiots de la Chène - coume des bétchus dé de *hors dé l'iâo à trachi de quei mouogi, byintôt faillis - qui s'en vyinent à lermaer !

J'étais byin en souen pou les syins qu'avaient brin de quei trouaer à mette dauns leus castrole et qu'étaient alouvis coume des baêtes à la fin de l'arryire !
Mei, je pouvais pus mais accaraer eune miette dé pus.

Mais écoutaez byin, ch'tait les prémyires TV ; és informatiouns, je viyais touos les Chinoués se racachi dauns les quemins pouor mé mâodire. Fâot veî, il taient p'tête paé d'excès roguus pouor yête lo par trivelanne, vu qu'i mouogaient paé coume mei, ch'est pourqui ?

Le Pétiot Jésus li, je lé viyais à l'égllise, et ch'est byin la véritaé que quaund je launtounais souos le calvai d'aveu les quoeurets (les us à ras de la té !) il avait paé l'u countent, mais paé counte mei, ah nennin ! Li, il avait la mène touote accabassie du syin qu'érait paé mouogi li maême dé depis loungtemps, ou ryin qu'eun miot d'pan d'aveu quiques amins accaunt eun coup de cide, et co paé eune tarâodaée.

Fâot dire que li, i portait magène byin tréjous sus sen dos eune mouorie dé quenâles qui voulaient brin mouogi ! Et fâot veî que li, i partait paé en viage tous les jours, vu coume qui qu'il tait prisounyi !
Des coups, je mé demaundais si i mouogeait byin sa soupe itou, rapport coume qui qu'il tait sé et bllaunc coume eune brannette, ma fei de Du ! Qui que vos ériaez doun pensaé vous autes…? Mei j'étais paé co dauns l'âge !

Annyi j'aviouns paé d'ermords, ch'est eune véritaé, quaund j'veis cha que sount devenuns les petiots de la Chène. Ches bouones gens-lo se portent byin à cha que no dit, (maême que la soupe i vyinraient p'tête byintôt nous la queri dauns noute maisoun !)

Et le fisset de Du vo me diraez, si i faisait eun miot le méhannyi quand no espère la soupe dauns l'assyite, et si i s'avisait que byin d's euns s'argouèment ed pâtes, il érait p'tête byin pus de bouones gens oû mitaun des égllises sus les bauncs et derryire l'âoté du Bouon Du ?

Achteu,  i se troue de nouviâos Dus pouor nous prêchi que no-z-a trop mouogi quaund j'étions éfants ! Ch'tait byin la penne. Allaez doun creire à quique seit, oû Bouon duu, oû Diabe, ou co és petits gâs de la Chène…




Elections


Dring, Dring....

- Bonjour, Monsieur Denbas. J'suis Monsieur Denhaut et je viens voir si vous pourriez pas me donner une petite voix ? Hum, hum...

- Ah men brave gâs, j' peux vos en bailli à débord ! J'i dé la grosse vouée du Donjon d'Maît' Rémin. J'i dé la vouée de veillie ! J'i dé la vouée de Magène, magène byin, et j'vos souhaite byin du pllaisi ! Maême que j'i dé la vouée de pirotes de Pirou. J'i p'têt byin co dé la grosse vouée de la sireune de Maît' Rossel, fâot veire, dame !

- !!!!????

- Ah, mais ch'est qu'achteu j'vos veit la goule sous l'u ! Voulous eun lermot d'goutte pouor vos armountaer eun miot ? Et pis, no va prêchi à noute leisi du payis, parai.

- C'est que ...en parlant de prêchi, faut que j' me dépêche !

- De s'dépêqui ? Ah, nennin, no va ouir eune p'tite caunchoun de ryin et la trivelaine, que dis-je, la mouerie de launlureurs dé Normaundie qui va suure !

- C'est très gentil à vous, mais j'ai oublié ma peau de lapin et je viens de croiser un chat noir !

- le cat nei ?

- Ben, des Caennais, y en a partout, sauf moi évidemment, on voulait me parachuter à Ste Mère... Mais j'ai plus d'ambition tout de même !!!

- Si vos avez veu l'cat nei, ch'est finin. Va prêchi d'vos deman dauns l'poste à galleune ! A t-i paé seument prins eun queveu et qué le vl'o à piqui des aiguules... dauns voute poupinette !!!

- Au secours, j'suis chez des primitifs !!!!

- Allaez à s'vei Maît' Duhaut ! Sauns raunqueune ! Racachaez vos eune âote feis acaunt voute ménagyire, o sera muus qu'à nivelotaer d'aveu vos papillouns pouor les électiouns !!!