Textes en normand
        paroles de chansons              histoires et récits
Le sous de café    Joseph Mague

 

 

Ch’est pas les aôberges qui manquent
Quand no va dans c’maudit Ball’ray
L’mardi porter l’bieurre au marché.
Au lu d’mett’ l’argent à la banque
En hivé, vaut mux s’récaôffer ;
No bait deux, trouais coups du café.

Au mais d'At, ch’est eune autre affaire,
D’moissonner nos est fatiguis,
No sue à porter les pagnis
Faut pourtant bi qu’no s’désaltère,
Pour se rafraîchir en été
No bait deux, trouais coups du café.

Sait qu'no ramonte ou bi qu'no d’sce'nde
No trouve terjous quuqu’un qu’a sai ;
« Boujou, qu'y dit, no bait-y d’quai ?
— « Cha va-t-y bi fair’ » que j’li demande
— « Oui, qu'y dit, you qu’no va ? » Ma fai,
No bait deux, trouais coups du café.

Qui qu’vous voulez, j’m'en fais pas d’peine,
Faut bi qu’el normand baive un coup,
Et pis ch’est la minm’ chos' partout,
A Caen, à Bayeux, à la Meine,
No n’peut jamais sorti d’tcheu sai
Sans bair’ deux, trouais coups du café.

 



Texte paru dans les "Chansons du Bessin"