Infos                 Films    Trouver
   2018    2001-2017             vidéos            livres rares

 

       Infos de 2015



Dates Magène en concert en 2015
magnifique
Vidéo à voir : Je syis magnifique !
vendredi 8 mai, à Bricquebec (salle Eliard).
samedi 16 mai, à La Mancelière/Vire.
    Organisé par la médiathèque de Canisy.
samedi 13 juin, à St-Sauveur-le-Vicomte.
    En extérieur en ville, Comité des fêtes.
vendredi 14 août, à Quettetôt.
dimanche 30 août, à Arganchy,
(à 6 km de Bayeux. Org. ADTLB)
samedi 26 sept, à Cherbourg,
resto Le petit parapluie
vendredi 27 nov, à Agon, resto Le Barel

Le Père Noël connaît la chanson normande
noel en normandie
Le Père Noué vous chante ici le refrain d'un de nos tubes. Il y en a tellement d'autres dans notre boutique ! Alors, si vous cherchez une idée originale, rien de tel qu'un bon CD de chansons normandes ou qu'un bon livre en normand. Notre boutique vous en propose toute une collection. Que du bonheur pour faire plaisir...

Connaiss-ous "La chucrerie" ?
Bien sûr, on ne fait jamais de publicité sur notre site (sauf pour nos productions...), mais, quand une échoppe choisit un nom normand, ch'est reide byin différent ! Alors, si l'estomac vous en dit, jetez un oeil sur cette boutique située dans la Hague.

Rhomevâ, la superbe !
hemevez
Après Barflleu (Barfleur) dans la Manche et Brétot (Brestot) dans l'Eure, Rhomeva (Hémevez) rejoint les communes qui optent pour la promotion de leur nom d'origine en normand.
Retrouvez ici notre nouvelle page qui sera mise à jour en fonction des naissances de noms de communes en normand.

"Le Toupion" enfin sur scène
La pièce en un acte de Pierre Guéroult "Le Toupion" va être montée par les stagiaires de l'association Coallia (en partenariat avec Magène) :
- le lundi 7 déc à Bricbé, à 15 h, à la résidence Les Peupliers à Bricquebec
- le mardi 8 déc au collège des Pieux pour les 26 élèves qui suivent le cours de normand de Marie-Claire Lecoffre
- le jeudi 10 déc à la Résidence St-François de Barneville

Maurice Fichet et Louisot L'fève à Cherbourg
Maurice Fichet dédicacera son roman bilingue Bouone et Bouonotte et Louisot L'fève son livre de poèmes De terre et de mé (éditions Magène) à la salle des fêtes de Cherbourg le samedi 28 novembre. Ces livres sont également disponibles dans notre boutique.

La grammaire normande vient d'être rééditée
La grammaire normande rédigée par H. Gancel et l'UPN du Coutançais (best-seller des annaées 95-2000) vient d'être rééditée, en couleurs et avec de nombreuses illustrations. Plus qu'une grammaire, ce livre vit par les milliers d'exemples donnés, fragments du langage quotidien. Idéal pour se réapproprier la langue de notre région réunifiée !
Si vous souhaitez l'acheter, envoyez un mail à Magène (Prix : 19 + 6 de port = 25 €).

Carteret : réunion du bureau de l'association Magène
Ce 21 novembre 2015, notre bureau (8 personnes) a fait le point sur nos actions de l'année et celles qui seront mises en oeuvre en 2016. Décision importante : un nouveau CD, chanté par Théo Capelle, sera mis en chantier au printemps prochain.

25e salon du livre normand à Fontaine-le-bourg (Pays de Caux)
Il se tiendra les samedi 28 et dimanche 29 novembre. Le samedi, à 17h30, aura lieu une conférence de Gilles Mauger sur "l'apport du vocabulaire normand dans la langue anglaise" qui sera suivie de quelques histoires dites par des membres de l’Université Rurale du Cauchois. Gilles Mauger, de La Chouque, présentera son livre "Comme disait ma Grand'mère, 450 expressions normandes" (Edité par Le Pucheux) : "Toutes ces expressions viennent pour la majorité de ma grand-mère et de ma mère qui avaient l’habitude de les employer au quotidien." C’est l’occasion de découvrir ou de redécouvrir des trésors de notre parler régional, ces petites phrases qui ponctuaient la vie de "nos gens". Gilles Mauger fait partie de l’association La Chouque de Saint-Philbert-sur Risle qui œuvre pour la valorisation du patrimoine normand. Il alimente la rubrique "J’aime à revoir ma Normandie" dans l’hebdomadaire l’Eveil de Pont-Audemer et présente des conférences sur la langue normande.
Le dimanche, 30 auteurs dédicaceront leurs ouvrages dans un décor adapté à chaque livre : Jean Avenel "Boujou bien", Laure Banse "les objets de la ferme", Ceka "BD Histoires et légendes normandes - tome 7, Séverine Courard et Pierre Duménil "Mes premiers mots en cauchois".

Denis Ducastel

Les immigrants normands au Québec
Vous êtes toujours nombreux à nous interroger sur nos relations historiques et familiales avec le Québec. Pour tout savoir, lisez ou relisez les témoignages passionnants de Hugo Voisard, Marco Lavoie et Jacques Leclerc. C'est ici.

Du nouveau pour la langue normande
Samedi 7 novembre, l’atelier d’écriture des Amis du Donjon a été aussi productif que d’habitude. Louis Lefebvre a présenté son livre « De Terre et de Mé » édité chez Magène. Cela ne fait qu’un an que ce nouvel auteur vient aux réunions et publie déjà un livre de 68 poèmes délicieux sur son enfance en Val-de-Saire, la mer (car Louisot tient la barre du Dreknor et va à la pêque és cllos-pouengs) et les gens d’ici. « On y trouve de la colère, de la malice, de la sensualité, de l’enthousiasme, de la bonhomie dans une langue normande qui jaillit ». Un CD audio va s’ajouter au livre !
C’est le CD de La Loure que Rémi Pézeril a fait écouter, avec la voix de Simone Tourde détentrice d’un beau répertoire de chansons et de randonnées . Deux nouveaux participants ont proposé leurs textes : Les chabots à Nanoun (signé « Graund ») et Pâose pou le café par Michel Nicolle qui vient de Caen. Michel Le Bas d’Alençon a retrouvé les cassettes d’André Smilly dont les livres sont épuisés. L’Essai de Grammaire normande réalisé par l’UPNCoutançais vient d’être réimprimé chez ICL-graphic à Valognes (distribué par magene.com). Mais ce sont les textes de Guy Les Amériquains et leus fusils et celui de Jean-Claude Léger Le vi de poumyi (Le gui de pommier) qui ont été étudiés le plus longuement. Les Amis du Donjon sont allés dire leurs textes à St-Lô avec succès au Musée du Bocage normand. Un groupe qui bouge !
Rémin Pézeri

Yann Lhostis aux Amis du Donjon
Samedi 5 décembre, Les Amins du Doujoun (Bricquebec) se réunissent de 10 à 12 h sur le thème "normand et anglais", séance animée par Yann Lhostis, prof d'anglais et musicien.

Du normand sur radio Cotentin
Ce sera ce dimanche 25 octobre, de 10 à 11 heures. Théo Capelle évoquera le normand et nos chansons qui transportent cette langue à travers la Normandie et plus loin. Alors, tous à vos postes !

Promouvoir la Normandie d'expression normande
Le collectif "Bienvenue en Normandie" organise le samedi 24 octobre 2015, à partir de 14h00, sur les pentes du château de Caen, un rassemblement pour défendre et promouvoir la Normandie d'expression normande au moment où de sombres incertitudes pèsent sur la ratification par la France de la charte européenne des langues régionales. Nous déploierons à cette occasion notre grande banderole, "une seule Normandie" qui permettra aussi de rappeler médiatiquement à quelques semaines du premier tour des élections que la Normandie existe dans son unité au delà des différences locales au delà de telle ou telle ville qui serait "capitale"! Ce serait enfin pour vous tous l'occasion d'annoncer la création d'une fédération régionale normande des expressions normandes et d'interpeller les têtes de liste des régionales sur la question de la promotion de la culture normande dans le futur cadre institutionnel normand puisque l'identité normande fait, paraît-il, son grand retour! Communiqué de Ph. Cléris

Evénement poétique : sortie du livre de Louisot L'fève
louis lefeve
Combien y a-t-il d'auteurs normands qui écrivent en vers, dans l'élan spontané d'un rythme court, loin du lourd alexandrin et près d'une émotion qui a envie de chanter ?
Vous avez entre les mains un ouvrage tout à fait original. On y trouve de la colère, de la passion, de la malice, du bon sens, de la sensualité, de l'enthousiasme, de la bonhomie, tout le spectre de nos émotions qui s'expriment en vers mesurés, dans une langue normande qui jaillit. Chez Louis Lefèvre, il n'y a que de l'authentique. Les journaliers dont il parle, c'est sa famille. Le cheval à qui il exprime tant d'affection, il l'a conduit et brossé pendant des années. Les travaux des champs qu'il évoque, il les a faits. La mer, dont il décrit les humeurs, il la connaît de première main. Il n'y a dans sa poésie aucun subterfuge. Et pas une once de prétention.
Mais il y a de la liberté. Les vers dansent avec abandon. Parfois sautillants et taquins, parfois sombres et puissants, ils communiquent une émotion réelle. L'expression, spontanée, s'enrichit de surprises et de trouvailles.
Les connaisseurs reconnaîtront, mêlées au normand de référence, des touches du parler de la pointe de Gatteville : quelques formes en - o du potement sairais, d'autres en - âo (j'âome plutôt que j'ime), quelques choix de mots particuliers. C'est ainsi que Louis parle du cœur.
Merci, Louisot, de m'avoir laissé collaborer. Mais merci surtout pour la chaleur de ces textes. Des mises en musique ne tarderont pas : la forme s'y prête si bien. La veine poétique ne se tarit pas chez toi, et ce recueil, si accompli, est aussi riche en promesses. Tu te défends d'être un poète, eh bien mettons-nous d'accord pour ne pas être d'accord.
Jean-Pierre Montreuil
Livre à vendre ici dans notre boutique normande

tevi.tv a filmé le spectacle d'Agneaux
Tevi.tv nous propose de belles images de la soirée organisée par l'ACL d'Agneaux autour des Albert's, sans doute il y a encore quelques années le groupe le plus populaire du département de la Manche. La salle était comble et les chansons françaises et normandes ont fait fort bon ménage face à un public enthousiaste. Voir ici le reportage de tevi.tv

"Veillie oû couen de la queminaée" à Saint-Lô
Elle se déroulera le mardi 20 octobre, à 18h30, au musée du bocage normand, à Saint-Lô.
Cette soirée vous fera découvrir l'ambiance de la vie à la campagne, des portraits typiques, des histoires drôles et bien d'autres choses, au travers des lectures de textes dans cette langue bien dtcheu nouos. Vous aurez le plaisir de venir écouter le répertoire de chants en normand avec Daniel Bourdeles, du groupe Magène. Tout au long de la soirée, vous serez également plongés dans un univers photographique, "Les goules de haies", tout droit sorti des déambulations de deux amoureux des haies qui ont su saisir, avec leur appareil photo, des instants magiques offerts par Dame nature. Qui sait, votre imagination vous jouera peut-être quelques tours !!
 Myriam Gangloff
Tarifs : gratuit jusqu'à 6 ans / 2.50€ jusqu'à 12 ans / 5.00€ dès 13 ans.

Une pièce en patois à St Loup du Gast (Mayenne)
Représentation le 18 octobre, à 15h, à St Loup du Gast, au théâtre Lupigastois, près de Lassay(53) d’une pièce en "patois" intitulée ”Norette ô la baratte à ribot”. La vie à la campagne juste avant la guerre 14, Norette rêve de rencontrer un mari, Suzon est son employée et le Gustave aussi. Les travaux, les commérages, les histoires qui se racontent au lavoir ... C'est le quotidien, les personnages sont bien campés, chacun a sa personnalité : la Mère Coup'chou est une curieuse, les lavandières aiment rigoler ... les dialogues en patois sont savoureux, les chansons sont colorées. La guerre va compliquer la vie, les femmes courageuses vont être solidaires, le soldat au front va attendre des lettres, les siennes seront aussi attendues ... Une permission et c'est une joie partagée avant de repartir... La guerre va prendre fin et les changements heureux vont être partagés en musique dans tout le village.
Le comité de labellisation de la Mission du Centenaire 14-18 a accordé au Lupi en Scène le label national pour cette pièce "La Norette ô sa baratte à ribot". mail : lupienscene@aol.com
Tarif : 7 euros, goûter offert.
 Georges B.

La charte européenne des langues régionales tombe à l'eau
La France patauge en la matière. La Charte européenne des langues régionales et minoritaires a été adoptée par le Conseil de l’Europe en 1992. La France a mis sept ans à la signer. C’était le 16 mai 1999, à Budapest. Seize ans plus tard, ce texte n’a toujours pas été ratifié... Président de la commission des lois du Sénat, et rapporteur du texte , Philippe Bas (Les Républicains), précise : "Le Sénat veut enterrer une révision constitutionnelle inutile car ne permettant de respecter ni la Constitution ni la charte !".

Le normand toujours bien vivant à Valognes
- La pièce de théâtre "Le toupion" (La toupie) de Pierre Guéroult va être jouée en décembre à Valognes par des personnes en stage avec la participation de Magène.
- Un stage d'initiation à la langue normande se prépare à Valognes également dans le cadre du Pays d'Art et d'Histoire. Il est destiné aux personnes qui animent les T.A.P. (Temps d'activités périscolaires) des environs.
 Rémi Pézeril

35 écrivains à Bricquebec le samedi 17 octobre 2015
Voilà un événement à retenir. Cette grande journée de rencontres et de dédicaces permettra aussi de rencontrer les membres de nos associations (dont Magène). De 10 à 18 h sans interruption dans la salle du conseil.

René Saint Clair : une énorme production heureusement archivée
J'étais convié ce matin à une petite cérémonie lors de la remises des archives de René Saint Clair aux archives diocésaines de la Manche. L'instant était émouvant car au delà d'une soixantaine de cartons, c'est toute une vie de presque 75 ans d'écriture qui s'en est allée. Une très grande partie de ses oeuvres seront consultables à partir du mois d'avril de l'an prochain à la seule condition que le lecteur n'en tire aucun profit financier. Pour autant, René ne cessera pas d'écrire, c'est sa raison d'être à presque 92 ans.
Il me faudra encore une année pour terminer un essai sur son vocabulaire normand mais le travail de fond est finalisé. Pour votre information, j'ai recensé à ce jour 212 oeuvres en normand, allant de ses histoires déclamées lors des productions du groupe folklorique de La Rose au Boué, jusqu'à des écrits relatant des événements familiaux, à diffusion plus confidentielle. En parallèle, René me relance souvent pour finaliser un projet de site internet : "Je compte sur vous vous transmettre l'âme normande comme disait Beuve avec les moyens modernes de communications d'aujourd'hui" me dit-il souvent. Tout ceci est gourmand en temps et en réflexions pour en délimiter le contenu mais là aussi nous sommes en phase pour que les générations futures de Normandie se projettent dans l'avenir en ayant connaissance de leur passé, pour emprunter la formule de Fernand Lechanteur.

Patrick Levoyer
Lire aussi notre rubrique René Saint-Clair

Naissance d'un nouveau magazine normand : Terres cauchoises
Un nouveau trimestriel chez nos amis de Haute-Normandie. Il traitera, bien sûr, de sujets régionaux et ouvrira aussi ses pages au cauchois, une variante de la langue normande qui demeure toujours savoureuse dans les belles terres du Pays de Caux.

300 personnes à Agneaux. Quelle soirée !
les Albert's
Soirée exceptionnelle à Agneaux avec un programme riche et très varié. Quand les Albert's invitent leurs amis chanteurs et musiciens, c'est la fête au village ! Les Albert's (photo) ont su enthousiasmer la salle avec leur répertoire à la fois traditionnel et lié à l'histoire du Cotentin. Le poète Côtis-Capel a été chanté par Yannick Bonnissent et ses 2 excellents musiciens. Daniel Bourdelès a interprété une collection de chansons personnelles ou écrites pour les Albert's dans les années 90 (séquence nostalgie...) et Anne-Marie Travert et ses 4 musiciens
ont interprété des standards américains du jazz. Enfin, la chorale d'Agneaux a magnifiquement chanté "Utah beach", le tube des Albert's. Un vrai succès, cette soirée.
Photo des Albert's ci-dessus : Michel Le Bas

De la bonne chanson française et normande le 2 octobre à Saint-Lô/Agneaux
yannick bonnissent
La nouvelle saison musicale concoctée par Agneaux Culture Loisirs s’ouvrira le vendredi 2 octobre sur une soirée "carte blanche aux Albert’s", groupe très populaire dans la région. En première partie, le duo invite Anne-Marie Travert, Yannick Bonnissent (photo) qui chantera en normand et Daniel Bourdelès, le parolier des Albert's. Un sacré spectacle ! Entrée 12 €
Billets en vente à la Médiathèque d'Agneaux, chez Planet'R à Saint-Lô et à Agneaux le soir du spectacle. Tél. 02.33.57.51.48.

"De terre et de mé" : un livre en préparation
Plusieurs livres en normand se préparent aux Editions Magène. Le premier à sortir sera celui de Louis Lefèvre "De Terre et de Mé" (De Terre et de Mer), 68 poèmes écrits depuis 1969.
Un ouvrage tout à fait original. On y trouve de la colère, de la passion, de la malice, du bon sens, de la sensualité, de l'enthousiasme, de la bonhomie, tout le spectre de nos émotions qui s'expriment en vers mesurés, dans une langue normande qui jaillit. Chez Louis Lefèvre, il n'y a que de l'authentique. Les journaliers dont il parle, c'est sa famille. Le cheval à qui il exprime tant d'affection, il l'a conduit et brossé pendant des années. Les travaux des champs qu'il évoque, il les a faits. La mer, dont il décrit les humeurs, il la connaît de première main. Il n'y a dans sa poésie aucun subterfuge. Et pas une once de prétention.
 Jean-Pierre Montreuil

France3 tourne "Les enfants de la mer" dans la Hague avec Louis Lefèvre
Il s'agit d'un film de 52 minutes, le second d'une série de 6 films sur les régions françaises qui seront diffusés par le réseau France Télévisions dès la fin de l'année à la fois sur France 3, France O, France 4 et France 5. Louis Lefèvre, poète du Cotentin, y évoque le normand et, bien sûr, sa langue originale qui se marie si bien à la vie des gens du coin et à l'écriture poétique. Si vous ne connaissez pas encore Louis Lefèvre, cliquez sur son nom et découvrez-le !

Nos projets associatifs : le normand se porte bien !
Trois livres à paraître et un nouveau CD en préparation :
1) Maurice Fichet, "Bouonotte et les syins" avec CD audio.
2) Louisot Lefèvre, 68 textes avec CD audio.
3) Jean-Pierre Montreuil poursuit ses nombreux enregistrements : 3 CD anthologies dont 2 auteurs contemporains.
4) Le prochain CD de Magène chanté par Théo (sortie fin 2016), sélection de textes.

Tintin en charentais
"Charboun apiloté" paraîtra chez Casterman vers Noël 2015. Il s’agit de la traduction en saintongeais (patois charentais) de Coke en stock, l’album de Hergé paru en 1958. Cet album est porté par le magazine Xaintonge et son association de liseurs qui ont réussi à convaincre Casterman de les suivre. Il s’inscrit dans le grand œuvre du Jhornau des Charentais qui, depuis des années, défend bec et ongles le jhabrail* des Charentais. L’album compte en final un dictionnaire de plus de 800 mots. Le patois charentais est joyeux et chantant, il serait bien dommage de le perdre.
Charboun apiloté, Tintin en saintongeais : 12,50 € + 5,55 € de port.
Souscription ouverte sur le site www.xaintonge.fr

Des chars bien normands à la fête de Quettetôt (Manche)
su la me
La fête de Quettetôt, petite commune située près de Bricquebec, a été une nouvelle fois suivie par un public important. Plusieurs chars étaient consacrés à la langue normande, bien ancrée dans la vie quotidienne des habitants (cf photo).

Rappelons le refrain de cette chanson de Rossel qui est la plus populaire jamais écrite et chantée dans le Cotentin :

Quaund jé sis sus lé rivâge,
Byin traunquille, êt-ous coume mei ?
J'pense à ceux qui sount en viâge,
En viâge oû louen, sus la mé,
En viâge, oû louen,
En viâge, oû louen, sus la mé !

Marché des potiers réussi à Bricquebec
De nombreux exposants potiers ont présenté leurs créations sur la place du château de Bricquebec. Tradition, héritage des anciens, le Cotentin a montré sa production artisanale. Notre chanson "Les potyis de Mourot" (CD Magène en concert) évoque le travail du potier du 19e siècle dont le savoir-faire a su être conservé par nos potiers actuels. Bien sûr, on achète plus des pots pour l'usage quotidien mais leur beauté et leur histoire font leur succès d'aujourd'hui. D.B.

Explication de l'expression : Paé pus de Du qué de Maîte !
Dieu, ch'est Du dauns "ma Fei de Du !". On dit aussi "Noum dé Zo !" = zut ! Iyoù que Zo vyinrait de Zeus... No sait-i ? Le maître ch'est le maîte tout simplement. Ni... ni : pas ou paé pus de... que dé... Pas pus de du que de maîte.
No serait dauns le cas (risque) de creire que du ch'est le Du de Normaundie... Mais : Pas pus de Du (dieu) qué de Du (Duc) ! Paé pus de Du qué de Du ! Ou : Paé pus de Du qué de Maîte !
Rémin Pézeri

Barflleu à la une
charles birette
Michel Mauger, maire de Barfleur, a souhaité promouvoir le nom normand de sa commune : Barflleu (prononcez Barfieu). De cette magnifique cité, Guillaume le Conquérant a rejoint l'Angleterre au 11e siècle à bord de la Mora pour en devenir le roi après quelques règlements de comptes... Barflleu est aujourd'hui classé parmi les "plus beaux villages de France", ce qui se comprend aisément.
Brestot (Eure) / Brétot en normand fut la première commune à promouvoir son nom normand.
Notons que France3 Basse-Normandie a aussi consacré un reportage télé à ce sujet le 17/7.

photo La Presse de la Manche

Une exposition sur un écrivain méconnu de Montfarville : Charles Birette
charles birette
L’association Magène qui a pour vocation de promouvoir la culture normande a prêté à Montfarville une exposition sur Charles Birette, Montfarvillais méconnu. Il est utile et de bon aloi pour tout amoureux du Val de Saire de connaître ce personnage. Né en 1878 à Montfarville au village de la Bouillonnière. Il fut prêtre mais aussi enseignant et a produit une œuvre conséquente vouée à son pays natal. Si celle-ci mérite d’être réévaluée favorablement aujourd’hui, c’est parce qu’il a abordé son Val de Saire en « savant » et qu’il a contribué à l’adoption de règles applicables à l’écriture du patois, que l’on appelle aujourd’hui plus élégamment langue normande. Il fut un défenseur sans complexe de la langue de ses ancêtres, convaincu de la richesse de verbe normand et de sa légitimité dialectique.
Cette exposition constituée de 8 panneaux est visible librement dans le hall de la maison médicale de Montfarville jusqu’à la fin juillet, aux heures d’ouverture de la maison médicale.
Philippe Pesnelle

Des veillées normandes avec Rémi Pézeril et Françoise Roulland
francoise roulland
mardi 5 mai mai, à Canisy (14H30).
    Organisé par la médiathèque de Canisy.
vendredi 22 mai, au Mesnil-Herman (18H).
    Entrées libres, venez nombreux !

Le normand dans "La voix est libre" sur France3, avec Roger Jouet et Rémi Pézeril.
Ce 20 juin 2015, émission TV de 30 mn entièrement consacrée à l'avenir du normand. Roger Jouet : "Il est trop tard pour restaurer une langue normande, laquelle varie d'un terroir à l'autre en Normandie. Le normand est lié à la terre, à la vie rurale, à la ferme. C'est une sorte de friandise pour spécialistes" (sic). René lepelley disait que certains mots "tiendront grâce aux expressions". Rémi Pézeril a souligné les efforts associatifs (de Magène et de bien d'autres) pour "sauvegarder cette langue". Notons que 72% des Français sont favorables aux langues régionales.

Connaissez-vous la fête du cochon ?
Michel le bas, notre ami de l'Orne, nous envoie un article étonnant sur la fameuse fête du cochon, telle qu'elle était pratiquée dans le Bas-Maine et le Haut-Anjou. On y découvre aussi le vocabulaire adapté à l'événement.

Les langues régionales séduisent de plus en plus de jeunes
Le journal "20 minutes" consacre une enquête fort intéressante sur l'emploi des langues régionales par les jeunes. Consultez cet article. Jph.Joly

Les étudiants du Texas "épuquent" le normand
20 000 personnes parlent et comprennent bien la langue normande. Ouest-France, 16-17 mai, page Normandie : un mot normand en titre de l'article de François Simon : "épuqui", qui veut dire "décortiquer". (No-z-épuque de la crabe... ou byin du normaund, noute prêchi !). Si vous l'avez manqué, extrait : "A Austin, Texas, Jean-Pierre Montreuil dirige le programme de linguistique romane : "Le normand y tient une place particulière, parce que c'est la langue que je parle. Les étudiants découvrent la richesse des langues du nord de la France et de leur histoire et les décortiquent. Le normaund, fâot que cha s'épuque./ Les Amis du Donjon de Bricquebec, dans la Manche sont intelligents et passionnés. Ils collectent, transmettent, mais aussi ils écrivent et traduisent. Je ne connais personne qui saurait le faire avec autant de justesse et de qualité. On connaît encore de très bons locuteurs. L'urgence est de les enregistrer, dans la lecture, dans la conversation spontanée, dans le plus de styles possibles."

L’Etang-Bertrand à la une de La Voix du Donjon n°84
dany
La Voix du Donjon n°84 est consacrée aux 120 ans de la commune de L’Etang-Bertrand. Des photos anciennes montrent les belles fermes et les costumes d’une noce. La vie du village au XVIIe s. est décrite. Un très beau numéro de 36 pages couleur ! (10 € ou abonnement annuel 30 €, contact : Les Amis du Donjon, Mairie 50260 Bricquebec).

Connaissez_vous "les veillées à l'ancienne" ?
Ca se passe dans la Sarthe (joli coin voisin du nôtre). Cette petite troupe de 4 passionnés de la culture rurale proposent un programme original. A voir ici : http://www.veilleesalancienne.fr/. M. le Bas

Concert à La Mancellière sur Vire : 95 personnes enthousiastes !
C'est par une "ovation debout" que s'est terminé le concert Magène avec Théo en super-forme : ou l'art d'expliquer avec humour les chansons avant de surprendre par l'émotion avec d'autres mélodies de Daniel Bourdelès : de "Ch'est men dreit"(Charles Lemaître) à "Men frère" (où Côtis Capel parle de son frère écrasé par un baté dans le port de Cherbourg / Tchidbou). Manuela, Jean-Louis et Dany ont apporté une richesse éblouissante de sons et de rythmes. Le concert a été filmé. Nous en reparlerons. R. Pézeri

Cinq lecteurs-animateurs-conteurs présents vendredi 22 mai au Mesnil Herman.
Mireille Gattepaille, Alain Bavay, Guy Pichon seront aux côtés de Françoise Roulland et Rémi Pézeril à cette veillée, à 18 h. Les Amis du Donjon vous feront découvrir quelques auteurs d'âotefeis méconnus comme Charles Le Boulanger et surtout ceux qui écrivent aujourd'hui en normand. Si des ateliers d'écriture se créent dans les cantons comme celui du samedi à Bricquebec (Bricbé), un nouvel élan peut être donné à la création de poèmes et de récits. R. Pézeri

On enseigne le normand ...au Texas.
Jean-Pierre Montreuil, docteur en dialectologie normande, anime des cours de langue d'oil à l'université d'Austin (Etats-Unis) où ses étudiants sont passionnés par ces langues aujourd'hui minoritaires. Son but est d'enregistrer au plus vite ces sons d'une langue qui disparaît désormais rapidement. .

Réédition d'anciens numéros de la "Vouée du donjon"
Il s'agit de numéros spéciaux (un par an de 2009 à 2014)  riches en contenu sur la culture et la langue normandes. Avis aux collectionneurs ! C'est dans notre boutique.

Connaissez-vous les écoussins de vro ?
n.m. a) Foin enroulé pour faire une botte. b) Demi-botte de foin ou de paille.
Ecoussinaer ou écouaer: secouer la paille à la sortie de la machine à battre le grain. V. écouore. Ecoussins : n.m.pl. Déchets de paille. Écoussins de vro ou de vraé : de varech ; bien secs, ils flambaient et crépitaient dans la cheminée. Voir fralins, gâpas, paillette, vanneures, vâopâle.
R.P.

Ecoutez François Enault !
Au menu de la Bibliothèque électronique de Lisieux de ce mois-ci, trois nouvelles de François Enault (1869-1918) à lire et à écouter, dites par Rémi Pézeril : Le vuus môroun (1899), La graisse à baté (1899) et La Pénitenche ! (1905). Merci à Michel le Bas pour l'enregistrement.
Copiez ce lien sur votre ordi : http://www.bmlisieux.com/normandie/enault04.htm

Le 8 mai : un concert gratuit très attendu à Bricquebec
dany
Le 8 mai 1945, heureux de célébrer la fin de la guerre en Europe, les Bricquebétais et la population des environs défilèrent et "cette nuit-là, tout le monde dansa dans la rue. On s’embrassait, on buvait, on faisait des farandoles" (Cf. le témoignage d’un officier américain dans La Voix du Donjon 84). Vendredi 8 mai 2015, 70è anniversaire, le groupe Magène offre à tous un concert gratuit salle Jean Eliard à 18h30, en partenariat avec le Comité de Jumelage
avec Lachendorf qui accueille une délégation venue d’Allemagne. Pour Rémi Pézeril, président de l’association Magène, « c’est une façon d’affirmer l’amitié entre les peuples d’Europe qui se construit depuis cinquante ans dans le canton de Bricquebec ».
Théo Capelle, accompagné de Dany Pinel, chantera les tubes » de Magène. Chansons gaies comme "Je syis magnifique !" ou chansons engagées pour la paix signées Côtis-Capel, Marcel Dalarun ou Alphonse Allain. Ecrites en normand, les chansons seront expliquées afin que tous en comprennent le sens si besoin. Magène, c’est la culture profonde du Cotentin, un patrimoine revisité par les musiques actuelles signées Daniel Bourdelès.
(Presse de la Manche)

"Bricbé" au Journal de France 3
Magène a déposé une demande auprès du maire de Bricquebec (siège de notre association) afin d'installer un double panneau d'entrée de commune français/normand. Rémi Pézeril, président de Magène, défend en effet l'idée d'un panneau "Bricbé" (nom normand) en doublon du panneau Bricquebec (nom français). Hum, ce n'est pas gagné car le maire, Patrick Pillet, n'y est pas favorable "sachant que la langue normande ne se développe pas". En tout cas, le débat est ouvert et pourrait s'étendre à toute la Normandie. Notre télévision régionale a relayé cette information et Chaunu, le caricaturiste du journal, s'est amusé de la situation : "Bricbé-é-é-é-é n'est-il pas un cri de chèvre ?" DB

Veillée normande à Esquay-sur-Seulles : une soirée riche et passionnante.
Cette soirée du 28 avril était organisée par l'ADTLB et M. Nisse, son président, en partenariat avec Michel le Bas et son équipe qui ont initié son programme. Plus de 70 personnes sont venues écouter "prêchi normaund" pendant près de 2 heures avec un programme très varié : des conteurs, des acteurs, des musiciens, des chanteurs... Des auteurs, connus et parfois oubliés, ont été interprétés : François Enault, Arthur Marye, Octave Mirbeau, Jean letourneur, Jean-Baptiste Pasturel, Joelle Anquetil, Côtis-Capel, Alphonse Allain. Bref, un formidable plateau représentatif de la culture normande traditionnelle. DB

Rencontre avec d'anciens pêcheurs de Port-en-Bessin
"Entre Grandcamp et Port (en Bessin), on se comprend mais c'est pas le même normand". Voilà, c'est dit, d'une commune à l'autre, le normand change : "la ma" ou "la mé" (la mer)... D'où la difficulté de promouvoir une langue unifiée. Rencontre passionnante avec des habitants de Port que nous relaterons prochainement. Notons dès à présent quelques expressions :
- Vent d'amount, peisson rond. Vent d'ava, peisson pllat.
- Gofiche : coquille St-Jacques.
- Des macrés à la boune iâo (recette de maquereaux).
- Les écrivains : nom des araignées de mer à cause de leurs grandes pattes.
- eune vuule pelote : un marin-pêcheur en fin de carrière.
Le métier de pêcheur était éprouvant et dangereux : "L'hiver, il y avait des montagnes de mer tant la mer était grosse, mais on ne pouvait pas rentrer car ça cassait la marée. Je partais dans un autre monde et je revenais dans le monde civilisé. Vous savez, un patron fait corps avec son baté. Je dois avoir un peu d'eau salée dans le veines." DB

Veillée de Village: Chansons, contes et récits traditionnels de Normandie - Mardi 28 avril 2015 à 20h30 - Salle des fêtes d'Esquay-sur-Seulles
adtlb
Trois associations normandes spécialisées dans le "parler normand" : Magène, le groupe patois de l'université inter-âge de Caen et l'ensemble folklorique du point d'Alençon, organisent un voyage à travers le Bessin et ses traditions. Leurs pas les conduiront à Esquay-sur-Seulles où, au cours d’une Veillée de Village organisée par l’ADTLB en collaboration avec la commune, vous pourrez entendre des chansons, des contes et récits traditionnels de Normandie. Thierry Héroux au violon, Pierre Boissel, Daniel Bourdelès, Michel Lebonnois seront les acteurs de cette soirée, ainsi que des « patoisants » qui vous feront revivre des histoires
d’antan. Vous pourrez aussi chanter avec eux ! La soirée se terminera par un pot convivial offert par la municipalité. Plein tarif : 6 €, tarif réduit : 4 €. Gratuit – de 12 ans.
Réservations auprès de l’ADTLB au 02 31 22 17 44 (attention nombre de places limité).

Ah, non, Bricquebec ne veut pas s'appeler ...Bricbé !
bricbe
C'est pourtant son vrai nom normand. Malgré tous ses efforts, Rémi Pézeril n'a pas réussi à convaincre le maire de la commune d'ajouter ce nom normand à son nom français. Les arguments sont habituels : "il faudrait que les autres communes ajoutent aussi leur nom en normand", "ça coûte cher", "ça ne sert à rien"... Diable, faisons table rase de notre culture et du passé et, pour gagner du temps, mettons-nous immédiatement à l'anglais et au mandarin. D.B.
Pour info, notre association Magène a son siège à Bricquebec.
Photo Ouest-France

Connaissez-vous Bernard Desgrippes ?
desgrippes
Depuis septembre 2002, Bernard Desgrippes propose chaque semaine, dans les colonnes du Publicateur Libre, une rubrique inédite intitulée « C’est bin histouère de bavasseu un p’tit qua ». Cette chronique fait quelque peu penser aux anciens et célèbres « Ont dit que » créés par Pierre Nez, directeur du Publicateur de 1945 à 1973. En effet, la plupart des propos relatés par dans cette rubrique sortent tout droit des observations et des conversations locales. Bernard Desgrippes écoute, note, puis met en forme son texte dans un patois compris par les habitants du Domfrontais et du Passais.
Les propos sont imprégnés du bon sens normand, parfois terre à terre parce que souvent liés à la santé, au temps qu’il fait et aux diverses informations locales qui sont source de commentaires et de débats parfois passionnés. Bernard Desgrippes est l’auteur de divers ouvrages d’histoire locale. Spécialisé dans le parler local, il a publié avec le concours du Pays Bas- Normand, un dictionnaire de patois du Domfrontais ainsi qu’un remarquable ouvrage de plus de 800 pages intitulé « Le Vocabulaire normand du Bocage Domfrontais ». -- Photo Publicateur Libre --

En n’avance pour son n’âge ! par Bernard Desgrippes
C’est t-i à ta c’te p’tit peutiot-là ? Oh, qu’il est joli ! Ça yi feut queulle âge ? Six moués ! Oh, qu’il est mignon ! Viens don dans mes bras mon p’tit gueuzillon. I n’dit rin ! I n’pieure pas ! T’es vraiment joli, tu seus. Et c’mment qu’i s’appeulle, c’te p’tit gâs-là ? Augustine ! Ah, c’est eune fille ! Eurgarde-la, o vieut m’dire queuque chose. O vieut deujà s’euss’pyiqueu ! C’est bin eune fille ! Eucoute-la, ol a dit « maman » ! Si, si, ol a dit « maman » ! I sont point bétes les peutiots d’à c’t’heure ! Qu’est-ce qu’i sont en n’avance ! Bétôt, i vont apprende à lire dans l’vente de leu mére, c’est pas dieu possibe ! Ah, bin ma, aveucque mes quatre-vingt-toués z’ans, c’est trisse à dire, mais j’seus pus dans l’coup !
Mais non, mais non ! Vous z’eutes core bin conservée pour vote âge !
Oh, ta Marie, t’es entrain de m’meutte d’la bouillie su l’teuton !
Traduction :
Est-ce ton petit enfant ? Oh, qu’il est joli ! Quel âge a-t-il ? Six mois ! Oh, qu’il est mignon ! Viens dans mes bras. Il ne dit rien ! Il ne pleure même pas ! Tu es vraiment gentil, tu sais. Et comment s’appelle- t-il, ce petit garçon-là ? Augustine ! Ah, c’est une fille ! Regarde-la, elle veut me dire quelque chose. Elle veut déjà parler, c’est bien une fille ! Écoute-la, elle a dit « maman » ! Si, si, elle a dit « maman » ! Ils sont intelligents, les enfants d’aujourd’hui ! Qu’est-ce qu’ils sont en avance ! Bientôt, ils vont apprendre à lire dans le ventre de leur mère, ce n’est pas impossible ! Moi, qui suis âgée de quatre- vingt-trois ans, c’est triste à dire, mais je ne suis plus dans le coup !
Mais non, mais non ! Vous êtes encore bien conservée pour votre âge !
Oh, toi Marie, tu es en train de me flatter !

Un livre de 50 chroniques
Un livre de 50 chroniques a été édité par Le Publicateur normand de Domfront parmi les presque 900 écrites par Bernard Desgrippes. Coût: 2 euros.
Belle présentation, photos bien choisies. C'est absolument désopilant ! "Ch'est de quei rire à s'en dépende la couoraée ! Cha fait en touot eune pouquie counséquente de gens halaés en portrait d'aveu des mots reide byin chouésis."
Rémin Pézeri

L'histoire et les légendes normandes vues par Solange
Un nouveau site, né dans l'Orne, intéressera les passionnés de légendes. Allez y jeter un oeil : http://histoiresetlegendesnormandes.unblog.fr/
Les panneaux d'entrées de communes en normand sont en fabrication
Bricquebec sera-t-elle la première commune de la Manche à accueillir ses visiteurs en normand ? Le panneau est prêt et sera bientôt installé.

Les Albert's participeront à la foire aux disques de Cherbourg le 9 mai 2015
Les Albert's seront présents à la foire aux disques pour la sortie de leur coffret intégral (8 albums et 1 DVD) tiré dernièrement à 1000 exemplaires. Le trio fondateur était composé de Jean Quétier, Jacques Legastelois et Georges Travert. Pour ceux et celles qui se souviennent, venez nombreux. Personne dans la Manche n'a oublié les Albert's. On les a même comparés au groupe Tri Yann, tant ils servaient la musique folk avec bonheur. Jean Quétier et Jojo Travert ont décidé de remixer toutes leurs chansons, une centaine au total, et d'en faire un coffret : l'Intégrale. Il manque le troisième larron : Jacques Legastelois, le chanteur à la voix chaude faite pour le folk. "C'est une grosse douleur", confient les deux amis et ce coffret est en hommage à leur copain disparu. Chez Magène, on se souvient que Jacques avait enregistré une de nos chansons, "Suages" (CD Rouogie du sei), dans un normand parfait, un grand moment de la musique normande.
Foire aux disques de Cherbourg – Salle des fêtes – Place Centrale - Le 9 mai 2015, de 9h à 19h.

Magène expose à Canisy
L'exposition Magène sur les auteurs qui ont écrit en normand (de Jersey au Pays de Caux en passant par le Cotentin) sera présentée du 25 mars au 30 mai à la médiathèque de Canisy, près de St-Lô. A 14h30, samedi 28 mars, conférence et chansons avec Rémi Pézeril et Daniel Bourdelès. Entrée libre.
Compte-rendu : un public nombreux à cette conférence ! Plusieurs personnes ont posé des questions à Rémin qui a présenté les origines, les évolutions et l'état actuel de notre langue normande. C'est un sujet qui passionne et qui ouvre beaucoup de pistes. Cet exposé a été illustré par quelques chansons de Magène. Le public a largement participé aux reprises des refrains. Un bel événement, bien organisé par l'équipe de la médiathèque de Canisy.
la médiathèque de Canisy fête ses dix ans
L'équipe de la médiathèque concocte en ce moment le programme des festivités : "Nous nous sommes interrogés sur le fil rouge qui pouvait lier une série d'animations tout public pour marquer l'événement" explique Chantal Poillion, et la langue normande, riche mais méconnue a été retenue par l'équipe des bénévoles. La langue de chez nous est celle que les générations passées nous ont transmise. Elle est parfois connotée négativement quand on l’assimile à du français déformé, écorché. Elle est pourtant riche, savoureuse de ces termes qui ne s’emploient plus guère, de ses tournures et de ses intonations, parfois rocailleuses, portées par les vieilles gens du pays.
La "Langue de chez nous", c’est le patois, celui utilisé par nos grands-parents au quotidien. C’est aussi celle des chansons ou des contes, véhiculée par le temps, que l’on recueille encore aujourd’hui de la bouche des plus anciens. Cette langue poétique de tradition orale s’est implantée depuis des siècles au cœur des milieux populaires de Normandie.
Elle a aussi voyagé au-delà des mers, en Sicile au XIe s., en Angleterre, au Québec par exemple, véhiculée par les émigrants normands, poitevins ou bretons partis au 17e siècle trouver une vie meilleure dans ces terres nouvelles.
Toute une série de manifestations qui n'attendent que le public dans un esprit de convivialité."
Renseignements à l'accueil de la médiathèque 02 33 05 19 86.

les enfants de Canisy chantent en normand !
Les enfants de maternelle-CP ont découvert les chansons de Magène à la médiathèque de Canisy. Pendant 1 h et demie, ils ont pu découvrir les noms des animaux de la ferme à travers les Caunchounettes : le cat et la catte, la bique (Viage en Amérique !), les bouorots (les canards) : une occasion de faire le canardeau milieu des livres ! Fable de la Fontaine en normand, légende orale "Les fillettes et St-Merlicoquette" : 3 élèves sur 22 connaissaient quelques mots grâce à leurs grands-parents. La preuve qu'avec un enseignement du normand à l'école primaire, la pratique de notre langue pourrait redécoller comme dans le Pays gallo, nos voisins de Bretagne. Rémin Pézeri
Hymne officiel de la Normandie unifiée
C'est officiel, on connaît désormais le nom de l'hymne officiel qui représentera la Normandie. Il s'agit de "La fème, la catte et le co", un des titres les plus populaires de Magène. Ministres, députés et sénateurs normands, ils ont été des centaines à voter pour ce titre. Certains ont même proposé que notre chanson devienne le nouvel hymne européen mais, vous le savez bien, il y a toujours des gens excessifs... (parution du 1er avril)
Maît' Gires sur France Bleu Cotentin
Pour tous les passionnés de culture normande...et tous les auditeurs de France Bleu Cotentin, rendez vous samedi matin 14 mars vers 10h30 sur le le 100.7, dans l'émission "Bon Esprit". Vous retrouverez la chronique "la discothèque normande idéale" vers 10h30. Au programme du jour, l'album de Maît' Gires (production Canchounette Prod).
Veillée normande à la bibliothèque de Sottevast (près de Bricquebec)
Elle se déroulera le vendredi 20 mars, à 20h30, avec Françoise Roulland et Rémi Pézeril. Entrée libre.
Après-midi langue normande à Cherbourg
L'atelier "langue normande" de l'association Alfred Rossel propose une rencontre le samedi 14 mars 2015, à 15 h. dans le grand salon de la mairie de Cherbourg. Entrée gratuite. Pierre Diguet
Magène expose à Canisy
L'exposition Magène sur les auteurs qui ont écrit en normand (de Jersey au Pays de Caux en passant par le Cotentin) sera présentée du 25 mars au 30 mai à la médiathèque de Canisy, près de St-Lô. A 15 h, samedi 28 mars, conférence et chansons avec Rémi Pézeril et Daniel Bourdelès. Entrée libre.
Après-midi langue normande à Cherbourg
L'atelier "langue normande" de l'association Alfred Rossel propose une rencontre le samedi 14 mars 2015, à 15 h. dans le grand salon de la mairie de Cherbourg. Entrée gratuite. Pierre Diguet

Belle soirée normande à Agon-Coutainville
À l'occasion de la sortie d'un dictionnaire Français-Normand et Normand-Français, le Cercle de conférence et d'histoire locale (CCHL) a invité, ce samedi 28 février à l'amphithéâtre de l'espace culturel, ses auteurs et des intervenants à une animation autour de la langue normande. Rose-Marie Mauduit et Marie-Charlotte Letourneur, toutes deux de l'Université populaire Normande du Coutançais (UPNC), ont animé la réunion. Maurice Fichet, Guy Pichon, Rémi Pézeril et Daniel Bourdelès ont présenté la richesse de la langue ainsi que les productions musicales du groupe Magène. Plus de 100 personnes ont assisté à cette rencontre sympathique et très originale.
cchl normand
Théo Capelle sur France3 Basse-Normandie ?
Comme vous le savez, le chanteur de Magène a enregistré un superbe disque de 17 chansons inédites écrites par Guy Thomas (parolier de Jean Ferrat) mises en musique par Jean-Jacques Marin. Notre télé régionale a présenté ce disque et quelques extraits de chansons ce 26 février. Théo, un chanteur passionné, reide seûr. D.B.
Vous connaissez le baseball ...mais connaissez-vous la choule ?
Le mot choule est connu au Nord de la ligne Joret, tout comme la chende (la cendre), des chives (cives). Au Sud, c'est la soule... Il désigne aussi bien la balle que le jeu, un peu comme la tèque qui est le jeu, la balle ou le bâton : un mot connu en Normandie et guère ailleurs. C'est l'ancêtre commun du foot, foot US, Hand, Rugby. Pour tout savoir sur la soule, consultez cet article.
A noter que la liste des fêtes 2015 des jeux normands est sur le site www.jeuxtradinormandie.fr, avec une nouvelle présentation.
Rémi Pézeril
Initiatives pour la défense des langues régionales
Le député Paul Molac (Morbihan) a déposé deux amendements pour que la région mais aussi le département puissent être détenteurs de la compétence pour l'aide et l'action aux langues régionales, dans le cadre de la Réforme territoriale. Jph.Joly
http://www.fimoc.com/?p=374
http://picard-rich-french-poor.skynetblogs.be/
Nos Magènâotes recherchent...
"Bonjour, je fais des recherches sur l'histoire locale et j'ai trouvé aux archives de Cherbourg plusieurs ordres de réquisition datés des années 1778/1780, pour des transports de matériel nécessitant des charrettes munies de bannes fermant par les deux bouts. A quoi pouvait bien correspondre ces bannes ? les montants des bords, des ridelles ? Un dispositif évitant de perdre le chargement ? De toute façon je suppose que c'est lié avec banné." (Jean-Pierre B.)
Réponse : Le banné de men père pouvait se mette en tombereau, "le banné", d'aveu déeus raungies de pllaunches. Pouor mette des poumes, le boués, le fumyi, fallait les déeus étages. Mais pou le fein l'étaé, yavait les ridelles devaint et derryire que no-z-appelle les écamés, hâots et légis. Le quertyi est mannyirement pus counséquent, mais byin lourd à trannaer pa noute jument "Pomponne" !.
Rémin Pézeri
Nos Magènâotes recherchent...
"Je recherche le nom de la planche à pain qui était suspendue dans les fermes autrefois" (Pierre C.)
Réponse : Il s'agit de l'ais (cf Dictionnaire Trésor de la langue normande Eurocibles quasi épuisé qui propose une trentaine de mots normands pour traduire le mot français planche)."
n.m. Planche qui sert d’étagère, en particulier, planche à pain, l’ais à pan, qui est suspendue aux solives dans une cuisine.
Rémin Pézeri
"Ma Normandie", hymne absolu des 5 départements normands
Rien à craindre, personne ne délogera cette chanson de son 1er rang dans le coeur des Normands. Raison de plus maintenant que nous allons être si nombreux sous l'étendard léopardé. En 2007, nous l'avions enregistrée dans notre CD "Veillie normaunde". C'est d'ailleurs la seule chanson en français de tout notre répertoire ! Nous l'avions bichonnée avec une guitare classique et des violons pour faire craquer tout le monde... Vous pouvez l'écouter en streaming ou même la télécharger à partir de notre page téléchargements.
Qui saura résoudre cette étrange énigme ?
Lionel nous envoie cette photo d'une plaque scellée
au-dessus d'un linteau de porte.
Bizarre... Que signifient ces mots ?
Vous avez une idée ?
Alors, envoyez-la : courrier@magene.com

Info de Lionel : "Cette plaque est à Colombiers-sur-Seulles (entre Bayeux et Douvres), dans la rue du Bout-du-bas qui part face à l'église. Elle est au dessus de la porte d'entrée d'une habitation aménagée dans les communs du château de Colombiers. La plaque de pierre calcaire, découpée à la scie, n'est pas contemporaine de ces murs bien mutilés."

Théo Capelle chante Guy Thomas : un CD éblouissant.

Théo, notre chanteur bien connu de Magène, s'offre une récréation de choix : il chante les textes inédits de Guy Thomas (parolier de Jean Ferrat) mis en musique par Jean-Jacques Marin. C'est tout simplement magnifique. Le piano de Jean-Jacques emporte la voix de Théo tout au long des 17 titres du CD. Beaucoup de chansons seraient à désigner comme les meilleures : "La mouflette", "Nous deux", "Le temps de chien" et surtout "Les volets clos", une chanson qu'aurait sûrement adoré Jean Ferrat. Guy Thomas, surtout poète, parfois humoriste, et Théo, chanteur sensible, ont réussi un accord parfait sous les doigts de Jean-Jacques. Daniel Bourdelès
Théo sera en concert le 27 février 2015, au centre culturel des PIEUX, à 20H30, accompagné au piano par Jean Jacques Marin.

Voulez-vous entendre aussi du gallo ?
Nos voisins du pays gallo ont bien du talent. Ils nous le prouvent avec ce petit montage original réalisé par Stéphane Mahé. Le café est situé à Kervignac (56), en pays bretonnant (tavarn er vretoned = la taverne des bretons avec le "er" vannetais -en opposition au "ar" du breton moderne). La langue parlée ici (ainsi que dans l'ouest de la Mayenne) est le patois gallo. Les voix sont celles de José et René. Merci à Fabien L. pour ces précisions. M. le Bas et D. Bourdelès
On enseigne aussi le normand à Alençon : vous y êtes les bienvenus !
L'atelier langue normande de l'ensemble folklorique Le Point d'Alençon se réunit tous les mois dans le local du 27, rue des Tisons à Alencon (ancienne école d'application de Montsort). Les prochaines dates sont les mardi 27 Janvier à 20h30 et 24 Février 2015. Chaque soirée se déroule par une approche de différents auteurs de Normandie, de Sarthe ou de Mayenne, qui sont traduits, écoutés et lus. Les participant(e)s autour de la table sont de tous niveaux et c'est avant tout un échange où chacun(e) apporte sa contribution. Parlez-en autour de vous. Toutes les personnes intéressées sont les bienvenues. Michel le Bas
Amis de Paris, connaissez-vous le "groupe de Prêchi" de Montrouge ?
Depuis un peu plus d'un an, le groupe de prêchi de Montrouge rassemble les normands de la région parisienne (et de plus loin via Skype) désireux de se rencontrer autour du loceis. Il se déroule un samedi par mois de 11 h à 13 h environ. Contact JPh Joly au 06 22 30 63 07.
Les membres viennent actuellement du Caux, du Cotentin, du Sud Manche ou du Roumois, âgés de 19 et 60 ans. A noter que certains sont également des joueurs de Choule de l'équipe des expatriés.
Nous abordons le vocabulaire par des "jeux de mots" : devinâles, jeu du pendu, Bingo... Nous étudions les expressions courantes et les liens avec d'autres langues (noroît, anglais, italien, québecois, provençal...). Puis lecture de textes de toutes les régions normandes (poésie et récits) ou écoute commentée de CD normands. Création de textes en commun. Nous finissons par des chansons normandes d'aujourd'hui avec Mait' Gires ou les Mâodits Maunchots et la collation Normande préparée par tous. C'est l'occasion également, d'acheter ou d'échanger livres et Cds régionaux.
JPh Joly
Ici la liste de toutes les associations où l'on peut discuter du normand et plus.
Nos voisins du pays gallo lancent leur revue : Runge
Le gallo, notre langue voisine, a donc désormais son hebdomadaire : Runje. Réalisé par une équipe de gallésants chevronnés, Runje entend aborder tous les sujets, de la Haute-Bretagne au vaste monde. Rédigé entièrement en gallo, Runje s'adresse aux gallésants maîtrisant bien leur langue autant qu'aux apprenants. Diffusé uniquement en format PDF, Runje permet de faire vivre un hebdo en gallo sans les contraintes financières du support papier. Diverses formules d'abonnement sont proposées : un mois : 2 euros, trois mois : 6 euros, un an : 24 euros. Abonnement de soutien (avec divers e-cadeaux liés au gallo : e-books, revues, dictionnaire) : 40 euros. Chèque à l'ordre de Fabien Lécuyer. Runje c/o Fabien Lécuyer, Le Maguéro, 56230 Moula/Molac (Bertègn). Paypal : lecuyer.fabien@gmail.com. JPh Joly
Les grands auteurs normands sont-ils toujours d'hier ?
Revenons sur une habitude bien établie : les grands auteurs normands seraient toujours ceux d'hier. Bien au chaud dans l'au-delà, ils savourent cet attachement à leur oeuvre qui, disons-le tout net, n'avait pas toujours connu le succès espéré de leur vivant. Effectivement,
notre association en a découvert ou réveillé beaucoup. Il le fallait. Mais il était également nécessaire que nos grands auteurs d'aujourd'hui soient mis en avant. Je pense surtout à Marcel Dalarun et à Alphonse Allain, aujourd'hui âgés mais toujours éveillés à la création, qui ont caractérisé l'écriture poétique normande de notre époque. Ces écrivains formidables ont nourri notre collection de chansons. Nous ignorons encore qui prendra le relais en ce 21e siècle. L'appétit d'écriture semble marquer le pas d'autant plus que la pratique du normand fléchit dans beaucoup de terroirs normands. Alors, gardons confiance et savourons nos auteurs ! Daniel Bourdelès
Jean-François Bonnaventure Fleury
Pour ceux qui n'auraient pas l'excellente édition originale de Jean-François Bonnaventure Fleury (1816-1894) intitulé "Littérature orale de Basse-Normandie", Paris, Maisonneuve et Leclerc, 1883. Une réédition intégrale de cet ouvrage est actuellement proposée à La FNAC (20€). Attention le titre à changé l'ouvrage est intitulé "Contes Traditions Légendes...." et il est édité chez Passeurs de Mémoire. Philippe Signargout

Des noms d'équipes sportives en normand
Maît'Gires, notre célèbre chouleur régional, a imaginé des noms d'équipe originaux qui pourraient inspirer beaucoup d'entre nous qui s'arrachent les cheveux pour dégotter un nom à leur club ou à leur tribu. Vous avez le choix : il y en a plus de quarante, par exemple "les cônus ergannes", "les fins tarauntes", "les marâtres goguelus". Retrouvez-les tous ici avec leurs traductions.

Les Nourolles, vous connaissez ?
Il fut un temps en Normandie, le soir du 6 janvier, jour de célébration des Rois, où la coutume voulait que le plus jeune enfant de la couée fût chargé de la distribution des Nourolles. Il demandait à chaque convive attablé pour le repas du soir qui voulait la Nourolle, sans oublier "la part à Dieu s’il vous plaît !" destinée au pauvre. Une des Nourolles était fourrée avec une fève, bien sur, sauf celle de la part à Dieu. Elle est devenue la brioche à tête ou parisienne. Peut-être la galette frangipane est-elle aussi la descendante des "Mirlitouns da Rouen", en tout cas la similitude est étrange. J.Ph.Joly

Galette des rois : le saviez-vous ?
A la ferme, le jour de la galette des rois était un congé. C'est donc le maitre qui s'occupait des bêtes, parfois pendant deux jours chez les plus sympas. Les dimanches d'après pouvaient être aussi des rois mais ils étaient moins arrosés. Surtout pour danser les rondes a trois pas. Les basses et valets avaient parfois droit a une poule a emporter, voire une paire de souliers usée très vite dans les rondes à trois pas, surtout dans le Pays de Caux et autour de Rouen. JPh.Joly

Comment prononcer "Bouone annaée" en bon normand ?
Pour faire simple, dites Bounana. C'est pas au millimètre, mais ça colle.

Des recettes normandes pour bien commencer 2015
La recette des aguignettes :
Indispensables pour partager les bons moments du changement d'année, les aguignettes font partie des traditions. Jean-Philippe Joly nous communique leur secret de fabrication. Bonnes cuissons, chers amis !
La recette du flip :
Tout le monde en a entendu parler mais qui sait vraiment ce qu'est le flip, cette étonnante boisson ancienne connue en Normandie ? Sonnez trompettes, Magène vous dit tout ! D'abord un historique du flip, par Rémi Pézeril, puis sa recette par Jean-Philippe Joly. Gare néanmoins aux zab-zab-zab... aux abus.
La recette du cidre chaud :
Là encore, une recette normande délectable qui va en surprendre plus d'un.

Le flip normand se vend à ...Strasbourg !
En Alsace, on connaît et on savoure nos produits normands. La preuve : cette photo de la vente de flip a été prise au marché de Strasbourg. Les vertus de cet "antigrippe" naturel ne devraient donc pas tarder à faire le tour de France. A quand l'Europe ? A quand le monde ? Le flip plus fort que Coca-Cola ! Aaah, ces Normands...
Photo Nicolas Miliani de Normandeepblues

Des prénoms en plus
Connaissez-vous Althimidor ? Voilà un prénom de garçon des années 30 original, non ? Bien d'autres prénoms ont été ajoutés à notre liste régulièrement mise à jour.

Fête de la langue normande à Guernesey le samedi 27 juin
Cette fête internationale se tient alternativement à Jersey, puis à Guernesey, puis sur le continent (en 2007 à Bricquebec, 2010 à Fontaine-le-Bourg, 2013 à Quettehou, et (à confirmer) en 2016 à Montebourg. Bravo à Harry Tomlinson (auteur d'une grammaire du normand de Guernesey) et à son équipe: Hazel son épouse, auteur de livres bilingues guernesiais-anglais, Cynthia Lenormand qui anime les émissions à la radio de Guernesey, d'avoir repris le flambeau. Cette petite fête est difficile à mettre en place à cause des problèmes récurrents des déplacements par bateaux. Elle est très importante pour maintenir l'espoir que le normand survive dans le monde d'aujourd'hui. Elle est toujours un moment de convivialité exceptionnelle.
Petit cadeau de Noël de nos amis de l'Orne
Michel le Bas, notre tonique correspondant d'Alençon, nous envoie cette "charmante" histoire en parler vendômois teinté de parler cénoman et du langage du Perche ornais.

Marché de Noël à Bricquebec
Beaucoup de monde, comme toujours, pour découvrir les nouveautés normandes 2015 ! A droite sur la photo, Jean-Claude Léger présente la collection de livres et de magazines en normand et - bien sûr - son premier livre (lire plus bas) qui s'annonce déjà comme un succès régional. Si le nord du Cotentin demeure très attaché au normand, on constate que, dans toute la Normandie, vous êtes nombreux à nous suivre.