Textes en normand
        paroles de chansons              histoires et récits
La Neire Mâove    Daniel Bourdelès

 

LA NEIRE MAOVE
La Neire Mâove est une magnifique goélette du Cotentin. Elle a été créée en 1992. Carteret est son port d'attache. Elle est la réplique d'un modèle ancien auquel ont été ajoutés de nombreux perfectionnements de navigation et de confort. Des passionnés la font vivre et vous proposent des voyages à son bord. Contactez-les ici :
"http://www.neire-maove.com/bienvenue/bienvenue.html".




La Neire Mâove grile ilo liement
D'aveu ses veiles oû couop du vent.
Ol est reide fyirte dauns l's écllipaées
Touos nouos, j'admirouns à la veî.

Et la Neire Mâove
Ol a prins s'n évo
Dauns la flleu de brôe
Qui nous balie les joes

Promais que le vent seit byin allaunt,
Cha cllaque du tape-tchu oû tâle-vent.
Sitôt que no passe le naez de Carteret,
Jèrri daunche oû bouot du biâopraé.

Ch'est pus le temps que les saisounyis
S' n allaient en bistchène à Jèrri 
Pouor défoui les caumps de pouneterres ?
Reide ernaés, ma de mé, qui minsère !

Le graund métyi, cha remounte à louen.
Sus le pont qui relise, ya pus de cllos-pouengs,
Ya pus mais de cllaés à maraundaer,
Ryin que des horsins qui vyinnent rêvaer.

Emposaez doun le vent d'écapaer!
Que ses teiles seient tréjous byin croulevaées!
Bllaunches coume les âles des mâoves, et neires
Coume les revénaunts des vuules histouères.
 

Traduction normand / français :

La Neire Mâove glisse là-bas, majestueusement,
Avec ses voiles gonflées de vent.
Elle est très fière dans les embruns.
Nous tous, on la regarde avec admiration.

Refrain :
Et la Neire Mâove,
Elle prend son envol
Dans la fleur d'écume
Qui nous mouille les joues

Quand le vent est bon,
Ca claque du tape-cul au taille-vent*.
Dès que l'on franchit le nez de Carterêt,
Jersey danse au bout du beaupré.

Il est révolu le temps où les saisonniers
Partaient en bisquine à Jersey
Pour y arracher les pommes de terre.
Mal de reins, mal de mer, quelle misère !

Le grand métier, ça remonte à loin.
Sur le pont qui brille, il n'y a plus de tourteaux,
Il n'y a plus de casiers à mettre à l'eau,
Rien que des promeneurs qui viennent rêver.

Empêchez donc le vent de s'échapper,
Que ses toiles soient toujours bien jouflues,
Blanches comme les ailes des mouettes, et noires
Comme les revenants des vieilles histoires.

* tape-cul : mât arrière, taille-vent : mât avant

Extrait du CD Veillie normaunde
Paroles & Musique : Daniel Bourdelès