Jean-Pierre Montreuil
 

 

 


Originaire d'Equeurdreville, Jean-Pierre Montreuil a fait carrière à l'étranger. Il a été professeur à Harvard, puis à l'Université du Texas, à Austin, où il a dirigé pendant plus de trente ans le programme doctoral de linguistique romane. Son attachement au Cotentin et à sa langue est à la source de ses activités non-professionnelles de ce jour : il écrit, il traduit, il compose, il documente, il enregistre et contribue aux efforts de maintien et de dissémination de la langue normande, au sein de l'association des Amis du Donjon, à Bricquebec, et de l'association Magène.
Jean-Pierre nous propose aussi son excellent site
choses normandes (textes, pédagogie, bibliographie...)


        
Livres disponibles dans notre Boutique


De loungue et de l’aise : un nouveau CD de Magène !
par Thierry-Georges Leprévost - Patrimoine Normand n°100

C’est toujours un événement. Après des disques de chansons, une comédie musicale, des textes pour la veillée, l’association du Cotentin revient cette fois avec un nouveau CD entièrement parlé, qui présente la particularité d’être consacré à un seul auteur : Jean-Pierre Montreuil, et d’être dit par celui-ci. Son titre : De loungue et de l’aise, ce que l’on peut traduire librement par Sans me presser. Tout un programme ! Du propre aveu de l’auteur (et puisque le normand est une langue riche), il aurait pu aussi bien s’intituler De soc et de besoc 1, pour dire à la raundouole, coume cha vyint, pêquevéchi, paé graund d’quei ou un miot d’touot 2. Le dialectologue Jean-Pierre Montreuil poursuit ainsi la présentation de son œuvre : No-z-y veira eune ripâopée de pages mouoronnaées : des légendes, des histouères vraies, d’âotes rêvablles, des gâodenches, des fablles, que j’i féchounaées à men leisi. 3 À men leisi. Il aurait pu l’appeler ainsi, puisque le sens est le même, si ce titre n’était déjà pris par le grand poète normand Marcel Dalarun (A men leisi, en prenant le temps qu’il me faut, l’Harmattan 2004). Même les non normannophones auront globalement compris que ce recueil est un formidable espace de liberté : des histoires anciennes racontées à table par ses parents ; des anecdotes sur une famille du haut de La Hague entre les deux guerres ; de courtes fables édifiantes ; des adaptations ; des traductions ; bien d’autres choses encore… Pour prouver que le normand est une langue bien vivante ! Car, n’est-ce pas : Le normaund, ch’est eun reide jouli loceis, riche en forche et en couleu, d’aveu qui que no-z-est dauns le cas de rire, de plleurer et de jostaer 4. Une très jolie langue en effet, puissante et imagée, capable d’exprimer tous les sentiments. On ne saurait mieux dire.

1) Comme ci, comme ça.
2) Au hasard, comma ça vient, mis n’importe comment, pas grand’ chose ou un peu de tout.
3) On y verra un ramassis de pages chuchotées : des légendes, des histoires vraies, d'autres imaginaires, des bavardages, des fables, que j'ai arrangées à ma guise.
4) Le normand, c'est une sacrée belle langue, riche en force et en couleur, qui nous met en situation de rire, de pleurer et de plaisanter.


Oû piano

Oû piano, déeus-treis quate notes
Qui s'acoquillent et purotent
Douchinauntes, eun brin moufllues
Eune caunchoun qui vyint d'affût,
Sauns butaer, merqui d' décord,
Mais yoù que l' quoeu dare à fort.

Eune caunchoun sus tes fllues joes
Sus tes qu'veurs neirs eun miot fos
La fosse dé ten co qui frise
Tes lippettes rouoges coume des ch'rises
L's affiquets à ten bras nun
Sus tes évos, tes calins.

Eune caunchoun sus l' vent qui blleune
Sus l's espéraunches qu' no leune
Quaund les traunverses s' coffissent
Et qu' les déhaits s' décatissent
Que v'lo l' bouès dauns les couépiâos
Pis qu' no-z-est essouis d' bouon-âot.

Dis à ten âme effertaée
De n' paé avei l' saung touornaé
D' ches quiqu's notes enquérâodauntes.
Ch'té lire qui t'erjue et t' haunte
Oû rême catis dé ma voué
N'est qu'eune auntianne d'amoué.



L'envolaée

Quaund qu' l'envolaée s' mint à chauntaer
La voué saunglle coume iâo dé ruet
Les not's lus entouortillonaient
En trachaunt l' bouot du cyil.

Sa voué saunglle coume iâo dé ruet
Et sa voué, ch'était sen pourtrait.
Douoche, attilounaunte et doraée
O berchait m'n âme d'éfaunt.

Eun rême fyi, sâovage coume l' feu
Enquérâodaunt, hubre, âoré-blleu,
Pas mens, raboli, gavilleus
Coume eun ouésé qui plleure.

Pus j' l'écouotais, pus j' m'amollais
Soungeard, à bouon tchu, rempounaé
Héreus coume eun cat oû solé
Eun voleus dauns la breume.



La meusique

Parmin les loungs gents égachis
De chu violoun du nord qui laime
No s' deut-i paé du vent qu'échaime
La mort sus les graunds lacs glléchis ?
De chu bassoun no-z-ouit l'ébrai:
Eun bu qui craque, acaisse ou pllie
Quaund sous la pé couole la freid
Irrasatiablle et ravagie.

Dauns la graund'reue, eun' saltarelle
Oû surgai solé d'Italie
Vyint tabouornaer à nous oyèles
Et en d' cha d' noute âme éfestouie.
La guitare daunch', daunche et gabasse
Élingue eun ai fru et metti
Coume la janne fressouaée qui rapasse
Et rit de nous veî la guetti.

N'y a paé d' baté coume la meusique
Pouor terri en payis horzin
Paé de bougassi coume eune cauntique
Plenne de neires et d' bllaunches en raundouin.
L' pus taudioun d' nous peut yête du viage
Sauns qu' no li caunte pouilles oû péiage.
Ch'est paé eune abrélingue, nen dame,
Ch'tu baté qui quérie noute âme.



L'iâo saunglle de tes raêves

Tu m'as dit: "Vyins t'en m' paraer
M' contaer eune âote dirie
M' dire qui que j' devyinrai
Mei quitte des joueries,
Me bénoumaer ten p'tit rouossin
M' mitronaer les qu'veurs oû frount
M' luraer quiqu's airs de ten dessein
Féchounaés dauns l'embrouns.

Et mei, le vuus musiqueus,
Qui d'vrai tatôt d'pitaer l'esseue
Qu'i poue d' yête seu ès drényis temps
J' m'en vyins d'aras ten lyit d'éfaunt.
Mes deigts jostent d'aveu les tyins
Et ma voué se mêle à tes riries.

Byintôt tu t'aloves à t'n affaire
Eun jati souri ès lèves
Et mei, le vuus, j' trache à beire
L'iâo saunglle de tes raêves.