Textes en normand
        paroles de chansons              histoires et récits
Le hérichoun    Marcel Dalarun

 

 

I plleut ! I plleut. Moussieu hérichoun
Va à la trache ès calimachouns.
Piane, piane ! No creireit byin qu'i chapène.
Nennin, I surgue et sen musé fouène.

Ilo, à man droite, eun ver de terre.
Eun miot pus louen, eune loque fait l'affaire.
Mais des calimachouns, y'en a brin.
Ryin, paé même en travêquaunt le gardin.

Ch'est, ma fei de Du, eune joulie caunchoun,
Mais fâot co muus eun calimachoun.

V'la venin mademouéselle hérichoun,
Quasiment la pus belle du cauntoun.
Du couop, fâot paé faire veî que no s'effoche
Et ya lieu de lyi faire des agrignoches.

O passit, fyirte coume eun guai huppaé,
Fit dreit la syinne qu'avait paé ryin vu.
L'hérichoun en restit surgouolaé,
De quei yête fiqui la joe souos l'u.

Du couop, i s'n allit dauns sa founette,
Oû pyid d'eune vuule crânyire, le loung de la ruette,
Et, de fait, s'endormint touot de bouon,
Rêvaunt d'amour et de calimachouns.

Le lendeman, i se sentit la fale basse.
L'amour, cha passe et pis cha rapasse.
Ch'est, ma fei de Du, eune joulie caunchoun,
Mais fâot co muus eun calimachoun.


Le hérisson

Il pleut ! Il pleut. Monsieur hérisson
Part à la recherche d'escargots.
Tout doux, tout doux ! On dirait bien qu'il musarde.
Pas du tout, il guette et son museau fouine.

Ici, à droite, un ver de terre.
Un peu plus loin, une limace fait l'affaire.
Mais des escargots, il n'y en a pas.
Rien, même en sillonnant le jardin.

C'est, ma foi, une jolie chanson,
Mais ça ne vaut pas un escargot.

Voilà qu'arrive mademoiselle hérisson,
Quasiment la plus belle du canton.
Alors, il ne faut pas laisser paraître son émotion
Et il est bon de lui faire des minauderies.

Elle passa, fière comme un geai huppé,
Fit comme si elle n'avait rien vu.
Le hérisson demeura stupéfait,
De quoi en rester bouche bée.

Du coup, il repartit dans son trou,
Au pied d'une vieille masure, près du sentier,
Et, de fait, s'endormit pour de bon,
Rêvant d'amour et d'escargots.

Le lendemain, il ressentit une grande faim.
L'amour, ça passe et puis ça repasse.
C'est, ma foi, une jolie chanson,
Mais ça ne vaut pas un escargot.


 


Paroles : Marcel Dalarun - Musique : Daniel Bourdelès
Extrait du CD "Veillie normaunde" © 2007