Textes en normand

 

LE THEATRE DE FRANCOIS ENAULT
" Tcheu l'horlogi "

 



Pierre et Catherine Loustalot ont vendu un veau gras au grand marché de Carentan (Carente ou Quérente en normand que l'on prononce Tchérente). La bête livrée, ils font un petit tour de ville, intéressés pas les étalages des boutiques. Catherine vient de s'arrêter devant la vitrine d'un horloger ! 

Personnages : Pyirre, Catherène, l'horlogi, un couple de clients assis et une cliente debout. Ils sont en habits du dimanche des années 1900, Pyirre avec bllâode, foulard, chapeau et canne, Catherène bounette, cannezou (caraco), robe longue en droguet, fichu, panier rempli d'achats et parapluie, L'horlogi en blouse blanche.

Décor : carillons sur un meuble. Table de travail avec montres, lunettes, bijoux et outils… 4 chaises. L'horloge peut être peinte en taille réelle. Ou panneau modèle avec décor de fleurs colorées (marguerites…).


Catherène (gaie)

Ecoute, Pyirre, pis que j'avouns fait du bouon coumerche, je vas te bailli de quei qui te rendra service !... (Impérieuse) Mais tâche dé pé t'éfouqui dé c'que j'vas dire et de pé-z-y countredire pour que l'horlogi nous fèche eune bouone diminutioun !...

Pyirre (intrigué mais timide)

Qui que tu veux enco acataer ?... Et pis, cha vâodrait-i pé muus qué je té laisse faire toute seule à t'n idaée ?...

Catherène (enjouée) 

A déeus nous, je roulerouns muus l'horlogi !... Ils rentrent en même temps en se bousculant (à cause de leurs cabas et des parapluies) dans la boutique où sont assis déjà deux clients. Boujou Moussieu et la coumpagnie !...

L'horlogi (une loupe dans l'œil et penché sur son établi ou le comptoir…)

Bonjour, Madame ! Veuillez vous asseoir !... Je suis à vous dans un instant !

Pyirre (il se laisse tomber lourdement sur une chaise) 

Faites Moussieu ! (Il parle à sa voisine en se tamponnant le front) No-z-est qué de muus de s'erposaer eun miot ampraès le marchi !...

Catherène (s'asseoit et dit à mi voix pour être entendue de l'horloger)

Dis doun, Pyirre, v'là eune gentile boutique et reide byin mountaée !

Pyirre (naturellement gaffeur)

Oh ! La syine à Moussieu Jeain d'la *Haye du Pits est pas vilanne inetout !...

Catherène (tout bas en le poussant du coude à en faire tomber le chapeau de Pierre)

Gros maladreit, va !... (Puis plus fort) Veire, ichin il y a du choués !…Et pis pou les gens de noute trige, acataer à la *Haye, ch'est pus c'mmun qué d' s'mountaer à *Quérente !...

Pyirre (sans comprendre et hochant la tête en direction de sa voisine)

Ah ! veire, ch'est pus commun !...

Catherène (lui désignant une horloge monumentale)

Coument que tu trouves c't horloge-là, tei ?...

Pyirre (sans conviction)

Ol est jolie !...

Catherène (admirative)

Ah ! mais veire, ol est jolie ! …d'aveu toutes ches belles flleurs rouoges et jaunes qui sount peinturluraées dédpis le *haôt jusqu'en bas !...

Pyirre (ironique et haussant les épaules)

Ch'est pé eune horloge, ch'est eun petit couortin !

Catherène (subjuguée par les fleurs)

Ch'est-i cha qu'en fait d'jolis bôquets ! …Tous pouésis do yeus néfiles vertes et blleues que no dirait de la vraie néfile pllaquie sus la bouète oû naturé au lieu d'y yête peinte !...

Pyirre (avec un regret)

Les vuules horloges de nous gens qu'étaient estchulptaées en pllen quêne étaient pourtaint si belles itou !... (Pratique). Veire et cha craignait pé les maisouns qui feument coume ches jeunesses-lo !...

Catherène (dédaigneuse)

Veire, mais nous gens avaient pé l'instructioun qu'j'avouns. Y counaissaient ryin à la biâotaé !... (Emballée) Taundis qué guette-mei cha ! Ch'est frais, ch'est gai, ch'est à la drényire mode, d'aveu eun balainchi gros coume eun Sant-Sacrement !... La biâoté d'eune maisoun !... (Se retournant prestement vers l'horloger). Coumbyin que vous la faites doun, ch'té câsse d'horloge-là, Moussieu ?...

Pyirre (ahuri)

Oh ! ch'est seument pour prêchi !...

L'horlogi (Vissant une montre)

Madame, elle est marquée 120 francs au catalogue.

Catherène (très sérieuse)

Chent vingt fraincs !... Ch'est eune pouengnie d'ergent, cha !... Mais, dème, ch'est eune belle horloge !... Reste à savei qui son qu'ol a !... Quique coup ch'est biâo, mais à entenre ch'est brin dé de même.

L'horlogi (prévenant)

Oh ! Elle a un superbe carillon, à répétition pour les heures. (Expédiant une cliente). D'ailleurs je vais vous la faire sonner !...

Catherène (extasiée)

O soune les heures en carilloun !... Guette, Pyirre, v'là ce que les vuules horloges faisaient pé !...

Pyirre (pensif)

Men Guieu, ch'était d's horloges dé pouores gens et qui faisaient pé dains les maisouns pus d'embarras que l'armouère ou qué l'vaisselyi ! Cha les empêchait pé de marchi loungtemps et d'sounaer parfeis tout douchement de jolies heures d'agrément pour tout le mounde !...

Catherène (prudente)

Ches biâos carillouns-lo sount p'tête pas byin quoerus !... I fâorait pé eun machène qui s'brésile et se détraque dès qu'no-z-y touque sains précâotioun !...

L'horlogi

Je vous la garantis cinq ans sur facture, Madame !

Catherène

Cha sera pé à mei qu'vos la garantiraez, men bouon moussieu !...

Pyirre (rassuré)

J'en avons pé bésouen taint que la nôte se maintienra coume ol est !... O marche recta, noum dé d'là, coume l'solé dédpis qué j'soumes mariés !...

L'horlogi (déconfit)

Ah ! ah !... je croyais… !

Catherène (séchement à Pyirre).

Laisse-mei espliqui l'affaire à Moussieu, veurs-tu ? (mielleuse) Les gens dé noute âge acatent guère d'horloges !... (Fière) J'avouns noute fait qui nous suffit dains noute positioun !... (Silence). (mentant avec aplomb) Mais, noute file Julie prêche dé s'mayier et coume je voulouns pé qu'o sorte dé tchu nous sains yête artrousselaée, ch'est byin juste, ch'pé, Moussieu, que no guette eun miot pour se renseigni ?

Pyirre (stupéfait)

Veire,... pour sé renseigni !

L'horlogi (radieux)

Comment donc !... C'est tout naturel ! (Bon commerçant) Eh bien je vais vous montrer mes alliances, bijoux, chaînes esclavages, porte bonheur, etc. J'en ai en or ou en argent vérifié à des prix défiant toute concurrence.

Catherène (digne, elle lève le doigt)

La pareure de la mariée reste l'affaire du bruman !... Mais j'li caoserouns de vous ! (enjoleuse) V'là eune garniture de chimnée qui serait byin oû goût de noute pouore Julie !... Qui qu'en dis, Pyirre ?

Pyirre (finement)

Ma fei, tu deis byin l'savei, rapport qué, Julie, ch'est tei toute récopie !...

Catherène (regardant l'étiquette)

Veire, mais ch'est byin trop chi pour nous !...

L'horlogi (conciliant)

En vous faisant une petite diminution, on arrivera à s'arranger !...Voulez vous voir mes couverts en argent, en titre fixe ?...

Pyirre (modeste)

Oh ! Jammais j'avouns mouégi tchu nous dains des couverts d'ergent !...

Catherène (orgueilleuse)

Pense, Pyirre, que j'mariouns noute file à eun Moussieu !... Et qu'i faôt pé guetti à syis quillis à café.

L'horlogi (qui jubile)

Madame a raison ! Il est des situations qui exigent un certain luxe !...

Catherène (superbe)

J'soumes dé pouores gens, Moussieu !…Le luxe est pé noute fait !... Mais j'voulons que tchu noute file, cha sait counvenablle !...

L'horlogi (craignant de perdre l'affaire)

C'est bien ce que je voulais dire, Madame !… (étalant des écrins), faites votre choix !...

Catherène (après examen sérieux)

Eh byin, pesé en mei-même je veus pé chouési sains counsultaer noute file ! Faôt que cha li pllaise à c'té pouore éfaint !... Pis qué j'avouns qu'lyi ! J'vous amènerouns nous amoureux yeun de ches dimmaunches !... Ch'est ichin qu'i s'gagerount !... Là, j'peus- t-i muus dire ? Et j'ferouns d's affaires si vos êtes d'arraingement !...

L'horlogi (très aimable)

Il faudra que vous le soyez aussi !...

Catherène (avec un large sourire)

No tâchera. (faisant une fausse sortie). A l'aôte dimmanche sus l'coup de treis heures, est-che pé !...

L'horlogi (empressé)

C'est entendu, Madame, je vous attendrai dimanche prochain (il donne une chaleureuse poignée de main à Pierre).

Catherène (s'arrêtant sur le seuil de la porte)

Hélos ! Pyirre !... J'alliouns enco oumbélier de quei !...

Pyirre (abasourdi)

Oumbélier qui ?

Catherène (indulgente, attendrie)

Là, veis tu !... Mais dédpis l'temps que tu te pllans de brin pouvi luure commodément ta Presse dé la Mainche, j'creis qu'tu pourrais profitaer d'l'occasioun pouor t'acataer des leunettes !

Pyirre (amusé)

Tu vas me vuulli, Catherène !...

Catherène (enjouée)

J'men servirai itou pouor tricotaer ! Cha rajeunit pé d'marier ses éfaints !... (Elle essaie plusieurs paires qu'elle passe à Pierre). En v'là ieune qué j'creis qu'i fera byin noute affaire. Coumbyin qu'vos en demaundaez ?

L'horlogi (qui se doute qu'on veut le rouler)

Je les vends toujours trois francs, Madame !

Catherène (avec entrain)

Eh byin, tenez, vos allaez nous en faire cadeau pour nous engagi à r'véni l'aôte dimmaunche !...

L'horlogi (édifié)

Non, ma bonne dame, parce que je me réserve d'offrir une prime beaucoup plus forte à la mariée !

Catherène (dépitée et fouillant dans son porte monnaie)

J'ai pus que trente sous de mounnaie. Cha fera l'affaire et enco, aveu l'étui !... Ou byin, sains cha, vous no reveiraez pé.

L'horlogi (qui y trouve son compte)

Alors c'est pour avoir le plaisir de vous revoir, Madame !... (Ironique et les conduisant à la porte.) Mes compliments à Mademoiselle Julie et mes vœux pour que son mariage ne casse point !

Pyirre (dans la rue)

Sacrée Catherène, va ! (Avec admiration) Faôt -i que t'en aies eun toupet d'announchi l'mariage de ta file quaind j'avons jammais eu d'pétiots !...

Catherène (gaillarde, les mains sur les hanches)

Si t'as dit ten drényi mot, tei, Pyirre, eh byin mei, j'y ai pé enco renounchi, malgré qué j'porte leunettes !... (Il ouve sen parapie, touorne sen tchu à Catherène en s'acatounaint et guette les gens la goule sous le naez…!)

 

FIN