Textes en normand
        paroles de chansons              histoires et récits
Le café à l'âoberge    Louis Beuve

 

 

Quaund j'syis byin sâo, j'peus byin vous le dyire,
J'chaunte à peu praès coume eun vêtu,
Qu'a la coue prinse dauns eune barryire,
En dinnaunt jé m'trouve déjà muus !
Mais achteu qu'cha c'meinche à byin faire
Et qué mé v'là byin étoupaè,
Ryin qu'en véyaint servi l'cafaé !
Jé m'seins eune vouée coume eun tounerre, (bis).

1 Quaund j'syis parfeis d'eune humeu d' *herche,
Sav-ous byin ce qui mé r'bâle du quoeu ?
Ch'est de l'iâo de veie de beire, du rhum, du tchierche
Veire ! eun bouon demin és treis couleus !
Ch'est eun cafaé patriotique :
(Los ! c'qué ch'est touot d'même qué le prograès !)
Ya qué dé depis la Républlique,
Par chin que no beit taint de cafaé, (bis).

Aotefeis no l'counaissait guère
Qué tcheu les geins byin *hâot-élevaés ;
Et aco quaund fallait en faire,
Mes pouores bouones geins, ch'était d's apprêts !
Annyi no muche pus sa cafetyire :
Touot le mounde preind sa " pouore goutte dé quei "
Ya qu'eune feis que no-z-est dains le chimetyire
Tcheu nous qué no beit pus de cafaé, (bis). 

D'aveu déeusse-treis petits pots de la bouone
Fâot qu'eun cafaè seit byin coueffi,
Aossi byin coueffi que la patroune
Qui se tyint ilo à nous guetti !
Jé syis paé coume les criyatures,
Eun cafaé qu'est paé peivraé,
Pou les vêtus ch'est des laveures,
Cha mérite paé lé noum de cafaé, (bis).

Vous m'en refichiz des tarâodaées,
Sapraée D'siraée, qui qu'no-z-en sait
Ch'est p'tête ma belle bllâode byin pllissaée
Qui vous doune des idaées pouor mei
Des files, j'en ai conneu de byin belles
Mais de cha jé syis paé byin génaé,
Car j'aime en fait d'démouéselles
Que les syines que no met dauns le cafaé, (bis).

Mais v'la ma bidette qu'est rattelaée,
Qui veit pas le moment de dépéqui,
Vite erdounaez nous eune touornaée
Pouor paé s'en r'vénin sus eun pyid.
.... M's amins, jé lève lé tchu pour beire
Eun drényi coup à vote saintaé,
(Pas men tchu mais le syin de men p'tit verre
Pour nettiaer ma tasse dé cafaé), (bis).

Ch'té nyit à la lueu des éteiles,
Ma vuule joument va byin marchi ;
Et, quaund j'ai du vent dauns les veiles,
0 sait byin qu'ch'est de l'aveine pouor lyi !
Ya paé bésouen qué j'la coumaunde
Et no craint pas d'ête goubelinaé
Quaund pouor traversi la graund launde,
No-z-a le bingot remplli de cafaé, (bis).

 


Paroles : Louis Beuve - Musique : Mariette (en 1899)
Arrangement façon Brassens : Daniel Bourdelès © 2007