Côtis-Capel
        portrait        film J. Jean        livre C. Cerisier        hommage A. Allain

 

Alphonse Allain est haguais, tout comme Côtis-Capel. Comme lui, il enivre sa plume au contact des paysages incroyables de la Hague. Comme lui, il comprend les hommes qui y vivent et les évoque avec une émotion communicatrice.
Dans ce poème inédit, Alphonse Allain rend un hommage à son défunt voisin, tout en rappelant aussi le lien intime qui unit Côtis à l'histoire des chansons de Magène. DB

Eune pensaée pour Côtis-Capel


Côtis a suusu sa cache dreite
D'aveu sa foué, d'aveu sa mé.
Et quaund il est mouort lé poète
Veire, touos ses amins l'ount plleuraé.
Dé sen vivaunt Côtis Capel
Etait prêtre-ouvriyi de la mé,
Il a merqui des châoses belles
Avouos luusu, Rouogie du sei ?
( Rouogie du sei )

Quaund le bétoun remplléchit la launde,
Haro ! Pouor li cha feut le déhait.
Pouorqui ch'tu maloun je vouos l'démaunde ?
Trépintaunt i pouossit s'n ébrai !
( L'ébrai )

Le poète est mouort d'en le jou d'annyi
Mais il est tréjouos dauns noûs quoeus.
I nouos reste les flleurs de sen prêchi
Coume oûtaunt d'étras dé bouonheus.
Jé syis seu qué le poète-pêquous
Lut ses poèmes es aunges du cyil.
Et que dauns sen prêchi i décrouos
Ses poèmes derryire les éteiles !
( Dauns noute prêchi )

Sus sen baté dé rêveries
Le Bouon Dieu a du lé l'syi lodaer.
Ampraés la Foué ch'tait touote sa vie,
Veire, sa vie, ch'tait coume eun baté !
( Ma vie coume eun baté )

Sus l'océaun de l'éternitaé
I ya pus dé trache à faire ma.
Le tchuré-pêqouos péeut cachi dreit,
Parch'chin, ya pus de baté à ma !
( Le baté a ma )

Nennin i n'est pus dauns sa Hague
Mais, i n'oubllie paé le rot de la mé.
La mâove qui carluse les vagues,
Qui senvyinnent mouori sus le péret !
( La mâove )

Eun sei d'hivé oû pllen de la mé
Si vouos v'yaez eun houme agenouilli,
Ch'est Côtis-Capel bas-lenreit
Qui vyint priaer pouor les péris.
( Péris en mé )

Alphonse Allain