Fernand Lechanteur (Gires Ganne) 3
        portrait              concours 2009/2010
 
 Concours poétique : l'année de Gires Ganne

Nous publions ici les 40 poèmes (!) de ceux de nos associations et d'ailleurs qui ont relevé le défi de compléter l'année de notre poète. Pour mémoire, "jaunvyi" et "févryi" ayant été écrits par l'auteur, notre série commence donc à "mâr" (mars).


        Mâr - Avri - Mai - Juin  /  Juilet - Aot - Sétembe  /  Octobe - Nouvembe - Décembe

Sétembe  par Alphonse Allain


Ya pus de séquereche ,ya pus de câodrouoles,
Lé teimps s'sait putôt crachinaunt.
Les quenâles ount r'preind lé qu'min de l écouole,
Cha yachope paé, touot en lâonaunt !

Les pllageus sount touos racachis
I z-ount artrouaé lus citaés.
Nerchis pa'le solé de Normaundie
I rabûquent lus vacaunches d'étaé.

Les houmes et les fèmes de tcheu nouos
Ount enhanaé ches meis d'étaé.
Les quenâles ount byin aingui itou
Mais coume i z-ount byin gipoutraé !

Coume touos l's auns J'irouns sus la launde
Lâonaer, mouogi eune tchusse d'agné.
Pouor accataer ? Quiquefeis pouor vende !
J'irouns à la Sante Croué de Lessay.

J'écouote a nu-chapins sus le sablle
Lé caunt de la mé portaé pa' l suage.




Septembe  par Jean de la Py-Ouitte


Le papilloun de flleur en flleur voulette
I fait sen calot des drényis jours ensoleillyis
Vos pouvaez à la rivyire coundire voute qu'va
I beira que quaund i voura et cha qui li pllaira

Qui veurs de quiqu'eun corrigi
Deit yête byin pus parfait que li
L's' aroundes byin à l'uni sus les fis
D'eune loungue attente ol ount fount fi

Pintards dauns la basse-cour amouchelaés
Itou fouédraillaunts announchent achânaées
I fâot sément qu'eune poume peûlâée
Pouo gapilli touot eun mouché

ougnoun byin câochi
Veira fortes gelaées
Le jou de la Sante-Croué de Lessay
Gâopllume tes peires et gâole tes noués

Oû bouot de la teile eune irangnin
Et la journaée sera byin vadelaée
Gelaée bllaunche de Sant-Eustache
Graôsyira le bouon beire qui taque

Il est byin pus d'eun trige sus ch'tte terre
Où pouo la vie le paisaunt a pus d'eun dreit
Eune feis qué la Sant-Michi l'arounde veit
No peut qu'à la Noué en espéraer l'hivé

Gare és ouésiâos la cache arvyint
A la Sant-Jérôme loche tes poumes.
Si juin en fait la quauntitaé
Septembe en fait la qualitaé




S'tembe  par Jean-Philippe Joly


Y est-i v'nin l'temps de se muchi yens ?
Fâot ouir la gir qui grinche en hénequant !

Eun coup Nordet, eun coup Norouêt
O sait brin, o coumpte les pouents
Dauns le cyil les nuaées hurenaches et s'entrebuchent
Les syines grinses, les syines bllanches
Dauns eun cllos de batte trèjous blleu

Sû lé rivage les maôves fount les chents pas
La gaumbe raide coum les souldats
Guettent lé louen d'eun u
Guettent leus couen d'maquâle d'eun aôte
Finin le meis d'âot…

Dé nouvé les abres se torquent
Ca' le vent câoche ches bottes
Pour marchi le pyid du cyil

No z-entend :

Eun couop lé rot v'nin dé la mé
Eun aôt' ch'est le tint v'nin du hammé
Eun coup de Nordet, eun coup de Norouêt
Eun coup l'étaé, eun coup dé l'ampraès

Les flleus se drêchent co, coum des troumpettes
O sount les sonnous dé la charge des riles et suages
Mais d'jà ilo l'oumbre du chuquet va se praôfilaer dauns l'âtre
Et l'atchu sera byintôt vidaé…

Les counfeitures câoffent et le râle croc s'racchera t-i à la pêque ?

Quiques lermots d'iâo
Mé guettent en niolant sû la crouésie
Eun belot dé solé catâod
Pou les séqui
Le temps dé la riplleure seument ?
O byin ? Y est-i v'nin l'temps dé se muchi ?

Y est -i v'nin le temps du " p'tiot parisian " ?
Dé s'racachi à l'école des horzains ?
Mais s'n'école de quenâle, de bouent-tchu
La syine véritablle
I sait byin que ch'est ch-tti lo
D'aveu les caôches fraîches, le hannet
Et le bâté de fllaquyires pour bâoger

D'excaès nerchibot, l'u pllein d'horizouns
Et la pé bétrounaée, le vent pouor démêlous.
Coument creire eun miot qué le teimps yest v'nin dé se muchi ?
L'étaé rebouque à se dépêqui
Coum l'éfant nague à v'nin su l'âge




Septembe  par Alphonse Poulain


Les grans sount copaés et engraungis
Les vaques pouaîssent traunquilement dauns le revan
Laissaunt eun miot de pyid pouo les brébis
Achteu maisi no va laqui le raun.

No va batte en graunge et faire le gllu
Pouor assyire de biâos mars sus l'émé
Des coulènes pouor brûlaer noute vêtu
Faire des plettes pouor nous chabots c't hivé.

Chu meis no va épilaer nous cllos
Pouaissi les haies et bôchi les brèques
Les câodroles quittes, fiqui les petits viâos
Vidyi les abreuvous qui sount sèques.

Les gens d'ichin vartent sus l'éto de bllé
Les mâoves touornient et tumbent dauns la raie
Se capuchaunt du bé, l'houme s'ébraie
Et les cache, faisaunt craqui sen fouet.

Les jouors s'acouorchent, no-z-a du répit
La graund-maraée va venin byin à couop
Les terriauns vount couri ès roquis
Fêtaer la percie enco eun couop.




Aot  par Alphonse Allain


Les vaques achteu sount dauns les revans
L'herbe a crouessi ya de la gouolaée.
O sount guédaées en eun ryin de teimps,
Et vount se camuchi souos les haies.

Ch'est touot bouonement l'erzioun de l'étaé
Les pllageus ount le dâos qui lus pèle !
I n'éguerent paé eun rai de solé
Et s'affouolent d'eune nuaée dauns lé cyil !

Les gens de pach'chin ount pus d'assens,
I pronnent le teimps dreit coume i vyint.
Eune gouotte d'iâo s'sait paé à dessens,
O s'sait byin veneue dauns les gardins.

Les fèmes dé tcheu nouos sount ernaées,
Ch'tu meis o resupent eun miot lus vent.
Minchies par l'ouovrage dé l'étaé
O ne coumptent pus lus heures dé rang.

Prémyires déjuquies oû matin
Tardies oû sei à s'endormin !




Aot  par Jean de la Py-Ouitte


Le paisaunt dès pétra-jaquet se lève
Ampraès dinnaer à sen leisi i fait mérienne
Quicounque en âot s'endourmira
En meis de jaunvi s'en repentira

Les tourne-soleis sount byin flleuris
Et veudent sount les pigeounyis
Eune feis qué les roumyis sount perquis
Graunde assoume d'iâo est announchie

Touotes les flleurs qui sount à venin
Sount dauns les seumenches d'annyi
Qui seume bouolu récolte miet
Qui seume miet récolte bouolu

Si toune en âot byin de prou
Mais des déhaits biâocouop
La pluie le vent et pis même nous gens
ampraès treis jouors sount byin enniaunts

Oû pus tard dauns les travers du Sant-Usèbe
Les paisaunts deivent battent lus guerbes
La Vyirge de la mi-âot
gence ou décaplle touot

Le peissoun veit la beite paé les hauns
L'houme veit le calot paé l'expositioun
?l oû sei chibot oû matin
Est le malheu du merchin

Et oû jou de la Sante-Hélène
Flleurs je baillerai à Marotène
Si t'es paé tergi à la Sant-Bernard
Ten hâtivaé est pus souos ten hangar

En âot janmais séqueréche
N'aménera graunde richesse
A la Sant-Pyirre, la caunchoun du coucou buttera à-fait
Et çu meis merquera sen évo dé devers l'Afrique.




Juilet  par Alphonse Allain


No prenrait byin quiques jouornaées d'iâo
Criyous que no z-est janmais counteints ?
No vourait de l'iâo quaund i fait biâo !
Quaund i plleut ,nouos fâot du biâo teimps !

Le meis de juilet ch'est le teimps des mouessouns,
Le fé aiguuchi cope les épis.
Du matin oû sei sauns déroump
Le solé ébllâque les journalyis.

Ch'est le teimps des graundes vacaunches d'étaé,
Les horsins sount oû bouord de la mé,
D'auqueuns qui pronnent vite le solé
Ne tergent paé à yête heingues dé pé !

Les guerbes raunçaées à pllenne équelettes
Oû sei sus les pllaines fâoquies,
Nouos fount rêvaer à des esnèques
Qui se racach'chaient en Normaundie.

Biao yête byin chenus et byin quoeurus,
Ches meis d'étaé nouos ount moulus !




Juilet  par Jean de la Py-Ouitte


Juilet sauns graund arage
Famène amène oû villâche
No peut minchi eun anortaé
Ch'est pus dû à le faire calaer

Pouo le paisaunt dauns le cllos des âotes
Récoltes sount trèjous pus à gros
Pouo eun côtais en graund mé i va
Pouo eun horsin roquis briscaillera

Qui que fèche Sant-Henri
Sus le bllé meur i peut ryin
Câodrole le jouo de Sant-German
bâle à touos du pan dauns lus mans

Sus terre byin tchultivaée
Légueume byintôt arrivaée
Qui pus qu'eun paisaunt
Alosyira sen bouon gran

A l'entou de la Sante-Merguite
mâonaé est éxcaés de vouéchie
Pouo le jouo de Sante-Madelène
La noué-gâole en séra byin pllène

Le paisaunt coumpte pus bellement les ouèsiâos
Que ses amins venaunt l'aindyi dauns ses cllos
A la Sante-Virginin le bouon-âot des frâses est finin
Tchuleuve volaunte à rase de l'iâo bâle temps mutin