Textes en normand
        paroles de chansons              histoires - poèmes - récits
L'aungllais à l'école    Guy du Hammé de Hâot

 

 

J'i byin conneu quiqu'eun qu'a passaé pus de trente annaées de sa vie à trachi à apprenre l'aungllais és quenâles dauns eune école d'eun gros bourg du Cotentin.

Dème, quaund chu janne maîte arrivit lo l'enreit, il avait la tête qui li mouait d'idaées nouvelles - ombliaez paé qu'i sortait li-même des écoles - pouor trachi à intéressi le pus possible les petiots à chu loçeis, drôle pouor yeus, qui leus disait paé byin de quei, veu que, par ichin, i prêchent tréjouos normaund, et eun miot le fraunçais, pique ch'est ainchin dauns noute countraée. Il ount chent couops raisoun de countinuaer à prêchi leus loçeis, ch'est paé mei qui dirait le countraire, mais cha fut quaund même eune seurprinse pouor li ! Ampraès déeus ou treis jours, eun petiot, reide avisaé, troua, de li-même, que quiques mots d'aungllais sounaient normaund : eune quaire, eun cat, eune peire, eun gardin. Ma fei de Dû, cha quemenchait reide byin pouor le maîte !

Mais, oû bouot de quiques semannes, eun quenâle s'écryit touot à tra : "Mei, je me demaunde byin pouorqui que no z'apprend l'aungllais ichin ! Men frére, il a eun bouon métyi, et il a jammais fait d' aungllais de sa vie ; cha l'empôse paé de byin gangni sa crôte ! - Qui qu'i fait ten frére ?- Il est bouochi.- Eh byin, va t'en te mette bouochi itou, tei !" (Ch'est cha qui fit par pus tard.) Ch'té remerque laissit le malhéreus maîte touot surgouolaé !

Eun âote couop, no li rapportit qu'eune brave fème d'eun village aveisinaunt - byintôt touos les quenâles vyinent de la caumpane - avait dit à sa veiséne : "à l'ecole iyoù que va men gâs, je creis qu'i sount devenuns fos! Veyous cha : il apprend l'aungllais ! Coume s'il avait besouen de l'aungllais pouor traire les vaques ! En pus de cha, janmais i mettra les pyids en Aungleterre ! Qui qu'il irait y faire ? Eh byin, mei, je l'en dispense !"

Eun seir, quaund les parents vyinent veî les maîtes de leus petiots, la mère d'eune gentile file fit coume cha : "Ma file a du deu en aungllais, ch'est reide seu, ol est paé trop bouone. Mei, je vas vous dire pouorqui : ch'est que vous lyi prêchiz aungllais padaunt les leçouns !" Dème, ch'est paé quemode de faire âotrement ! En li-même, le maîte print cha coume eun coumplliment.

Dé demême, eune âote seiraée, quaund le maîte demaundit és gens d'eun pouor petiot : " Qui qu'i fait oû seir, ampraès l'école ? Apprend-t-i ses leçouns ?- Qui qu'i fait ? Il écale les peis !" Ryin de drôle qu'il enhannait à l'école !

Eun mardi, v'là qu' eun quenâle se mint à dire : "Deman, ch'est mécredi, je vyinrai paé oû matin.- Eh, d'où vyint ?- Veyous, j'irai à la pêque oû loung de la Scye ; cha sera byi muus pouor mei de happaer des trouettes que de tâchi de prêchi l'aungllais ichin !" Et, de fait, i vint paé de la matinaée. Fâot creire que la pêque li pllaisait taunt !

Cha fait que, oû bouot de quiques annaées, le maîte fut eun miot futaé. S'il avait rêvaé eun brin, i fut mais paé loung à raterri d'aveu touotes ches remerques ! D'oûtaunt que, le temps qu'i feut ilo, il en entendit byin d'âotes. Eun mécredi, eun reide genti gamin announchit touot hâot : "Si vous creiyez que je vas faire vos leçouns ch't arlevaée ! J'i de l'ouovrage à aquevaer. I fâot que j'épile à l'entou de men cllos ; ch'est pressaunt ; je peus paé tergi !" Qui que vous voulaez réponre ? Fallait que cha feusse finin, paraî ?

Yavait itou eun malhéreus petiot qui li enniait à retou de temps, assis traunquilement sus sa quaire, praès de la crouésie, se câoffaunt oû solé, en espéraunt la soupe du médi. Il était tréjouos à rabâchi : "Mei, j'y coumprends ryin à l'aungllais, ryin de ryin ! J'i la caboche trop dure ! Cha veurt paé rentraer ! J'y peus ryin, ch'est coume cha." A n'eun couop que les âotes quenâles vouolaient savei coume qui que no devyint maîte d'aungllais, chu petiot là remerquit le mot " bac ", le premyi équelon qu'i fâot aveindre, promais que de poursuure des études pus loungues. Chu mot là le quétillyit, et v'là qu'i laquit touot à tra : "Eh byin, ma vaque, ol a sen bac itou, pouor beire de l'iâo, byin seu !" Touote la mouerie de quenâles se mint, du couop, à éclliquetaer de rire padaunt chin minutes ! M'est avis que chu petiot là était p'tête paé oûssi innochent que cha, ampraès touot !

Eune file aimait byin les quevâos. O passait touot sen temps libe à panagyi ses poulans et ses antennais à l'étchurie. L'aungllais n'était paé sa "tasse de thé ", coume i disent. " Qui que t'as fait hyir dinmanche l'arlevaée ?- J'i quemenchi à débouorraer ma jument "- "Eh byin, veis tu, je fais la même chose que tei ; mei itou, je passe men temps à débouorraer des quettouns et, ma fei de Dû, j'enhanne !" La petiote, d'aveu ses uurs égaluaés, guettit le maîte eune pâose, touote éberlusaée !

Padaunt eune leçoun, taundis qu'il était en souen d'esplliqui quique seit en aungllais, eun petiot pouossyit sen ébrai : " Y a-t-i loungtemps que vous êtes allaé par la cache du moulan ? Cha y a byin chaungi ! Fâot allaer veî " ! Les âotes en restitent la gouole souos le naez !

Parfeis, erjuaé de redire chent couops la même chose, le maîte étchurfait : " baunde d'ouées, êt-ous paé dauns le cas de faire la différence entre " yête " et " avaer" ? Si no- z-entend " j'i eun âne " et " je sis eun âne ", ch'est-i parel? " Les syins qui coumprenaient byin ritounaient eun moment.

Quaund, sus la plléche du marchi, no li demandait coument qu'i gangnyait sa crôte, i répounait en riochinaunt : "Je tâche d'apprenre l'aungllais à des bourricots qui ne veulent paé se gênaer !"

Allaez paé creire pouor oûtaunt qu'il aimait paé cha qu'i faisait. Nennin, mais, veyous, cha r'est p'tête paé eun métyi oûssi façile que no dit. I fâot finin par coumprenre que touos les quenâles sount paé dauns le cas d'apprenre l'aungllais, louen s'en fâot ! Et coume li répétait eun de ses vuus amins, eun bouohoume de pus de quatre-vingts auns qu'avait biâocoup d'assent : " ch'est paé quemode de chaungi des quettouns en quevâos de course ! "

Byin seu, touos les petiots étaient paé coume cha. Byin des euns étaient reide savaunts et se gênaient biâocoup pouor prêchi coume i fâot chu " horsain loçeis ".Quiques euns ount susuu le même quemin et en ount fait leus métyi ! Coume no-z-entend souovent : " y a paé de sot métyi, y a que de sottes gens à les menaer !"

Par pus tard, eun janne houme faisait coume cha : "J'i reide byin apprins l'aungllais d'aveu chu maîte là ; ch'était quemode ; il avait eune mannyire byin à li, l'audiovisuel et la trique ! Ch'est pouorqui !"

 


Poème inédit © magene.com 2010