Fernand Lechanteur (Gires Ganne) 2
        portrait              concours 2009/2010
 
 Concours poétique : l'année de Gires Ganne

Nous publions ici les 40 poèmes (!) de ceux de nos associations et d'ailleurs qui ont relevé le défi de compléter l'année de notre poète. Pour mémoire, "jaunvyi" et "févryi" ayant été écrits par l'auteur, notre série commence donc à "mâr" (mars).


        Mâr - Avri - Mai - Juin  /  Juilet - Aot - Sétembe  /  Octobe - Nouvembe - Décembe

Décembe  par Jean de la Py-Ouitte


No pile les drényires poumes touot oû loung du meis
No rouène dé counte la freid qui bâobe nous deigts

Iâo arageuse à l'Avent
L'hivé racachi paé à temps
Qu'cha seit qu'i plleuve ou byin qu'i fèche biâo temps
Janmais le mounde rest countent

Maigraches sount les étouorniâos, de la mouojâle i trachent,
Que cha seit sus les fries des bourgs ou byin dauns les cllos.

Devenin paisaunt ch'est coume eun ébrai :
No me la dounaé, d'âotes itou l'ount fait,
Mais no deit janmais brâs en tumbaer,
Inté eun âbre à la prémyire tempaête venin…

L'hivé les jouornaées quemenchent tardies et abutissent byin-à-couop ;
Mais à la partie de la Sant-Luche lé jouo creît du sâot d'eune puche…

Cha qui vaôt la penne d'yête fait
Vâot byin la penne d'yête byin fait !
Annaée de nige empllit le grényi,
Annaée sauns nige apouoryit le mounyi.

À la saisoun de l'hivé il est bouon d'avei byin garnin
Sen grényi, sen chelyi, sen bûchyi et sen fenin.

Promais qué Sant-Éloué a byin freid,
Quate meis duraunt graunde freid no-z-éra...
Solei d'hivé tergi à se déjuqui :
Byintôt muchi et couochi !

Mais que la nige tumbe et que counséquente seie la freid,
Dauns eune plenne annaée tu peus avei foué !

À la fête à Sant-Thoumas
Les jouors sount oû pus bas ;
Oû jouo Sant-Sylveste
Eun jouo de mens i reste…

Vent qui souofflle à l'écapette à la messe de Minnyit croués'sa
Touos les jouors et touotes les nyits de l'aun qui suura.

Si touos les proverbes sount d'assent,
Touot l'assent est paé dauns les proverbes !




Décembe  par Jean-Philippe Joly


Tréjous dauns ma pouor vie / j' feus coume eun rabésot,
Radabouénaé, restaunt / oû creux mucre des fouales,
Fouorous dauns la freid, ma /, annyi j'i merqui lo,
eun miot mouormâod, men noum /, dauns l'u dé touos les quenâles.

Pouor tertouos j' sis l'rabésot,
Ch'est ma vie noum de Zo !
Bagouleus à la raundouole,
Eteiles dauns men bingot,
Jé Baille la faraundouole,
Cache à la bouoligot.

Rouge, bllaunc, dauns la lumyire /, v'lo les not' des caunchouns,
Bâillaunt d' quei yête héreus/ chenna pouor eun moument.
A muche pot j'i gardaé /, ch'est pou' la coulatioun
Dé la fème et l'éfaunt, / déeus gâtiâos byin câods yens.

Veire ma mambriounette / yest ernaée, mei itou,
J'sis eun cllown du tchu d' l'aun / qui galte coume eune clloque.
J' mé racache dauns men pouore/ p'tit cotin du rhâot bouot,
Lo, oû diabbe bouoilli, / et muchi sous la roque

Brin d'excès d'ergent co ; / pouor byin mougi, eun chouène
Veire, eune pipioune itou, / et pis j'veis les éteiles
Dauns l' graund abre torqui, / ch'est la Noué dé de maême,
Des pryires pouor lé cyil, / pouo remplli les pirelles.




Décembe  par Alphonse Allain


Ch'est l'espéraunce dé Noué.
Ya déeus mille auns dauns eune établle
Le quénâlot à Marie est naé.
Dauns eune âoge sus eun guerbet de pâle.

Décembe, ch'est lé meis de Noué.
Les quenâles drugent à yête ch'tu jouo lo !
Lé sap, les amusettes, la jouée,
Ch'est la surprinse dauns les chabots !

Pensouns es syins qu'ount fam ,qu'ount freid.
Lus byin sus le dos, qui guettent amers
Par les vitrènes achalaundaées,
Qui ne veient en refllet que lus minsères !

Oû tchu de l'aun, l'âote va arquémenchi
I fâot que no poursuse noute quemin.
I fâot s'aimaer pouor avaunchi
D'aveu l'amouor touot est à venin !

Espéraunt que sus noute pllanette blleue,
Persoune né moure dé fam et de seu !




Décembe  par Merlicoquet


Le solé est bas quaund l'hivé va quemenchi !
Mais que la freideu s'arvyint et qu'i ya pus d'oumbrage,
Mais que la bavette de la mé bèque les ros des falaises
Et que no-z-est byin muus yens, rouogi par l'attisaée...

En decembe, muche byin tes deigts,
Cha vâora muus pouor tei !

La Noué s'avaunche quaund l'hivé est quemenchi !
Mais que les quenâles ount graundi d'eune annaée de pus, ma fei,
Mais que l's amins nouos appellent pouor savei si cha va
Et si Sant Nicolas est rapassaé tcheu nouos...

En decembe, ouve graunds tes deigts,
Cha vâora muus pouor tei !

Lé tchu-de-l'aun rest lo quaund l'annaée va quemenchi !
Mais que chu meis va finin et coumptaer dauns noute âge,
Mais que la chouque a breûlaé, i fâot byin jetaer la chenre
Et oumbélyi que lé temps a janmais trop d'assent.

En decembe, chaunte d'aveu mei,
Cha vâora muus pouor tei !




Nouvembe  par Jean-Philippe Joly


Jé mé souvyins ches jous si petits
Qu'à finin no les noumait les nyits.

Je me souviens de jours si courts
qu'à la fin on les appelait : nuits.


Annyi des fllots reide bastaunts j'i la réténette
Qué leus avernoum ch'est reide seu " tempaête ".
La mé qui oû louen crêtit, oumbllie l'noum des batiâos
O toque dauns ma *heune coume coque et iâo.

A présent l'océan déchaîné emplit ma mémoire
Si bien qu'on ne peut le surnommer que tempête.
La mer au loin toute écumante, oublie le nom des bateaux
Elle tape dans ma tête comme font ensemble la coque et l'eau.


Je les r'veis tréjouos ches endreits faits pouor hyir
Yoù qu'no prêche à petit, ch'est lo le chimetyire…
Ches ouésiâos d'neire couleu pllens de sacréments,
J'i souovenaunche du souen dé les ébllaqui censément !
Dé de maême d'o ches flleurs sauns renouvé, sauns balcouns
Minses és syins cachis eun jou oû paradis byin trop-à-coup.

Je les vois toujours ces lieux pour recevoir hier
Où l'on parle bas, c'est ici le cimetiere…
Ces oiseaux de couleur noire remplis d'injures
J'ai le souvenir de vouloir les écraser sans remords !
De même pour ces fleurs sans printemps, sans balcons
Dévolues à ceux partis un jour au paradis bien trop vite.


Pis ch'ti-lo, lé vuus graund abre, les bras piquaunt
Le cyil ainchin chigailli, désespei achâouant.
No dirait aperchévi eune croué és mille quémins
Qui *happe le tint des clloques, vantaunt l'hivé qu'éra paé d'fin !
Praès d'la cafouonette yoù qu'câoffe la souope mélaungie
A la crouésie, eun solé détafaîtaé par la déjouerie ;
Les veillous mougent lé silenche, no s'accatouone,
Cha yest eun teimps pouor soungaer és varous et Gires Ganne!

Et puis celui ci, le grand arbre ancien, les bras qui piquent
Le ciel ainsi déchiré, désespoir accablant.
On semble y apercevoir la croix aux mille chemins
qui attrape le son des cloches, célébrant un hiver qui ne finirait pas !
Près du four à bois où chauffe la soupe de légumes et de lard
A la fenêtre, le soleil perd ses rayons, au crépuscule,
Les lampes mangent le silence, on s'emmitoufle
C'est un temps pour penser aux loups garous et à Gires Ganne !


Alo, jé me souvyins…

D'ten noum
Evraqui mâlement
À ce sei
Dauns lé solyi…

Nouvembe :

…à mort j'i minchi ten souffle freid.

Alors je me souviens… Ton nom, éventré salement, ce soir
Dans le grenier, Novembre :j'ai tué en miettes ton souffle froid





Nouvembe  par Jean de la Py-Ouitte


À la Toussant quemenche l'étaé de la Sant-Martin,
Ch'ti-chin fera houneu és jouors à venun…

Fâot se hâtaer de mette yens les baêtes, de finin l'ouvrage des cllos
Sauns yête en souen de l'esseue de l'arryire, qui vyinra byin à couop.

Le Prémyi : eune mouorie de gens à l'égllise est assembllaée ;
Lé Ounze : oûpraès du Mouneument és morts, jannes et vuus rémouvent…

Si en novembe i toune, l'annaée séra bouone ;
Si i brouillache touot le meis, l'hivé séra tenre…

Faites calot du bounheu des biâos jouors
Souos des âbres aco byin verts…

De la Toussant à l'Avent,
Janmais par trop d'assoume d'iâo.

Le temps se douébit paé devaunt nous,
Mais hélos, nous, no le hâle !

Pou la Sante-Cécile
Chaque feuve en fait mille

À la Sante-Catherène
Tout boués prend rachène

Quaund le cachous se ratiboule d'aveu des chaumpignouns
Fâot surtouot paé l'erjuer en li piâillaunt des nouvèles de la cache

Sumâles avoriblles trahissent coupassous
Sumâles tardies affrountent tréjous

À la rocâle de la graund mé, coume touos les meis j'irai
Mais des côtais arémistes dauns l'orphanta je ne verrai

À la Sant-Lyioun met en mouché tes artuchés
À la Sant-Hubert les pirottes évadent l'hivé

A la Sant-Aundré, terre ratouornaée ;
Si bllé sumaé, peut nigi à pêlaée !




Nouvembe  par Alphonse Allain


Nouvembe, ch'est lé meis du souovenin
No flleurit les toumbes oû chimetyire.
Toumbes dé familyis ou d'amins,
Iyou que no rémôque eune priyire.

Les fuules d'or dé l'arryire tumbent
Nouvembe, ch'est lé meis des vouéties.
Le vent souflle que no dirait des pllaintes,
Eun caunt trisse coume eun chœu de nénies.

Nouvembe, ch'est lé teimps de la graosse mé
Enouormes vagues qué le vent éligue,
Qui vyinnent éclliper sus le perret !
Dentelles bllanches qui coueffent les digues !

La nyit mouoju les heures de jouo,
Jé s'souns oû pus bas dauns eun meis.
Mais fâot byin que l'annaée fèche sen touo,
Ampraès l'hivé vyint lé renouvé.

Eun baté n'a paé raterri
Sounaez le gllas pouor les péris !




Nouvembe  par Paulène


Novembe, meis du souvenin.
Byin de nos amins sount partis.
Nous gens, nous graunds, nous veisins
Reposent dauns nous chimetyires flleuris.

Dé hagues les épènes sount chergies
Pourtaunt, le jâone-bé de tcheu nous
Aime muus les boules de noute hous!
No les avait taunt espéraées
Pouor paraer la table de Noué!
Le Bouon Guieu nous les avait dounaées
Las, et byin fâot partagi.

" Ente la Toussant et pis Noué
Né peut trop plleure ni ventaer "
" Dé la Toussant es Avents
Jammais trop d'iâo ni dé vent "
Si qu'en novembe i tounerait
L'hivé érait avouortaé
Qui que vos en dites par ch't annaée?

Les gens prêchent d'été indian.
Quaunt à mei, j'aimerais muus dire
Que no-z-a eun bel arryire
Tcheu nous dauns noute Cotentan.
Achteu qu'eun fêtu me bute,
Mei déeusyime, à noute leisi
Liement lâoner : ch'est eun pllaisi.

Les bouleaus es trouncs d'ergent
Fuules en louis d'or, tressinaunt
Dauns le solé, devaunchent les graunds hêtres
Dreits coume piles de cathédrales,
Les quênes quoeurus, ainchin que roués
Se drèchent coume pies tchuutes oû fou.
Alentou, ch'n'est que tchuives et ors.

De pllèche en pllèche, eun sap touot vert
Que l'houme sauns quoeu arrachit
De la belle forêt de sen payis
Pouo le pllauntaer en Normandie.
Séyouns bouons pouo le horzin
Dé l'if dé noute chimetyire cousin.
De nous graunds boués il est l'écrin.

Ch'est paé le touot, v'là Sante Cathelène
Ch'est le jou que touot bouès prend rachène.
Devaunt qu'i vyine eun abat d'iâo
Pllauntouns, pllauntouns, jeunes poumyis
Prunyis, mêlyis et rosyis
Fâot paé tierraer des bûnettes:
Dauns eun meis, touot dreit, ch'est Noué.




Nouvembe  par Merlicoquet


Coume eun jouo merqui pouor tierraer men souovenin :
Lé prémyi et le drényi pouor priyi touos les sants…
Ch'est eune jouée de veî leus faches qué le Bouon Duu a bênîns.
I sount lo, byin héreus, pus héreus que lé lendeman…

Eune feis la nyit passaée, lé gllas soune pouor les Morts,
Mais persoune n'a pus de quœu pouo les défunts d'âotefeis.
Leus croués ount 'taé mouogies, mannyirement coume leus corps,
Gimaez, plleuraez, lochiz, ch'est le déeuzyime dé chu meis !

Ryin qu'à veî noute chimetyire, touot grési dé couoleurs
Cha redoune eun miot de pllaisi à s'arvénin és toumbes
Chaqueun retroue ses rachènes ou affilaunte les flleurs
Pouor qué cha s'adoune byin mais qu'i 'n a eun graund noumbe

Ch'est oû mitaun de l'arryire que no repense à l'aun passaé,
A touot chenna que no fit, à touot cha qui fâot faire…
En novembe la Cathelène devaunche la Sant-Aundraé ;
Noute affaire né s'sa prinse qué si no nouos enterre.




Nouvembe  par Alphonse Poulain


Çu meis le prémyi ch'est la fête de la Toussant
Touot le mounde va venin saluer défunts ses gens
Les chimetyires vount yête propes et chergis de bôquets
Que no va guetti en butaunt devaunt les croués.

Oû payis câods les aroundes sount parties
Pouor arvenin nous veî l'annaée qui vyint.
En jacquetaunt les cônèles passent touos les seirs
Parties se juqui dauns les bouès enco verts.

À la Sante Cathelène touot âbre prend rachène
Sus les fossaés no va repiqui l's épènes
De la Cathelène à Noué y a eun meis touot dreit
Çu meis, s'i fait bé no va sumaer le bllé.

Les gelaées vount ravilaer la pousse de l'herbe
No dit itou que cha supprème la vermène
Fait tumbaer des poumyis c'qui reste de poumes
Fllétri les prunelles, la liqueu sera bouone.

Le vent a fait tournaer le co de noute vuule égllise
Les payisauns vount touos cachi à la pllise
La freid quemenche à nous faire hubi l's épâoles
Les lachies d'iâo qui tumbent fount mountaer le vâocre.




Ouctobe  par Jean-Philippe Joly


Ch'est eun pount oû mitaun d'eun qu'min,
L'houme *héquette, la quérette arvyint
Du cllos jusqu'à la faisaunce-valei,
L'étaé avrodaé pa l'hivé

C'est un pont au milieu d'un chemin,
L'homme hésite, la charrette revenant
Des champs jusqu’à la ferme,
L'été inquiet de l'hiver


Cha sent le mucre, mais i fait co par couops caôd.
A la carre du mun, i sounge és loungs meis d'iaô…
Ch'est eun pount oû mitaun le caôd et la freid ;
Octobe, coume qui qu'est noute quoeu, yest-i co guai ?

Cela sent l'humus mais il fait parfois chaud.
Appuyé au mur, il songe aux longs mois de pluie…
C'est un pont entre le chaud et le froid ;
Octobre, peux tu dire si nous sommes encore joyeux ?


Qui-revyint-qui, qui-revyint-qui ! Lo ch'est la perdrin…
Le fusil li est co juqui, seument pour eun miot d'teimps,
Achteu-maisi l'horizoun n'est pus de quei
Yoù que les ouésiâos peuvent se muchi, pus ryin à-fait !

Kireviki Kireviki, là est la perdrix…
Le fusil lui est encore au clou, mais pour pas longtemps,
Désormais l'horizon n'est plus ce qui
Permet de se cacher pour les oiseaux, plus rien du tout !


Cachant la gate oû-dessus du *hammé
No veit les feumaées dauns eun cyil d'enfé.
Les cotins s'accouennetissent souos l'achanaée
Bounhoume Octobe trache à raquillounaer

Allant par la rigole au-dessus du village
On voit les fumées dans un ciel d'enfer.
Les petites maisons se recroquevillent sous la pluie battante
Bonhomme Octobre cherche une dernière pitance


Souos les nuaées qui sigllent, i trache eun bédot
I trache à se coulaer sus l'run d'avaunt que mounte l'fllot,
I cache pouor s'abriyi du vent qu’est *haire
Et qui tabeute jusqué l'oryire dé la minsère…

Sous les nuages qui cavalent, le voilà qui cherche un maigre lit
Il cherche à se caler avant l'arrivée de la marée,
Il avance pour s'abriter du vent mauvais
Qui fait grand tapage jusqu'à la lisière de la misère…


Par ma fingue ! Lé solé vyint à-couop
Va-t-i laissi touot d’en par où ?
No sait-i ? Ch'est-i paé lé renouvaé
Qué no veit à la démuchaée ?

Est-ce possible ! Le soleil est là d'un seul coup
Va-t-il laisser tout dans cet état ?
On se demande si ce n'est pas le printemps
Que l'on voit sortir de sa tanière !


Bouhoume Octobe, ch'est-i du souen
D'veî ainchin l'étaé se racachi yens
Et dauns men quoeu mé bailli l'espé
Qué janmais vyinne eun jou l'hivé…

Bonhomme Octobr,e c'est attristant
De voir ainsi l'été revenir en soi,
Et dans mon coeur me donner l'espoir
Que jamais ne vienne un jour l'hiver…





Ouctobe  par Alphonse Allain


Le cyil s'est déheunaé, ch'est l'arryire
I plleut mais dauns les écllairgies,
No ramasse les poumes à pouquies.
Les tchues s'sount pllennes l'annaée qui vyint !

Les houmes de pach'chin ount les druges
Ch'est deman l'ouverteure dé la cache,
D'attenre ainchin cha les éluge
De capuchi lyivres et bécaches !

Les fuules quémenchent à se fenaer
Lé vent d'arryire boulingue les âbres.
Dauns les boués dès pétra-jaquet
J'ai des souovenaunches indisablles.

Parfeis la nateure s'enchifreune
Dauns des journaées emboucaillouses,
O s'évane dauns eun veile dé breune
Dé ch'tu teimps no ouit la buloûse !

Les fuules tumbent du calendryi
Dreit coume s'efreule l'âbre dé vie.




Octobe  par Jeaun de la Py-Ouitte


Loungues sount les jouornaées pou le paisaunt achalinaé
I béninra ch'teus-chin mais que couochi le solé

Le maïs d'aras les batteries est ensilaé
Les baêtes oûpraès sount rassembllaées

A la Sant-Fraunçoués la bécache est oû boués
Tchyins et cachous révilent touot petiotinet hammé

Eune bouone soupe és chous
Oû merchin artire chin sous

Si i plleut à pêlaées à la Sant-Denins
Rivyire sort neu feis dé sen quemin

Pou le jouo de la Sant-Guérâod
Quiques châtannes fount noute câod

En octobe de byin belles pilaisouns tounerre bâle
Vuus poumyi paé que de vuules poumes i bâle

Octobe en breumes
Meis à gros rheumes

Si à l'arryire tu te décroues paé dès pétra-jaquet
T'en verras paé l'abutitioun quaund vyira l'hivé

Arryire tréjous byin en flleurs
Announche hivé pllen de rigueur

Breumes d'octobe et acrâses d'iâo en novembe
Bâlerount ensemblle bouon meis de décembe




Octobe  par Alphonse Poulain


L'étaé s'accouorche v'là venin la Sant Denin
Les bécaches vount s'acaunchi dans le bouès
Les poumes sount tumbaées de nous vuus poumyis
Pouo les levaer no fera eune corvaée.

Les fuules des âbres vount chaungi de couleu
Nous bâilli de la jouée ch'est à paé creire
De veî touot cha mêlaé doune du bouonheu
Souos eun miot de solé cha écllaire.

Dauns l'herbe mucre, no gllane les chaumpignouns
Dauns les coudryis, les rousses petites noués
Sus l's épènes y a des hagues à fouaisoun
Pouo souengni les petits ouésiâos c't hivé.

V'là la saisoun des corvaées de batterie
No-z-est sus le tas du matin oû sei
Ach'teu les méconiques ch'est la vie
De la poussyire no-z-en avale quique seit.

Devaunt les gelaées no va rachi les bettes,
Les fuules, les janes bêtes vount les mouogi
La terre va yête prête pouo sumaer le bllé
Eun attendi no-z-a du répit.




Octobe  par Paulène


Prins de pécavis

Breume puraunte les prémyis jours….
Il est byin métyi que cha vyine,
Pisque no z'est dauns l'arryire.
Nyits freides et joulies journaées,
Coupassous muus dehors que yens.

Dauns le gardin : bllaunc, jâone…. tréjous :
Les mouvaunts pllumets d'ergent,
Berchis, lochis, à touos vents,
Jostent d'aveu les guerbes d'or.
Les dahlias, couleus mêlaées
Sount coume eune ondaée de solé.

Pis, vyint l'étaé Sant Dénis
Biâo temps pouo rentraer les frits
Surtouot qu'à la Sante Simone
Faôt avaer rentraé les poumes
Peires, coings à pllens panyis !

Bouones fèmes, sortaez vous bachènes
(pouo la confiture, magène)
Duraunt que l'z houmes copent du bouès
Pouo garni la chimenaée,
Les petiots pigouillent les rounchyis
Il y gllanent les drényis mourets.

" À la Sant Firmin
L'hivé est en quemin "
Pouor endêvaer le cauntounyi
L'z abes enco verts de l'aveneun
Laquent quiques fuules touotes desséquies
Que le vent malin li renvie !...

Le coquêne se dore ente les coudres
Les badolyis, secoués pa le vent
Plleurent leus fuules en lermes de saung.
Les graunds peuplyis jettent oû cyil
Les drényires fuules de leus coupé,
Coume eun bôquet, sène d'oû revei.