Textes en normand
        paroles de chansons              histoires - poèmes - récits
Ouctobe    Jean-Philippe Joly

 

 

Ch'est eun pount oû mitaun d'eun qu'min,
L'houme *héquette, la quérette arvyint
Du cllos jusqu'à la faisaunce-valei,
L'étaé avrodaé pa l'hivé

C'est un pont au milieu d'un chemin,
L'homme hésite, la charrette revenant
Des champs jusqu’à la ferme,
L'été inquiet de l'hiver


Cha sent le mucre, mais i fait co par couops caôd.
A la carre du mun, i sounge és loungs meis d'iaô…
Ch'est eun pount oû mitaun le caôd et la freid ;
Octobe, coume qui qu'est noute quoeu, yest-i co guai ?

Cela sent l'humus mais il fait parfois chaud.
Appuyé au mur, il songe aux longs mois de pluie…
C'est un pont entre le chaud et le froid ;
Octobre, peux tu dire si nous sommes encore joyeux ?


Qui-revyint-qui, qui-revyint-qui ! Lo ch'est la perdrin…
Le fusil li est co juqui, seument pour eun miot d'teimps,
Achteu-maisi l'horizoun n'est pus de quei
Yoù que les ouésiâos peuvent se muchi, pus ryin à-fait !

Kireviki Kireviki, là est la perdrix…
Le fusil lui est encore au clou, mais pour pas longtemps,
Désormais l'horizon n'est plus ce qui
Permet de se cacher pour les oiseaux, plus rien du tout !


Cachant la gate oû-dessus du *hammé
No veit les feumaées dauns eun cyil d'enfé.
Les cotins s'accouennetissent souos l'achanaée
Bounhoume Octobe trache à raquillounaer

Allant par la rigole au-dessus du village
On voit les fumées dans un ciel d'enfer.
Les petites maisons se recroquevillent sous la pluie battante
Bonhomme Octobre cherche une dernière pitance


Souos les nuaées qui sigllent, i trache eun bédot
I trache à se coulaer sus l'run d'avaunt que mounte l'fllot,
I cache pouor s'abriyi du vent qu’est *haire
Et qui tabeute jusqué l'oryire dé la minsère…

Sous les nuages qui cavalent, le voilà qui cherche un maigre lit
Il cherche à se caler avant l'arrivée de la marée,
Il avance pour s'abriter du vent mauvais
Qui fait grand tapage jusqu'à la lisière de la misère…


Par ma fingue ! Lé solé vyint à-couop
Va-t-i laissi touot d’en par où ?
No sait-i ? Ch'est-i paé lé renouvaé
Qué no veit à la démuchaée ?

Est-ce possible ! Le soleil est là d'un seul coup
Va-t-il laisser tout dans cet état ?
On se demande si ce n'est pas le printemps
Que l'on voit sortir de sa tanière !


Bouhoume Octobe, ch'est-i du souen
D'veî ainchin l'étaé se racachi yens
Et dauns men quoeu mé bailli l'espé
Qué janmais vyinne eun jou l'hivé…

Bonhomme Octobr,e c'est attristant
De voir ainsi l'été revenir en soi,
Et dans mon coeur me donner l'espoir
Que jamais ne vienne un jour l'hiver…

 


Poème inédit proposé dans le cadre du concours "L'année de Gires Ganne".
© magene.com 2009