Textes en normand
        paroles de chansons              histoires et récits
Oûs jous d'exode    Jean-Baptiste Pasturel

 

 

I

Quand l'z'Alliés sont v'nus débart'chi
Dans notre Normandie
Un biau jou, fallu bi parti
Mettr' à l'abri sa vie ;
Quand nou prèch' de ces moments là,
J'avons tous prins la mode
De répéter pour chin, pour cha :
C'était pendant l'exode.

II

Dans un' tranchée, sous un abri
Parfais dans I'coin d'un' piche,
Vaisins, vainsin's nou z'a couchi
Pêqu'mel', les d'gueux, les riches
Au mâ, t'chi qu'érait pu penser,
Nou n'avait qu'une idée,
Sauver sa piau et pis hâler
D'la vaie, sa maisonnée

III

Mais c'qui fut t'churieux de r'mertchi
Chest q'l'état sanitaire,
N'était pas mauvais, Dieu merci,
Car les apotit'chaires
N'éraient pas pu, clopant, clopin
Pour sougni la pratique,
Brouetter tout au long du qu'min
Leux drogu's et la boutique

IV

Les gens qui souffraient d'l'estouma
Et qu'avaient d'la gastrique
Eraient digéré sans grand mà
Presque des morciaux d'brique,
Tous les boiteux, tous les perclus
Qui geignaient d'rhumatismes
Leux foll's douleurs ne sentaient pûs
Et rêvaient d'athlétisme.

V

Nous rencontrait. des bronchiteux
Et mêm' des asthmatlques
Un' petit' tchérett' devant ieux
Presqu'au pas d'gymnastique,
Mais coum' n'y avait d'gèr' à mougi,
Bi qu' nou z'eu biau s' débattre,
Les gens qui mant'chaient d'appétit
Eraient bouffé coum' quatre.

VI

Quand nou z'entendait les fusants
Miauler au d'aus des têtes
Ou quand les z'obus pert'chutants
Pas loin faisaient d'leux bêtes,
Fallait vais l'z'anciens conbattants
S'ardréchi pour nous dire,
Vous en fait's pas, viyous dans l'temps
Nous, j'avons connu pIre.

VII

Si dans les creux fallait s' muchi,
Faire un piat ventr' sus l'herbe,
En risquant parfois de s'couchi,
Dans … c'qui n'a ri d'superbe :
Les gâs qui.par tempérament
Couraient la prétentaine,
N' pensaient pas dans parel moment
A s' vanter d'leux fredaines,

VIII

Ah ! qu'les ménagir's filaient doux,
L'z'homm's avaient l'avantage,
De n'pas vais Madame en courroux
Dans un' scèn' de ménage ;
Et nos d'cendants n'crairont jamais
Qu' chest dans ces jours de d'gerre,
Qu' nou z'era vu régni la paix
Entre gendr's et bell's?mères

IX

Ces jours yen a qui l'zont passés
A tchin'z, vingt t'chilomètres.
Dans les villages d'ilo tout près
Du Beth'lin aux Marettes.
Et coum' la " Marie " d'la chanson
Sûs les Bords de la Loire,
Nous z'en vit s' prom'ner sans façon
Tous, ils en ont mémoire.

X

De centre en centre acheminés,
Il fallut sans vergogne,
Pour biaucoup s'trouver évacués
En Vienne et en Dordogne
Y en avait dans la direction
Des bourgs de la Mayenne
Et enco pus dans région
D'Vitré, d' Fougèr's et Rennes.

XI

Quand j'entends agni les crânous
Qui vont doûnant d'la goule,
Raconter qu'ils n'avaient pas poûs
Pour épater la foule :
Mais quand l'z'avions Amérit'chains
Mitraillaient tout sans cesse,
Cha peut bi s'dire entre copains,
Tout l'monde serrait les fesses

XII

Si j'ai voulu à ma façon
De ces jours de détresse,
Mettr' dans les couplets d'un' chanson
L'z'à côtés d'la tristesse,
Chest qu' pour aindi à supporter
L' poueds lourds de notr' misère
Vaut mûs en rir' que d'en pieurer
Quand nous l' peut sus la terre.

 



Paroles : Jean-Baptiste Pasturel
Extrait de " histouëres de t'chu nous "