Frédérique Mabire
 

 

Texte dit sur le CD Veillie normaunde
Chinot et sa quérette

 


Frédérique Mabire
Membre de l'association Prêchi Normaund, "Freddie" écrit et interprète ses textes et aussi ceux des autres. Son accent et sa diction en font une des conteuses les plus appréciées dans le Cotentin.

 

Chinot et sa quérette


Je vas vous prêchi enco de Chinot, un paisaunt de tcheu nous, le syin qu'allait tréjous oû marchi venre ses œufs et qui mêlait les gros aveu les syins de ses pipiouns.
Vos rappel-ous quaund eune Parisiane li dit : " Ils ne sont pas gros vos œufs, monsieur ! et qu'i yavait répounu : I sount paé byin gros seument i sount byin pllens !
À eun âote qui voulait des pounéterres : - Donnez-moi des grosses ! il avait répounu les petiotes deivent suure leus mère. "
Ainchin, il allait oû marchi de Barneville d'aveu sa jument Bijou attelaée à sa carriole bâchie ; touos ses amins avaient acataé eune veiture.
" Paé mens, je sis pus riche que yeus, je vas m'acataer eune quérette itou et j'irai oû marchi de Pourbas, et même és Puus, pouorqui paé ?
Mais devaunt, i fâot passaer le permins et chenna, cha deit paé yête malaisi. José qu'est bête coume eun couiste l'a-z-eu et Gustave qui sait à penne luure l'a-z-eu itou.
Alors là, cha fut byin âote seit. Il en print des lessons ; le gars de l'auto-école en était tout élugi de veî qu'i coumprenait ryin à ryin, eun vrai quétoun cabochu . Cha li coûtit byin chi, mais eun jouo, le gars li dit : " On va aller à Valognes faire une répétition.On part de la gare, et au deuxième poteau, il faut avoir passé la troisième. Ensuite, faites exactement ce que l'examinateur vous dit.
- Byin seu que fit Chinot. "
Le jouo du permins arrive, le v'là assis prêt à parti d'aveu l'examinateur. Allez !.
I démarrit, premyire, déeusyime et cache !. Oû bout d'eun moument
-" Vous devriez passer en troisième.
- Cha fait byin coume chenna qu'i li répounit.
- Eh bien, dans ce cas, vous reviendrez. Au revoir Monsieur. "
Il tait brin countent. La 2CV camiounette était acataée dé depis loungtemps, toute neuve byin seu : quaund no-z-a de l'ergent no va paé à l'occasioun. I le fallait pouortaunt çu permins sauns cha la veiture allait finin en juquous oû found du gardin.
Oû bout de ounze ou douze couops oû mens i se racachit quaund même aveu sen papyi rose.
Achteu, il allait oû marchi à Barneville, à Pourbas, és Puus et jusqu'à Bricquebé. A-n-eun biâo jouo, le v'là parti à Valougnes.
Seument, à fène forche de roulaer en déeusyime la pouore veiture était lassaée. En se racachaunt de Valougnes devaunt que d'arrivaer à Négreville la v'là qui se met à fumaer, à fumaer coume eun chuquet qui mouronne dauns la cheminaée. I buttit et partit à pyid jusqu'oû garage et dit :
" Ma 2 CV feume je creis qu'ol a seu. Av-ous eun miot d'iâo pouo li dounaer à beire ?
-" Vous vous moquez de moi on ne met pas d'eau dans une 2 CV, je crois qu'elle manque d'huile ; en voilà un bidon. "
Vite i rarrivit à sa quérette, il eut byin du ma à ouvri le capot rapport que ch'était le premyi couop qu'o li jouait des tours et qu'i guettait là-dessous. I versit de l'huile et pouor yête seu qu'o requemenche paé i versit touot le bidoun. Eune veiture, ch'est coume eun queva : pouor qu'i marche fâot byin le souengni.
Et cache !le v'là reparti mais quiques luues pus louen vlà qu'o s'armet à fumaer. Arrivaé à Bricquebé il tait entouraé d'eune nuaée neire ; cha sentait le brûlaé et l'huile dépurait tout alentou.
I buttit tcheu Arcens et quaund i countit cha qu'il avait fait i s'écalîtent de rire et je creis que, s'i sount paé morts il en rient enco.
V'là qu'à-n-eun matin o voulut paé dépéqui. Le garagiste li dit :
-" Il faut remettre de l'eau dans la batterie jusqu'au niveau indiqué. "
Racachi tcheu li, i versit de l'iâo, mais byin de trop ; alors, touot gênaé il supa le trop pllen aveu eun fêtu d'étran en prenaunt souen de recrachi (il aimait paé l'iâo) mais quiques jouors ampraès i s'avisit que ses dents se décâochaient. Le pouore innochent, i savait paé qu'i yavait de dequei qui brûlait la goule dauns les accus : ch'est de l'acide à cha qui paraît.
D'aveu tout chenna la quérette a finin en juquous. Chinot est oû chimetyire mais personne l'a oublié.
Frédérique Mabire

François et son auto

Je vais vous parler encore de François, un paysan de chez nous, celui qui allait toujours au marché vendre ses œufs et qui mélangeait les gros avec ceux de ses poules naines.
Vous souvenez-vous quand une estivante lui avait dit : " Ils ne sont pas très gros vos œufs, monsieur ! " et qu'il lui avait répondu : " Les petites doivent suivre leurs mères. "
Ainsi, il allait au marché de Barneville avec sa jument Bijou attelée à sa carriole à capote, tous ses amis avaient acheté une auto.
Eh bien ! Je suis plus riche qu'eux, je vais m'acheter une auto moi aussi et j'irai au marché à Port-Bail et même aux Pieux, pourquoi pas ?
Mais avant il faut passer le permis, ça ne doit pas être difficile : Joseph qui est bête comme un âne l'a eu et Gustave qui sait à peine lire l'a eu aussi.
Mais là ce fut autre chose. Il en prit des leçons, le moniteur d'auto-école était tout excédé de voir qu'il ne comprenait rien, un véritable âne têtu. Cela lui coûta très cher, mais un jour le moniteur lui dit : " On va aller à Valognes faire une répétition. On part de la gare et au deuxième poteau il faut avoir passé la troisième. Ensuite, faites exactement ce que l'examinateur vous dira. "
" Bien sûr dit François. "
Le jour du permis arrive, le voilà assis prêt à partir avec l'inspecteur.
" Allez ! "
Il démarre, première, deuxième et en route ! Au bout d'un moment :
" Vous devriez passer en troisième. "
" Cela fait bien comme ça. " qu'il lui répondit.
" Eh bien, dans ce cas, vous reviendrez. Au revoir monsieur. "
Il n'était pas content. La 2CV camionnette était achetée depuis longtemps, toute neuve bien sûr : quand on a de l'argent on n'achète pas de l'occasion. Il le fallait pourtant ce permis sans cela la voiture allait finir en poulailler au fond du jardin.
Au bout de onze ou douze fois au moins, il revint quand même avec son papier rose. Maintenant, il allait au marché à Barneville, à Port-Bail, aux Pieux et jusqu'à Bricquebec et un beau jour le voilà parti à Valognes. Mais à force de rouler en seconde la pauvre voiture était fatiguée.
En revenant de Valognes avant d'arriver à Négreville la voilà qui se met à fumer, à fumer comme une bûche qui couve dans la cheminée. Il stoppa et partit à pied jusqu'au garage et dit :
" Ma 2CV fume, je crois qu'elle a soif. Avez-vous un peu d'eau pour lui donner à boire ? "
" Vous vous moquez de moi, on ne met pas d'eau dans une 2CV, je crois qu'elle manque d'huile, en voilà un bidon. "
Vite il revint à sa voiture, il eut bien du mal à lever le capot car c'était la première fois qu'elle lui jouait des tours et qu'il regardait là-dessous. Il versa de l'huile et pour être sûr qu'elle ne recommence pas il versa tout le bidon. Une auto, c'est comme un cheval, pour qu'elle marche, il faut bien la soigner.
En route ! Le voilà reparti, mais quelques kilomètres plus loin, voilà qu'elle recommence à fumer. Arrivé à Bricquebec il était entouré d'un nuage noir, ça sentait le brûlé et l'huile coulait tout autour. Il arrêta chez Arcens et quand il raconta ce qu'il avait fait, ils éclatèrent de rire et je crois que s'ils ne sont pas morts, ils en rient encore.
Voilà qu'un matin, elle ne voulut pas démarrer, le garagiste lui dit :
" Il faut remettre de l'eau dans la batterie jusqu'au niveau indiqué. "
Rentré chez lui, il versa de l'eau, mais beaucoup trop, alors, tout gêné, il aspira le trop plein avec un brin de paille en prenant soin de recracher (il n'aimait pas l'eau) mais quelques jours après, il s'aperçut que ses dents se déchaussaient. Le pauvre idiot, il ne savait pas qu'il y avait quelque chose qui brûlait la bouche dans la batterie : c'est de l'acide à ce qu'il paraît.
Avec tout ça la voiture a fini en poulailler, François est au cimetière mais personne ne l'a oublié.

Traduction de Frédérique Mabire