Louisot Lefèvre
 

 

 


Né dans le Val de Saire en 1949, ce fils d'agriculteurs est devenu agriculteur à son tour. C'est grâce à son instituteur qu'il a poursuivi ses études et est entré au lycée technique, quai de l'entrepôt à Cherbourg. Le bac en poche, il est ensuite entré à l'arsenal de Cherbourg et a commencé à écrire des poèmes. Entre famille, sport et engagement politique, les vers ont ensuite été oubliés un certain temps mais la passion de l'écriture est demeurée vivace. Après avoir été correspondant de presse pendant de longues années, Louis a repris la plume et a souhaité écrire à la fois en français et en normand.


Evénement poétique : sortie du livre de Louisot L'fève (oct 2015)

louis lefeve
Combien y a-t-il d'auteurs normands qui écrivent en vers, dans l'élan spontané d'un rythme court, loin du lourd alexandrin et près d'une émotion qui a envie de chanter ?
Vous avez entre les mains un ouvrage tout à fait original. On y trouve de la colère, de la passion, de la malice, du bon sens, de la sensualité, de l'enthousiasme, de la bonhomie, tout le spectre de nos émotions qui s'expriment en vers mesurés, dans une langue normande qui jaillit. Chez Louis Lefèvre, il n'y a que de l'authentique. Les journaliers dont il parle, c'est sa famille. Le cheval à qui il exprime tant d'affection, il l'a conduit et brossé pendant des années. Les travaux des champs qu'il évoque, il les a faits. La mer, dont il décrit les humeurs, il la connaît de première main. Il n'y a dans sa poésie aucun subterfuge. Et pas une once de prétention.
Mais il y a de la liberté. Les vers dansent avec abandon. Parfois sautillants et taquins, parfois sombres et puissants, ils communiquent une émotion réelle. L'expression, spontanée, s'enrichit de surprises et de trouvailles.
Les connaisseurs reconnaîtront, mêlées au normand de référence, des touches du parler de la pointe de Gatteville : quelques formes en - o du potement sairais, d'autres en - âo (j'âome plutôt que j'ime), quelques choix de mots particuliers. C'est ainsi que Louis parle du cœur.
Merci, Louisot, de m'avoir laissé collaborer. Mais merci surtout pour la chaleur de ces textes. Des mises en musique ne tarderont pas : la forme s'y prête si bien. La veine poétique ne se tarit pas chez toi, et ce recueil, si accompli, est aussi riche en promesses. Tu te défends d'être un poète, eh bien mettons-nous d'accord pour ne pas être d'accord.
Jean-Pierre Montreuil
Livre à vendre ici dans notre boutique normande


A vouos


À vouos égohineus (1) d’ métyi
À vouos touos les porteus d’ fusis
À vouos mercenaires de malheu
À vouos j’étchurfe (2) ma raunqueu (3).

À vouos tchyins mâodits d’ déhait (4)
À vouos qui taunt dé quœus minchaez (5),
À vouos qui jouaez d’aveu nous vies
À vouos ma haïauntise (6) j’envie.

À vouos qui lus obéyissaez
À vouos qui ne vouos rebellaez
À vouos qui trou'aez cha norma
À vouos je veurs biâocoup de ma.

À vouos qu’escoffiaez (7) pour des sous
À vouos, à vouos et pyis à vouos
À vouos assassineus, nauntis,
À vouos je ouinse (8) touot men mépris.

(1) Égohineus : tueurs, assassins, (2) Étchurfe : crache, (3) Raunquoeu : rancœur, (4)
Déhait : malheur, (5) Minchaez : brisez, (6) Haïauntise : haine, (7)
Escoffiaez : tuez, (8) Ouinse : crie

 

Barflleu


Dreit à côte du phare d’Gadville
S’niche eune byin joulie p’tiote ville.
D’o l’boujou d’Sant Nicoulas,
Barflleu vouos ouvre graund ses bras.

Eun pyid dauns l’iâo, l’âote sus terre
O s’est bâtie sa p’tite histouère.
Cha qu’menchit-n-ya byin loungtemps
Byin dé d’vaunt la Guerre d’Chent auns.

Dé cha, no sait paé graund d’quei
J’péeus vouos dire quaund même quique seit.
Quaund qu’les Nourmaunds déberquîtent,
Cha ya vlaôdaé, cha buullit.

Mais qu’lé Bâtard dév’nint Roué
D’ l’âote côtaé dé la graund Mé
La famile qui seuccédit,
Sus les roquis d’Quil’boeu s’ nyit.

Byin d’z-auns aumpraès d’âotes bâtiâos
Dauns lé hâblle, des barquous
S’amarîtent, ch’taient les bâtiâos
D’touotes les familes dé pêquous.

Merqui pa’ les fllots et l’vent
Barflleu chaungit brin pouortaunt
Ch’est raide muus qu’cha, veu qu’annyi
Ch’est eun hammé genti, jouli.

Achteu, d’pêquous yen a brin
L’hâblle est dév’nin eun gardin
Yoù qu’sé mirent les vuules maisouns
Oû r’nouvé, en touotes saisouns.

Barflleu sus l’iâo
Barflleu souos l’iâo
Barflleu d’hiyi
Barflleu d’annyi
Barflleu d’la mé
Barflleu solé.