Textes en normand
        paroles de chansons              histoires - poèmes - récits
Nouvembe    Jean-Philippe Joly

 

 

Jé mé souvyins ches jous si petits
Qu'à finin no les noumait les nyits.

Je me souviens de jours si courts
qu'à la fin on les appelait : nuits.


Annyi des fllots reide bastaunts j'i la réténette
Qué leus avernoum ch'est reide seu " tempaête ".
La mé qui oû louen crêtit, oumbllie l'noum des batiâos
O toque dauns ma *heune coume coque et iâo.

A présent l'océan déchaîné emplit ma mémoire
Si bien qu'on ne peut le surnommer que tempête.
La mer au loin toute écumante, oublie le nom des bateaux
Elle tape dans ma tête comme font ensemble la coque et l'eau.


Je les r'veis tréjouos ches endreits faits pouor hyir
Yoù qu'no prêche à petit, ch'est lo le chimetyire…
Ches ouésiâos d'neire couleu pllens de sacréments,
J'i souovenaunche du souen dé les ébllaqui censément !
Dé de maême d'o ches flleurs sauns renouvé, sauns balcouns
Minses és syins cachis eun jou oû paradis byin trop-à-coup.

Je les vois toujours ces lieux pour recevoir hier
Où l'on parle bas, c'est ici le cimetiere…
Ces oiseaux de couleur noire remplis d'injures
J'ai le souvenir de vouloir les écraser sans remords !
De même pour ces fleurs sans printemps, sans balcons
Dévolues à ceux partis un jour au paradis bien trop vite.


Pis ch'ti-lo, lé vuus graund abre, les bras piquaunt
Le cyil ainchin chigailli, désespei achâouant.
No dirait aperchévi eune croué és mille quémins
Qui *happe le tint des clloques, vantaunt l'hivé qu'éra paé d'fin !
Praès d'la cafouonette yoù qu'câoffe la souope mélaungie
A la crouésie, eun solé détafaîtaé par la déjouerie ;
Les veillous mougent lé silenche, no s'accatouone,
Cha yest eun teimps pouor soungaer és varous et Gires Ganne!

Et puis celui ci, le grand arbre ancien, les bras qui piquent
Le ciel ainsi déchiré, désespoir accablant.
On semble y apercevoir la croix aux mille chemins
qui attrape le son des cloches, célébrant un hiver qui ne finirait pas !
Près du four à bois où chauffe la soupe de légumes et de lard
A la fenêtre, le soleil perd ses rayons, au crépuscule,
Les lampes mangent le silence, on s'emmitoufle
C'est un temps pour penser aux loups garous et à Gires Ganne !


Alo, jé me souvyins…

D'ten noum
Evraqui mâlement
À ce sei
Dauns lé solyi…

Nouvembe :

…à mort j'i minchi ten souffle freid.

Alors je me souviens… Ton nom, éventré salement, ce soir
Dans le grenier, Novembre : j'ai tué en miettes ton souffle froid

 


Poème inédit proposé dans le cadre du concours "L'année de Gires Ganne".
© magene.com 2009