Textes en normand
        paroles de chansons              histoires et récits
Mei Willaume    Maît' Gires

 

 

La Varende dans le livre Heureux les humbles (nouvelle " la cavalière ") nous dit :

Il est nécessaire de faire remarquer à ceux qui veulent exactement comprendre la chouanerie normande, que cet état si particulier de guerre civile n'est pas né spontanément à la fin du XVIII eme siècle. Il y a toujours eu des réfractaires, dans nos pays, et les révoltes y furent, toujours, faciles et nombreuses. La sévérité royale se réservait spécialement pour cette province qui, disait Richelieu, " se souvenait trop souvent d'avoir eu un duc " !

Il semble que notre région, puisque province est devenu un " vilain " mot, ne porte plus beaucoup d'hommes capables de se révolter ou simplement de dire leur fait aux princes, qu'ils soient de république ou de " sang " ! Ou sont Va nu pieds, Basselin, Phélippot le cat, Destouches…les résistants du maquis Surcouf plus proches.

Beaucoup de jeunes normands (quelques sus l'âge itou tout de même, ont-ils su rester jeunes ?) s'étonnent qu'il y ait peu de textes en normand parlant de l'histoire de la Normandie et de ses " héros ". Y a-t-il une honte à cela ?

Par ailleurs les mêmes se demandent pourquoi quasiment aucun texte ne fustige le refus d'aimer sa région, le dénigrement systématique de celle-ci, la mourie de " normous " dont la propension à s'extasier sur les choses du louen n'a souvent d'équivalent que l'immensité de leur méconnaissance de l'ichin!

C'est pourquoi je propose une rubrique dans laquelle des textes parleraient sans complexe de la Normandie, de ceux qui la défendent, la soulève, la réveille et la révèle et de ceux qui l'enfoncent sans vergogne.



Mei Willâome…
J'sis brin nâqui d'eune renne !
Dauns ch'té payis à courcheu d'halenne
À ventrilloun, sus ma graunde té…
J'l'i seinti, j'l'ouiyis, ernaé…
Le quoeu minchi, guettaunt l'ennemin
Qui cache la gatte, qui barre men quemin

Pourtaunt j'i gangni, janne mais roguu
Marchaunt d'amount jusqu'au Su
Pyirre ampraès pyirre, à dréchi des câtés,
Évolaunt les quevâos de la mé
Dépéquaunt oû cyil ma glouère
Baillaunt concyils et itou la guerre…

Annhyi j'sis pas mais louen d'vos
J'veis les déhaits des mâovais en fllo
Et itou les syins qui sount de men saung
Seyiz d'allaunt, j'sis voute bannyire és vents.
Dessous la fllamme dauns la neire nyit,
Accaunt ma countraée, Haro j'criis !

erfrain
Faôt abyinaer ampraès des annaées
Et acachi pouor puchi les triges seurvâodaés,
Sauns délâqui happaer les galfessyis.
Jammais pus malvachis, tréjous yête hardis !

 


Textes de Maît' Gires