Textes en normand
        paroles de chansons              histoires et récits
Marie Digard    Côtis-Capel

 

 

“Eh veire, men pouor éfaunt, byintôt quatre-vingt-quinze !”
Instalaée byin oû câod dauns sen fâoteu d’ousyi,
O ratouorne et m’éplluque - et d’aveu taunt d’ pllaisi -
Les jouées qui y arrivîtent, les mâos dount o fut prinse.

Et les triveleines dé quenâles qué dauns l’ temps ol a tinses,
Mes gens, les gens de mes gens, o les reveit à leisi,
Coume és jouors qu’ol allait dès le pitroun et de sen pyid
Echaungi et puchi les sérots, bllâodes et queminses.

refrain :
Et devaunchaunt dauns men idaée les meis de chent calendris,
Je viiais tréjouos pus biâos ma terre et men pays,
Quaund mille annaées enco souos le cyil érount couori (bis).

Pus que la vie d’eune bounne femme accabassie d’annaées,
Par dérryire sen bounet, souos ses mans hâlitraées,
J’entendais byin à cllai mille auns dé noute histouère,
J’entendais byin à cllai prêchi Marie Digard.

refrain :
Et devaunchaunt dauns men idaée les meis de chent calendris,
Je viiais tréjouos pus biâos ma terre et men pays,
Quaund mille annaées enco souos le cyil érount couori (bis).

 


Mini-lexique :
Triveleine = grande quantité / quenâle = enfant / mes gens = mes parents / les gens de mes gens = mes grands parents / pitroun = petit jour / accabassie = écrasée de peine / hâlitrées = gercées.


Paroles : Côtis-Capel - Musique : Daniel Bourdelès
Extrait du CD "Magène en concert" © 2001