Rémi Pézeril
        portrait        chroniques       


Votre animateur !

Chroniques
France Bleu
en normand
  Les chroniques en normand de Rémi Pézeril sont diffusées
  chaque dimanche, à 12h20, sur France Bleu Cotentin.
  Vous pouvez aussi les écouter en direct sur le site
  de Radio-France Bleu Cotentin

 

Chaque dimanche, dans Parlez-vous normand ?, à 12h20, une chanson en normand est intégralement diffusée sur l'antenne, précédée d'une petite chronique. Un rendez-vous à ne jamais manquer, n'est-ce pas ? Déjà plus de 800 chroniques de 1m45 à 2 mn assurées depuis 5 ans par Rémi Pézeril !

Fréquences : 100.7 à Cherbourg, 99.9 à Carteret, 95.0 à St-Vaast, 101 à St-Lô, 95.7 à Coutances.


Retour à l'envoyeur...

Un exemple de ce que l'on peut apprendre avec Rémi, tout en s'amusant : la kanne, nom typiquement normand, était autrefois un récipient en cuivre destiné à transporter le lait.
Notre ancêtre Guillaume (le Conquérant) l'introduit en Angleterre au XIe siècle. "kanne" devient "can" : boîte de conserves métallique.
Lors du Débarquement, les Anglais nous le rapportent dans notre vocabulaire commun par le moyen du jerrican...
Plus fort : depuis, notre siècle a aussi inventé la... cannette.


Le "no"

Les habitants de Fermanville disent toujours " no " ou " noc " pour désigner un tuyau qui permet d'éviter que la mer ne noie les mares toutes proches.
D'où vient ce mot " no " ? Du latin populaire nauca et navica (petit bateau).
En 1560, Gilles de Gouberville écrit : "Avant le soleil levé, Simonet et Thomas Drouet, Pierre Voysin et Le monstre s'en allèrent au bois pour avoir un arbre à faire un no à bonde pour le moulin de St-Nazer." En Normandie, le no est le canal en bois qui apporte de l'eau sur la zone du moulin ou tout conduit ou rigole pour l'écoulement d'un liquide, par exemple la rigole qui fait intérieurement le tour dela maie du pressoir où s'écoule le jus de pommes pressées. Ce no aboutit au "bérot", sorte de gouttière à bec qui conduit le cidre dans la "tchure", la cuve enterrée.


Les portes des maisons rurales

Les portes des maisons rurales ont deux parties qui s'ouvrent séparément : en haut, le viquet - ou guichet en français -, en bas le *hézet ou *hé. En ouvrant le viquet pour aérer, les barreaux verticaux empêchent les poules ou les chats d'entrer.
Dommage que les maisons neuves oublient de continuer cette tradition des portes à doubles parties connues dans tout le département de la Manche !
Si vous vous présentez quand tout le monde est parti, vous trouvez la porte barrée, ce qui veut dire fermée à clé. Autrefois il n'y avait pas de serrure, le verrou était une large barre de bois placée à l'intérieur ; barrer avait le sens de " fermer au moyen d'une barre ", mot utilisé dans tout l'ouest de la France. Par contre " viquet " n'est connu qu'en Basse-Normandie. Si le viquet est froumaé, no peut tréjous cllenchi - la cllenche, c'est la poignée -. Vous ne trouverez pas la cllé : on ne l'a pas emportée, elle est restée muchie sous eun caillou…
" Partout yoù que tu vas, le viquet est froumaé " chante Théo Capelle accompagné par la belle guitare de Jean-Louis Dalmont… (CD Magène en concert, plage 4).

++ Bonus site Magène : chanson dédiée aux familles géorgiennes (bien intégrées, les enfants parlent le français qu'ils apprennent à l'école) menacées d'expulsion à Cherbourg par le Préfet de la Manche,… qui est revenu sur sa décision après une manifestation de soutien de 200 personnes.


La seiraée de Marotène

Rév'lo le temps de Noué, et des seiraées oû couen de la chim'naée pou les syins qui se câoffent oû boués, par'ai !
No peut entenre dauns le CD Veillie normaunde 14 histouères countaées pa les gens du Cotentin.
Suzanne Jourdain de Râoville-la-Bigot prêchait reide byin et ch'est sa file Danièle Lecornu qui va nous luure sen texte "La seiraée de Marotène", eun mot d'écrit reide byin pairotaé pouor feire veî que le normaund a des mots byin gouleyaunts.
Pour les apprécier, le voici d'abord en français (je lis la traduction parue dans La Voix du Donjon en 2005, et que vous pouvez lire sur le site Magène, ainsi que le texte du CD).


Les Iouktâmahanyi

"Men mari est byin malade", une chanson adaptée et chantée par Daniel Bourdelès, précédée d'un texte de Mireille Gattepaille (extraits) : " Les Iouktàmahanyi", édité dans ce même numéro 1 hors-série tout en normand de La Vouée du Dounjoun. Vous connaissez les Tamalou ? Veire ! Mais ya itou les Iouktâmahanyi...
C'est eun texte très drôle sur les petites misères que l'on se raconte quand vient un certain âge !


Les commodités d'achteu

Eun autre texte de Mireille : "Ah! Les commodités d'achteu !". Elle nous conte les démêlés désopilants qu'elle a avec les appareils nouveaux, tel son ordinateur...
Et à suivre, pour changer, une chanson de La Puisaye (région au Nord du Morvan), enregistrée par l'école de musique : 'D'nout temps et à c't heu'e". Le thème : les premières autos, avec humour... Titre du CD "J'ons par cheux nous". Des auteurs de la fin du XIXè de grande qualité, ils fréquentaient les Parisiens comme Aristide Bruand.


Eune trivelaine d'émissiouns sus :
(trivelaine = grande quantité)
  • Les ouées de Pirou
  • L'épopée cotentine de A. Dupont
  • René Saint-Clair
  • Le tuyau Pluto de J.B. Pasturel
  • A. Poullain : "les loopings"
  • A. Lemoigne et Louis Beuve
  • Les 4 cattes d'Agathe (the blues)
  • La fère de Sainte-Anne
  • "La décllaration" de Charles Leboulanger
  • Les moulins
  • "Le rouoge peissoun"
  • Les potyis de Mourot, de M. Philippe
  • Michel Pinel (Lessay)
  • Poésies de Joan Tapley
  • La tèque et la choule
  • "L'écolyire", de M. Philippe
  • Cotis-Capel "La bavette"
  • "Le petit ouésé"
  • La foire de lessay
  • Louis beuve : "le touornous de gigot"
  • La fête du Vrétôt
  • "La mérianne"
  • "Juin" de Gires-Ganne
  • "Les quettouns" de Pierre Guéroult
  • "L'anordie"
  • Pierre Guéroult (suite)
  • Alfred Noel "Dors men fisset"
  • Les noués : cueillette des fruits sauvages
  • "Les âbres" de Cotis-capel
  • La galoche (jeu)
  • Le tue-vaques
  • Les Harts, fête du bois à Valognes
  • Zabeth, roman d'André louis réédité
  • La contrebande du tabac dans la Hague
  • Le Pucheux : le mariage bruman
  • Les moutons dans la manche
  • les outils de taille
  • Jacques Jean, cinéaste.
  • Les cordonniers
  • Les fours à chaux
  • La vie d'Alfred Lohier
  • "Le p'tit goubelin"
  • Qu'est-ce qu'une femme douairière ?
  • Extraits du texte "Opportune décrue" de Jean-Baptiste Pasturel (conteur de Périers)
  • "Catherène Boustalot", de François Enault
  • Le lit-alcôve, très connu en Cotentin...
  • Extraits de chansons : caunchounettes, rounde du Bessin, la louerie, Manoun des Hâots-vents...