Marie Philippe
 

 

 


Marie Philippe est décédée en 2005, à l'âge de 86 ans. Longtemps institutrice à Besneville (Manche), elle vivait à Montpellier. Elle nous avait confié quelques manuscrits en normand. Marie écrivait à l'encre violette des récits et des poèmes sur des feuilles reliées d'un fil de laine ou sur des petits cahiers d'écolier. Elle écrivait surtout pour ses petits-enfants mais ses textes étaient lus aussi lors des réunions associatives.
Le texte ci-dessous a été publié dans l'Echo de Bricquebec.

 

La Baête malnaée


Quaind j'étiouns qu'nâles, nous gens nous faisaient poue de la Baête Happette. I nous disaient et redisaient :

" N'marchiz janmais oû bord de l'iâo, et défi-ous de la Baête Happette ! O s'tyint dains les rivyires, les mares et les pits. Ol a l'orèle d'exaès fène, et sentaint venun dé louen eun p'tiot qui passe, o s'démuche, l’*happe et l'entranne oû found de l'iâo pou l'mougi !

Ainchin vos avaez byin coumprins mes pouores éfaints... v'la cha qui vouos arriv'ait - malheu ! - si vouos ma'chîtes oû bord de l'iâo..."

Mais j'vouoliouns en savei pus loung et j'questiouniouns nous gens :

" La Baête Happette, à qui qu'o r'semblle ? Et coume qui qu'ol est faite ?

O r'semblle à âoqueune baête dé tcheu nous, mes p'tiots, ol est vilanne... Vo vouos figuuraez pao !

Ch'est eune touote grosse baête d'aveu quate pattes griffeues, eune pé touote pllaintaée d'épènes et grise coume l'iâo yoù qué le cyil sé guette. Sa grainde goule carraée est pairaée de loungues dents byin aiguuchies. - J'les avouns paé coumptaées - !

D'aveu cha, déeus cônes fouorquues, d’s urs rounds li r'sortaint d'la taête et une loungue, loungue coue… qui, à l'éga d'la lannyire d'eun fouet, l'ainde à happao l'malhéreus p'tiot s'approchaint par trop praès de l'iâo. Ampraès, la baête erganne l'engouole et l'entranne oû pus profond en eun ryin de temps pou l'mouogi...

A noute idaée, la Baête Happette d'vait yête la Mère des vilans mâorouns, à la neire pé taquie d'jaône qui brile coume dé la fouore dé coucou ! No les viyait s'trannaint sus les qu'mins ampraès qu'il eut plleu et dépurao. Ches p'tites baêtes nous faisaient ma oû quoeu mais paé trop poue, rapport qu'o sount petiotinettes, et pis ol avaient byin de la penne à couori !

Les gâs marâtes l’s éraient byin minchies - ol 'taient si vilan­nes -.

I les calouaient d'aveu d's élingues, mais sé reténaient d'les visao ! - Si janmais i blléch'chaient yeun des mâorouns, lus Mère, la Baête Happette... n'mainqu'quait po d'accouori oû s'cours dé sen p'tiot. "


V'la cha qu'en 'tait d'la Baête Happette dains nous rêves d'éfaints : eune baête malnaée, à crande praès des rivyires, des mares et des pits… !! 

Ch'est eune histouère à dire à la carre dé la queminaée dauns le temps de Noué !