Jean-Claude Léger
 

 

Texte dit sur le CD Veillie normaunde :
A la crique du jou

 


Jean-Claude Léger (Jeaun de la Py-Ouitte) est membre de Magène et aussi de l'association Prêchi Normaund. Il est passionné par l'ornithologie, comme le montrent les textes ci-dessous, riches en mots rares et en expressions typiques. Il a étroitement participé à la rédaction du dictionnaire normand. Il est aussi un photographe reconnu.




Jean-Claude Léger a appris le normand avec sa grand-mère. Il est l’un des auteurs d’un Dictionnaire français-normand édité en 2013 (et déjà épuisé). Il joue ici avec les mots du Cotentin, les expressions et les dictons populaires. Le vocabulaire différent du français est traduit en notes à chaque bas de page.
Enraciné dans ses dunes de Hatainville, perché dans sa maison sur le cap de Cartret, Jeaun de la Py-Ouitte observe et "hale en portrait" les "corbins" qui nichent dans la falaise, les "mâorouns"... Mais il migre aussi comme les cigognes chaque saison vers les continents les plus lointains : l’Amérique, Madagascar ou l’Océanie...
Il partage depuis longtemps ses "viages en normaund d’aveu ses amins du Préchi normaund de Sant-Georges-de-la-Rivyire», des "Amis du Donjon" de Bricquebec et de Magène dont il est un des piliers.
R.Pézeril

Soixante poèmes et récits sont ici rassemblés dans ces Feuilles cartrétaises. Une invitation au voyage et à la réflexion sur notre société qui oublie trop souvent la nature... Rémi Pézeril
Jeaun de la Py-Ouitte, "Fuules cartrétaises, Mes viages, Promenades et voyages". Préface de Guy du Hammé de hâot. 216 pages, 120 photos, 20 € (+ frais de port 3 €). Éditions Magène, La Luzerne de haut, 50260 Bricquebec. En vente dans notre boutique.




"Jean-Claude Léger n'a cessé de créer une oeuvre littéraire et poétique tout à fait originale qui en traîne le lecteur sur des sentiers où la musique de la langue semble donner un relief singulier à ses récits.
Victor Hugo n'a pas hésité à écrire : ""l'âme a des illusions comme l'oiseau a des ailes. C'est ce qui la soutient." Phrase splendide qui revient à l'esprit lorsque l'on rencontre Jean-Claude Léger, cet homme pour qui les oiseaux sont plus qu'une passion. Une obsession dont on retrouve la trace élégante et gracieuse dans son dernier ouvrage. Une sorte de carnet de voyage transportant le lecteur au gré des mois de l'année en douze chapitres reflétant les beautés de la nature. En normand ? Mais cela doit être incompréhensible pour la majorité des lecteurs ! Ne croyez pas cela. Des photos magnifiques ouvrent immédiatement des horizons lointains ou proches. Car on part de Carteret pour arriver à Madagascar en passant par l'Aeizona ou le Mexique. Oui, les photos sont là pour illustrer l'ambiance. Et il y a le normand. Quelle idée d'écrire en normand le récit de voyages si lointains ? Une certaine magie opère. Comme si les mots régionaux ajoutaient une note personnelle au plaisir de ses découvertes et le transmetttaient au lecteur.

Elisabeth Gavard, La presse de la Manche - déc. 2014    

""L’auteur joue avec les mots du Cotentin, les expressions, les dictons populaires, tout au long des soixante poèmes et récits"
André Corbel, Ouest-France - déc. 2014    

 

Sortie-découverte ornithologique


Ch’t arlevaée de fin de janvyi, j’allis veî l’amin Marcel coume je fais de temps à âote. I me baillit sen ouvrage «  à men leisi  »  pouor armette à la médiathèque de la coumeune, cha que je fis dès en le quittaunt. Oû couop que je laissais sen live, j’avisis eune fuule pouor eune sortie d’aveu « le groupe ornithologique normand » (GONm). Y avait mais que vingt pllèches , cha fait que je m’attergis brin à m’inscrire. Sitôt de retouo à la maisoun, j’en prêchis à Marotène qui ampraés avei luusu le papyi que no m’avait remins, me fit remarque que le jouo préveu était le premyi samedi du meis et que no-z-avait le normaund d’aveu « les Amins du Donjoun », à Bricquebé.

«  Eh byin taunt pis, t’iras touote seule que je li répounis mais je vas paé me dédire. J’irai surgui les ouésiâos dauns le hablle car cha serait byin bête de maunqui c’te sortie pouor eune feis que cha se tyint à Carteret. »

Le jouo venin, o me laissit sus pllèche et pouorsuusut sa route. Les jumelles à la man, en bottes et byin couvert, je me mêlis oû groupe déjà prêt à parti dauns les deunes. J’aime allaer à la découverte des ouésiâos et les vas-tu vyins-tu sus le terran mauntyinent allaunt soufflle et gaumbes et l’identificatioun des lagues celle de l’artenette. Ch’est de quei qui baille itou byin de l’inducatioun.

No-z-avait pouor veî oû muus Régis « l’ornitho » de la réserve des Veys. No-z-avait à penne marchi chent mètes sus le queminet que déjà no-z-avisit eune vingtanne de breunes cônerotes se décrachaunt dauns des marettes de la Gerflleu ; d’aveu ces ouettes de Sibérie eun couplle de tadourne de Béloun en faisaient oûtaunt ; ces mannyires de canards nichent surtout és îles Chaosey ! Oû renouvé, à penne nâquis les petiots suusent pet à coue leus mère de ces îles jusque dauns la baie du Mount Sant Michi, « La Mervèle ». Les veî dauns les riles de la mé est, touot coume le mascaret, d’eun graund pllaisi. Paé byin louen des chentannes de mâoves se prélassaient, goélaunds ergentaés et mouettes rieuses, ch’en était grési, y en a taunt et taunt dauns le jouo d’annyi. Eun miotinet pus d’avaunt d’à côtaé du vé de caillous, dauns le lyit de la rivyire no vit eun héroun achouquetaé à l’affeut du mouande peissoun à se mette dauns le gosyi. Praès à praès quiques graunds cormorauns séquaient leus ales. Y en avait même yeun d’aveu eune bague seument minse pa des houmes du Nord.

En se racachaunt devers le port de pêque, des aigrettes en quête de pitaunce paé gênaées de nous aperchevei. Y en a de pus en pus, treis chents dauns le département ; no-z-en veit quiquefeis quaund no rocâle. En arrivaunt praès des batiâos, les pus guettous d’ente-nous avisirent dauns leus jumelles, déeus touornebrettes à collyi à la trache de mâquâle dauns le vré des caillous de la digue. No-z-eûmes du ma à les veî rapport qu’ol arrêtaient paé d’armuer et qu’o se counfoundaient d’aveu le milleu envirounaunt. Je poussîmes jusqu’à la pouente du massif dunaire devers la laisse de hâote mé. Lo, paé mais biâcouop de vie, brin de limicoles, que quiques bochus éplluquaunt du vré vnun.

Sûs le retouo, je countouornîmes byin des trous de guirannes et j’aperchevîmes eune mâove baguie ainchin qu’eun pllouvyi ergentaé démuchi. Dauns le bassin à fllots, déeus grèbes castagneus plloungeaient touot oû loung.

J’aviouns de pus en pus freid et tergîmes paé. J’entendîmes sauns les veî des cris d’alouettes des caumps et avisîmes dauns le cyil déeus graunds corbins, seument le couplle qui touos les auns fait sen nin dauns les falaises du cap. Y en a pus mais guère : huit ou neu couplles en Normaundie. Ch’est quasiment tréjous les mêmes que no veit mâogré des naitaées quasi certannes. No-z-arrive paé à l’esplliqui. Les syins qu’éraient le savei peuvent me le bailli. à l’approche de la tablle d’orientatioun juquie sus eun souvenin de la drényire guerre j’eûmes eun drenyi couop d’u devers eun bissoun d’épènes yoù qu’eun couplle de tariers pâtres dounait de la voué.

Eh byin mâogré la freid, je passis eune bouone matinaée ayaunt veu et apprins, cha qui me pllaît d’excès.

Jeaun de la Py-Ouitte



Coucou, m’arveila !


Sitôt qué lé Renouvé s’acache, coume touos les auns dé depis la nyit des temps, ma caunchoun s’en revyint à vous oyères…

Oû prémyi couop que vos m’entenraez brédaungui à pllen gosyi, mais qué vos ayaez quiques pyiches dauns voute pouquette, eh byin, vos seraez ergentu touote l’annaée !

Magène que vos counaissaez touos chu ditoun.

Ampraés yête restaé syis meis oû Suêt de l’Afrique, jé me ramounte fin mâr-début d’avri en Normaundie . Je sis l’Ouésé- Roué d’la neire foraêt et criyiz-mei, je mé tiyns brin en espositioun, i s’en fâot de biâocoup, ma fei de Du !

Mâodit ragachous pouo l’s euns, paé malin pouo l’s âotes, j’i bâilli men noum dauns quasiment  touos les loceis de l’Urope et de l’Asie.

Ma caunchoun drélinde dauns touos les triges dreit coume le tic-tac d’eune vuule horloge mais que les premyis jouors du Renouvé s’acachent. Je sais byin me houolaer dauns touos les balivés, sauns yête en souen, coume dé fait, de mes éfaunts.  Je lisse à d’âotes d’avei le souen dé menaer à-fait ch’té corvaée-lo.

Qui qui creirait en avisaunt – mais que no que no-z-est dauns le cas - mes loungues ales joraées de gris-blleu que no-z-a oû devaunt de sei eun frélaumpyi ? Qui qu’érait dauns l’idaée magène byin que men couort et neir bé joraé d’eun miot de jâone bâle brin de mâquale à ses quenâlots ?

Vivaunt à la mannyire d’eun cat-huhaunt, sauns yête amouchelaé parai, paé chergi de famile inetou, je haunte les myins ryin que padaunt les viages ou byin pouor avei d’s éfaunts ampraès mei. Roué des ouésiâos cachards, ch’est dauns le nin des âotes lagues pus  petiotes qué je linre touos mes œus (nins de braunle-coues, bochus, cope-boutouns, grises beunettes, mêles, pinchouns, rébelettes…), mais que leus œus fussent paé enco couaés coume dé fait.

Mais qu’arrive le meis de mai, ma cryiateure coucou surguettera les ouésiâos du trige pouor armerqui le nind sus qui qu’o lâquera sen œu.

Quaund yéra quiques œus dauns le nin avisi quaund ch’est qué les positiouneus sount paé lenreit, et tréjous dauns eune arlevaée, ol y pounra – ni veu ni couneu -… et pis o recommenchera chenna mannyirement eune quinzanne de coups dauns le Renouvé.

A penne s’il a nâqui, sans seument y veit quique seit aco, le petiot coucou évalinguera les âotes petiotinets en d’hors du nin. I sera enfalaé quaraunte coups dauns l’heure touot oû loung de chin semannes, promais qu’i seit déhalaé, mouogeaunt à écrase, jammais aboundaé, i forchira à veue d’u et i graissera de treis à quatre-vingt-dyis grammes mais chu temps-lo. Leus gens nourrichis en serount si taunt ernaés qu’il éléverount brin d’âote couaée dauns l’annaée.

A la Sant-Pyirre, la caunchoun du coucou buttera à-fait, et le meis d’âot merquera l’évo pouo le retouo devers l’Afrique.

Drényire ermerque : pouo sen prémyi graund viage, le jeune coucou trouera touot seu sen quemin !

Eh byin ! pêtre le coucou ? Magène byin que veire, mais brin innochent, il érait pûtôt de l’obiche ch’t ouésé !

Jeaun de la Py-Ouitte



En lâonaunt sus le quemin des douènes


-I fait bé annyi, cha te dit-i de marchi ? dauns les jouors à venin i announchent de l'iâo et bellement du vent.

-Veire, ma fei pouorqui paé ; no pouorrait faire le tou du Cap en partaunt à pyid d'la maisoun.

Sitôt ampraès le jouorna de midi à la télé, byin couverts et itou byin câochis no s'en feus pa des queminets gaungni le GR 223 qui lounge la pllage et qui coundit de vers les deunes de Hattaunville. Le temps était de saisoun, assaez freid et ensolleillyi. Le mireus de la pllage luusait souos eun cyil sauns nuaées et i faisait bouon marchi sus le quemin des douènes. Quiques raundouneus lâonaient touot coume nouos souos eun biâo solei.

En çu début mâr, j'avais q'eune idaée en tête, ch'était de veis le corbin des falaises. I me maunquait, ne l'iyaunt paé veu dé depis le drényi renouvé. Eun couplle vyint quasiment touos les auns nichi sus la falaise. No-z-en coumpte pus mais guère dauns le Cotentin, seument que quiques nicheus dauns les falaises de Carteret, Fllamaunville et Jobourg, d'ampraès les enquêtes du G O Nm. (Groupe Ornithologique Normand)

No marchait dé depis eune pâose Marotène et mei et trèjous brin de volatile dauns le trige ; paé même eun ouésé ! Je guettais surtouot du côtaé d'la mé quaund j'avisis sus eune roque, sus le coupé et dauns les broussâles eun gros ouésé touot nei qui se prélassait oû solei. Ch'était li, il été byin lo le corbin si espéraé. Cha me faisait graund pllaisi de le savei revenun eune feis de pu ; no le viyait oû muus, il était si praès de nouos. J'érais voulu le prende en photo mais pouent d'apparel. No pense paé à touot quaund no part marchi. Je m'en voulais et no countinuâmes noute quemin qui de teurques en teurques nouos coundisit de vers les deunes de Hattaunville.

Ampraès déeus bouones heures à marchi no se racachîment à la maisoun. L'idaée me vyint alors de reparti d'aveu men apparel. Je devrais seument le reveis, çu maîte du trige. Pou yête pu à couop sus pllèche j'partis en méconique. Quiques minutes pus tard j'emprûntais de nouvé et seu le quemin des douènes. Je lâonais dyis bouonnes minutes sauns veis âme qui vive, brin de volatiles, brin de raundounneus. J'étais quasiment coundit à la " batterie " quaund j'entendis eun croassement susuu d'eun évo. Ch'était byin noute corbin qui s'évolait de vers le pllanître du Cap. Je le vis quiques temps pllanaer oû gré des vents faisaunt des bouclles touot à sen leisi. Eun volyi de mâoves passit sus l'enreit et cha feut eun brève batâle à couops d'âles que le corbin gaungni ; i gardait jalousement " sa falaise ". Á la suute de cha je le perdis de veue. Je ratouornais sus mes pas d'aveu l'espouère de reveis ce solitaire quaund à la sortie d'eune teurque je le vis posaé sus le coupé d'eune grosse roque dauns le repllat en surplloumb du graund vide. Je m'appréchis oû pus praès que je pu, quittaunt le quemin pour le photographiaer oû mus. Je devais paé l'effarouchi, j'en étais à dyis mètes, ni surtout dévalaer de vers le veude n'ayaunt brin d'âles à mette en mouvement. I m'avisi et resta fiqui sus sen caillou. Je prins byin des photos, i se dépllèchait dreit et à demaunde qué mei, no-z-érait dit qui prenait pllaisi à ce jeu tel eune starlette de cinéma. I croassait de temps à aôte touot en éplluquant quiques pllauntes où graminaées qu'i piâossait d'aveu sen énourme bé. Taundis que je me lassais paé de le guetti je vis, quiques secoundes, eun déeusyime corbin, seument la femelle qui se racachait sus sen nin que je devinais à peu de métes en-dessous.

Noute manége dura de seûr eune vingtanne de minutes et pouvaunt pus faire de photos, la carte de men Sony étaunt pllenne, à l'argret je prenais coungi. J'eus biâocouop d'adoun de le veis si praès et si lôtemps, seu et sauns yête détourbaer. Je creis byin qu'eune occasioun coume j'i-z-eu se représentera paé de sitôt. Byin seu que ch'té raundounaée restera biaôtemps en mei touot coume la parade nuptiale suusue d'eun 'accoupllement d'étercelets y à de cha quiques annaées et touot coume itou la naitaé d'eun vé de mé dauns eune île de l'archipel des Galapagos.

Jeaun de la Py-ouitte - Mâr 2006