Alfred Rossel
 
    

 

Sus la mé est interprétée par Magène sur le CD Magène en concert
Extrait mp3 ci-dessous

 


 
Si sa chanson Sus la mé est aujourd'hui considérée comme l'hymne du Cotentin, bien d'autres chansons de sa composition ont été chantées des milliers de fois par les Manchots dans les fêtes familiales et communales. Cet homme sympathique, fort apprécié à Cherbourg, a eu la chance de rencontrer "son" interprète : Charles Gohel. Leur collaboration dura ...50 ans ! Alfred Rossel (1841-1926) a connu une popularité extraordinaire en son temps. Méditons aujourd'hui ce constat : sans télévision ni radio pour assurer la promotion, les spectacles "Rossel/Gohel" pouvaient parfois attirer plusieurs milliers de personnes. Une autre époque, non ?  DB



Sus la mé
 
Né à Cherbourg en 1841, Alfred Rossel est le premier à reprendre le flambeau de l'écriture en normand, suivant l'exemple des auteurs de Jersey et Guernesey.
Son " tube ", Su la Mé, est chanté depuis 130 ans dans les réunions familiales du Cotentin ! Qui dit mieux !
L'association Magène l'a enregistré (CD Magène en concert) ainsi que la chorale des Marins du Cotentin. La simplicité de la mélodie aide la mémoire. Le texte mélancolique évoque la mer, le terrible passage de la Déroute entre le Cotentin et les Iles et aussi les colonies lointaines. Un peu pacifiste, Alfred ?
Ci-contre, le feuillet original.


 



La version intégrale de "Sus la mé" est disponible
sur le CD Magène en concert ou en téléchargement ici


Refrain

Quaund jé sis sus lé rivâge,
Byin traunquille, êt-ous coume mei ?
J'pense à ceux qui sount en viâge,
En viâge oû louen, sus la mé,
En viâge, oû louen,
En viâge, oû louen, sus la mé !


1.- La mé ch'est vraiment superbe,
Et j'aime byin, quaund i fait biâo,
L'été, sous nos cllos en herbe,
La veî s'endormin eun miot…
Mais quaund o se fâche, la vilanne,
Et qu'no-z-entend, dé tcheu nous,
La grosse voué dé la siranne,
No-z-en a quâsiment poue !

2.- J'aime byin, dauns les jours dé fête,
Quaund nos batiâos sont à quai,
A l'abri dé la tempête,
A Chidbourg coume oû Béquet…
Ch'est là qu'i sount l'muus sauns doute,
Des treis couleus pavouésés ;
Mais, dé nyit, dauns la Déroute,
Hélâ ! Qu'i sount esposés !

3.- Quaund o sâote par sus la Digue,
D'qui qu'o fait trembller les bllos,
Qu'à l'auncre l'vaisseau fatigue,
Ah ! Veire je pense és matelots…
Reverrount-i lus villâges,
Et pouorrount-i raterri ?
J'avouns d'si mâovais pârâges,
Dé Barflleu jusqu'à Goury !

4.- J'ai déeus fis dauns la Marène
- Déeus forts et hardis gaillards -
L'eun révyint dé Cochinchène,
L'âoté dé Madagascar…
I rentrent lus corvée faite ;
- D'y penser no n'en vit pas, -
Mais, qué j' pllans, sauns les counaîte,
Ceuses qui sount restés là-bas !


 
Le Becquet est un joli petit port à l`Est de Cherbourg et la Digue, bâtie à l'époque de Louis XVI, constituée de bllos (blocs de pierre), ferme la rade de Cherbourg où l'on peut raterri (revenir à terre). Goury est le village situé à la pointe de la Hague ; un bateau de sauvetage y est toujours prêt à partir au secours des marins en difficulté.
Les chansons de Rossel ont été rééditées à Cherbourg par Philippe Le Lanchon en 1999. Et la dynamique Société Rossel entretient la flamme.
Ci-contre, Charles Gohel, jeune homme.

Remarques :

La ponctuation est celle de l'auteur.
L'orthographe modernisée est ici cependant proche de certains choix d'Alfred Rossel : corvée, restés… L'auteur ne marque pas le son â du Nord-Cotentin qui fait écrire aujourd'hui corvaée, restaés.
Nous avons conservé " à ceux " même si les Cotentinais disent " és syins " ; " Ceux qui " se disait-il " Ceuses qui " à la dernière ligne ?
Nous avons écrit " lus " malgré le choix normalisé de " leus ", Rossel écrit " ".
Rossel écrivait " quand " et " sont ". Quelle était la prononciation de son chanteur attitré de l'époque, Charles Gohel ? Quaund et sount ne trahissent pas l'auteur. Aux chanteurs d'annyi de faire lus choués.
Rémin Pézeri





Quelques précisions :

La célèbre chanson d' Alfred Rossel, " Sus la mé ", a été publiée dans L'Union Normande du 30/11/1895, année où elle fut probablement composée. Elle parut ensuite sur feuilles volantes sous le titre Recueil de chansonnettes normandes avant d'être reprise en 1913 dans les Œuvres complètes éditées par l'imprimerie Ch. Valin - Caen. Cette première édition d'ensemble fut publiée, du vivant de Rossel, à la suite des fêtes données à Cherbourg en son honneur et celui de Gohel le 16/06/1912.

La seconde édition parut en 1933, sous le titre Poésies et Chansons à l'occasion du millénaire du rattachement du Cotentin à la Normandie, à l'initiative de Marcel Alexandre pour la Société du Bout de la Manche. Il y procéda à une première mise en ordre orthographique aboutissant à une présentation bien supérieure à celle de 1913 (dixit A. Dupont).

Ces Œuvres complètes firent l'objet de trois éditions ultérieures :

  • 1947 - Reproduction abrégée de l'édition de 1933 à l'initiative de la Société Alfred Rossel.
  • 1974 - Edition sous le titre Chansons normandes de la seule partie dialectale avec présentation orthographique et glossaire d'André Dupont aux Editions OCEP - Coutances ;
  • 1999 - Editions Ph. Lelanchon - Cherbourg (que je n'ai pas)

  • Dernière en date, celle de l'Atelier Langue Normande de la Société Alfred Rossel, parue dans La Presse de la Manche du 5/08/2002 dans la série " Un jour, eune caunchoun " à l'occasion des 90 ans de la Société Rossel.

    Ce bref historique pour préciser que seules la première publication sur feuille volante (dont je ne dispose pas) et l'édition d'ensemble de 1913 peuvent être de la " patte " de Rossel quant à la ponctuation et l'orthographe. Une comparaison avec l'édition de 1974 du refrain et du dernier couplet pour illustrer mon propos :

    Edition 1913

    Su la Mé

    Quand je si sû le rivage,
    Bi tranquille, êt' oû coum'mé ?
    J' pense à ceux qui sont en v'yage,
    En v'yage au loin, sû la mé
    En v'yage, au loin
    En v'yage, au loin, sû la mé.

    J'ai deux fils dans la mareine
    - Deux forts et hardis gaillards -
    L'un revi de Cochincheine,
    L'autre de Madagascars.
    Y rentrent lû corvê faite;
    D'y penser no n'en vit pas, -
    Mais, que j' pliains, sans les counaîte,
    Ceux qui sont restés là-bas.

    Edition 1974

    Sus la Mé

    Quaund jé sis sus lé rivage,
    Byin traunquille, êt'ous coum' mei ?
    J' pense és syins qui sount en viage,
    En viage oû louan, sus la mé,
    En viage oû louan ,
    En viage oû louan, sus la mé.

    J'ai déeus fis dauns la Mareinne
    - Déeus forts et hardis gaillards -
    L'eun révyint dé Cochincheinne,
    L'âotre dé Madagascar.
    I rentrent lus corvaée faite
    - D'y pensaer no n'en vit pas -
    Mais qué j' pllains sauns les counaît'e,
    Cheus qui sount restaés lo-bas.

    Rémi, quand tu nous précises que ton choix d'orthographe modernisée est proche de certains choix d'Alfred Rossel, cela ne correspond pas à l'Edition de 1913, parue de son vivant. De même, pour " ceuses qui " car Rossel a peut être utilisé " ceux qui " etc… Je pense que conserver un choix d'orthographe normalisée ne trahit pas l'auteur, mais je partage tout à fait ton avis quand tu dis que c'est " aux chanteurs d'annyi de faire lus choués " de prononciation.
    Bernard Barbarin