Alphounse Poulain
 

 

Textes dits sur le CD Veillie normaunde :
Alphounse oû football
Souovenaunche

 


Membre de l'association Prêchi Normaund, Alphonse Poulain est un auteur qui fourmille d'idées originales. Il a produit de nombreux textes, majoritairement comiques, mais aussi d'inspiration poétique, comme le texte "La mé" ci-dessous. La précision des descriptions, l'habileté du récit et la qualité des chutes le situent parmi les meilleurs auteurs d'aujourd'hui.



Histouères rêvablles (2010)

En Cotentin, le conteur est bien connu depuis des décennies mais n'avait pas encore publié ses meilleures histoires : c'est chose faite avec ce livre très attendu. On y retrouve l'atmosphère du conteur, son humour, sa poésie. Dans la préface du livre, Isabelle Lequertier montre bien la richesse du propos. On ne s'ennuie pas un instant à la lecture de ces histoires particulières et originales. Le livre tient toutes ses promesses. D.B.

riles d'étaé

La mé


Touot petiot, la mé m'a happaé. Duraunt la guerre, j'avais eune douozanne d'annaées, eune vuule taunte qu'était eune reide bouone pêquouse me prenait d'acaunt lyi ; cha nous faisait byin treis kilomètes à pyid mais ryin que de senti l'odeu de la mé, no trouvait le quemin court.

En çu temps-lo les roquis couverts de vré muchaient eun tas de coquillages, des aungllettes, des cllo-pouengs, des houmards, des seiches oû meis de mai, des houlins oû meis de juin sauns coumptaer les mènes que les Allemaunds avaient attaquies sus des trépyids en boués fiquis sus la pllage counte le débarquement et qui se trouvaient évalinguies dauns les quéryires. Par bouonheu, ch'était des grosses mènes pou les batés qui pétaient paé facilement. Ma vuule taunte me disait : " Prêche paé des mènes à ten père, i vourait paé te laissi arvénin ".

Ma taunte est morte et j'i tréjous taé à la pêque: je me sis fabriqui eun hale-croc de pus de treis mètes. J'en i sorti des houmards et des congres ! J'i tendu itou des cordes pou les bars : j'en i prins des biâos de dyis à douze lives et même eun de quinze lives mais achteu les temps ount chaungi ; les roquis sount pelaés coume eune citroule, le vré est rempllechi par eune manyire de graunde ordure qui vyint du diablle bouilli : la sargasse qu'i noument cha ; ch'est juste bouon à vous foute bas quaund no s'empature dedauns mais pouor ratiraer le peissoun, nisquette. I y a itou eune petite pllaunte verte, touote courte; à basse mé no creirait veî eune cllosaée de revouin ; no risque paé de s'empaturaer mais cha grile et no s'artroue soupllement sus le tchu mais tout chenna est vite omblliyi quaund je reninflle l'air salin, l'odeu du vré, quaund le brit des vagues qui vyinent s'endormin sus les roquis me carluse les oyères et la nyit, touot ce que no veit dauns noute pétoche : les petits peissouns qui filent coume eune écllai, les crevettes d'aveu leus déeus graunds urs qui brilent et des couops eun houmard à la goule d'eune houle qui vous guette, la tête appiée sus ses déeus pattes crouésies.

Touot cha mes pouores bouones gens ch'est du bouon-âot, du bouon-âot incriyable et, viy-ous byin, ma fei, même si ma hotte devyint byin trop graunde et que j'i du ma à me racachi, taunt que je vas pouvi, je cacherai à la mé.