Textes en normand
        paroles de chansons              histoires et récits
Men vuus quêne    Henri Gogibu

 

 

Byin des coups, en allaunt à men petit bouès, j'me syis arrêtaé à le guettyi*. Fâot dire itou que t'étais si imposaunt.
Dé depis praes de chent chinquaunte auns assis sûs le fossaé oû bord de la cache*, t'en avais veu passaer des gens. Sus ta grosse chuque* byin accrochie à noute terre Normaunde, tu dréchais byin hâot ten graund corps coume eun pilyi de cathédrale. Et là, tout en hâot, dauns ta tête, tes braunques étaient dreit coume des p'tits arbres.
Sus ta grosse chuque, no te sentait imbougeablle ; quéru* coume t'étais, t'avais tins tête à la terriblle tempaête de quatre-vingt-set ; o t'avait byin arrachyi eune grosse braunque mais rogu* coume t'étais, t'en avais guéri. Tei dauns ta vie d'arbre et Mei dauns ma vie d'houme, j'étiouns à peu praès d'eun âge.
Je m'étais pourtaunt dit que je ne te touch'chais pas, ma vie duraunt et que tu vivrais enco apraès mei. Cha vit vuus eun abre !
Et ch'est mei qu'ai dit : j'allouns l'abatte.

Mais rasseure tei cha n'est paé pour de l'ergent que je me syis dédit et que je t'ai trahi. Non, je t'ai dounaé à des gens courageux qu'out l'idaée de refaire eun baté coume le syin de nous ancêtes Normaunds

J'ai-z-eu envie de les aidyi ; d'aveu du bouès d'acat, du bouès de louen, ne fallait-i paé itou, à le faire, du bouon bouès de tcheu nouos !
Ch'est mei qu'ai dit : abattaez-le ; mais quaund j' tai veu te couchyi, j'ai-z-eu coume eun coup de regret. Quaund t'as teumbaé cha ya craquyi dauns le cllos à côtaé et j'en ai tressâotaé* : ch'en était finin de tei qui vivais là dé depis pus d'eun syicle et à qui que personne n'avait touchyi. Te v'là couchyi en travers de la cache.
Bouen saung que t'es imposaunt !
Enco pus que dé debout !
Cha fait de quei de te veî saungni d'eun saung sauns couleu et de veî la vie s'écappaer de ten graund corps.
Mais, console-tei men pouore vuus quêne, d'eun sens, ta vie n'est pas finin à fait.

De tei, i vount tiraer des belles pllaunches et des gros bouès pouor gencyi le bordaé et les membreures de chu biâo baté. Dauns les grosses braunques de ta taête, i vount trouvaer des bouts crochus ou fourquus qu'ount forme qu'adoune*. Dauns ta tête nachue*, i tal'lount ch'te figure grimachue que nous ancêtres mâtaient fyirement à l'avaunt de lus batiâos, magène pour faire poue à lus ennemins.
Veire, t'éras enco byin d's annaées à vive ainchin ; t'iras Su la mé, tu te dréch'chras fyirement à l'avaunt du baté et les gens vyindrount te veî dauns toute ta prestaunche.
Cha va te faire coume eune déeusyime vie. Ch'est-i paé muus que de se veî coume byin de tes frères, copaés, haguyis*, brûlaés dauns la cheminaée et de qui qu'i ne reste pus, après quique temps, qu'eun miot de chendre que no va portaer sus la mallyre* ou dauns le gardin pour faire poussaer la légueume.
Dépêch-ous bouones gens de mountaer voute baté, j'ai envie de le r'veî ainchin men vuus quêne. Cha me consol'la eun miot de l'avei abattu.
Et pyis, veis-tu, mei itou, putôt que de veî mes pouores vuus bras s'levaer d'eun lit d'hopita coume no veit les braunques sèques et sauns fuules des abres qui vount mouri s'dréchyi oû cyil coume pour dire " assaez, assaez de minzère ; finissouns-en ! " mei, je vourais coume tei, byin vuus mais enco allaunt, d'un coup, tumbaer en travers de la cache en r'venaunt de faire eun touo dauns mes cllos.

Henri GOGIBU
Décembre 2004


Mon vieux chêne

Très souvent en allant à mon petit bois, je me suis arrêté pour te regarder. Il faut dire aussi que tu étais imposant.
Depuis près de cent cinquante ans, assis sur le talus, au bord du chemin, tu en avais vu passer des gens !
Sur ta grosse souche, bien accrochée à notre terre normande, tu dressais bien haut ton grand corps comme un pilier de cathédrale. Et là, tout en haut, dans ta tête, tes branches étaient comme des petits arbres.
Sur ta grosse souche, on te sentait inébranlable ; solide comme tu étais, tu avais tenu tête à la terrible tempête de quatre-vingt-sept. Elle t'avait bien arraché une grosse branche mais robuste comme tu étais, tu en avais guéri.
Toi, dans ta vie d'arbre, et moi, dans ma vie d'homme, nous étions à peu près du même âge.
Je m'étais pourtant dit que, moi vivant, je ne te toucherais pas et que tu vivrais encore après moi : cela vit vieux, un arbre !
Et c'est moi qui ai dit : " nous allons l'abattre ". mais, rassure toi, ce n'est pas pour de l'argent que j'ai changé d'avis et que je t'ai trahi. Non ! je t'ai donné à des gens courageux qui ont l'intention de refaire un bateau comme celui de nos ancêtres normands.
J'ai eu envie de les aider ; avec du bois du commerce, du bois de loin, ne fallait-il pas aussi à le faire du bois de chez nous ?
C'est moi qui ai dit : " abattez-le ". Mais quand je t'ai vu te coucher, j'ai eu comme un coup de regret. Quand tu es tombé, cela a craqué dans le clos d'à côté et j'en ai sursauté ; il en était fini de toi qui vivais là depuis plus d'un siècle et à qui personne n'avait jamais touché ;
Te voilà couché en travers du chemin.
Bon sang que tu es imposant !
Encore plus que debout !
Cela me fait quelque chose de te voir saigner d'un sang sans couleur et de voir la vie s'échapper de ton grand corps.
Mais console toi, mon pauvre vieux chêne ( et cela me console aussi) ta vie n'est pas complètement finie .
De toi, ils vont tirer de belles planches et des gros bois pour agencer le bordé et les membrures de ce beau bateau. Des grosses branches de ta tête ils vont tirer ces bois crochus ou fourchus qui ont la forme qu'il faut. Dans ta tête massive et noueuse, ils tailleront cette figure grimaçante que nos ancêtres dressaient fièrement à l'avant de leurs bateaux, sans doute pour faire peur à leurs ennemis.
Oui, tu auras encore bien des années à vivre ainsi. Tu iras sur la mer, tu te dresseras fièrement à l'avant du bateau et les gens viendront te voir dans toute ta prestance . : cela va te faire comme une deuxième vie !
N'est-ce pas mieux que de se voir, comme bien de tes frères, coupés, fendus, hachés, brûlés dans la cheminée et dont il ne reste plus, après quelque temps qu'un peu de cendre que l'on va porter sur le tas de fumier ou dans le jardin pour faire pousser les légumes.
Dépêchez-vous , braves gens, de monter votre bateau ; j'ai envie de le revoir ainsi, mon vieux chêne. Cela me consolera un peu de l'avoir abattu.
Et puis, vois-tu, moi aussi, plutôt que de voir mes pauvres vieux bras se lever d'un lit d'hôpital comme l'on voit les branches sèches et sans feuilles des arbres qui vont mourir se dresser au ciel comme pour dire " assez, assez de misère, finissons-en ", moi, je voudrais, comme toi, là, d'un coup, tomber en travers du chemin en revenant de faire un tour dans mes clos.

Traduction Henri Gogibu



Mini-lexique :
men vuus quêne : mon vieux chêne
guetti : regarder
la cache : chemin creux
eune chuque : une souche
quéru : robuste
rogu : résistant
tressâotaé : sursauté
adounaer : tomber juste
nachue : têtue
mâtaient : exhibaient
haguis : hachés, fendus
mallyre : tas de fumier

 

Texte de Henri Gogibu
Extrait du CD "Veillie normaunde" © 2007