Fernand Lechanteur (Gires Ganne) 4
        portrait              concours 2009/2010
 
 Concours poétique : l'année de Gires Ganne

Nous publions ici les 40 poèmes (!) de ceux de nos associations et d'ailleurs qui ont relevé le défi de compléter l'année de notre poète. Pour mémoire, "jaunvyi" et "févryi" ayant été écrits par l'auteur, notre série commence donc à "mâr" (mars).


        Mâr - Avri - Mai - Juin  /  Juilet - Aot - Sétembe  /  Octobe - Nouvembe - Décembe

Juin  par Alphonse Poulain


Çu meis d' juin tcheu nous no faisait l' fein
No mouollait vite sa qu'minse dauns les f'nins
Les tracteurs byin seur no n'avait paé
Le qu'va touos les jouors était attelé.

No z-avait finin pouo la Saunt Cllai
D'chu temps lo le meis i faisait bé
Byin des patrouns susaient les louories
Pouo s'arrangi d'aveu eun commis.

Les houlins vount v'nin sus les roquis
Et touos les bouones gens pou les pêqui
Si l'dimmaunche s'adouone à yête maraée
Les pêquous no va en veî eune couaée.

Les Parisians byin seur qu'menchent à v'nin
Et à nettiaer maisouns et gardins
En espéraunt veî touote la famile
Se raquiériaer dauns noute petite ville.

Cha qu'menche à mouvaer dauns les boutiques
No z-acate des bâoquets que no r'pique
Pouo l'trente du meis touot deit yête péraé
Puor passer l'arlevaée à la mé.




Juin  par Jean de la Py-Ouitte


A la Sante-Cllotille de flleur en bissoun
Moques à mié allaunt-et-venaunt à fouèsoun

Le syis Président Obama sus les pllages du débarquément vyinra
Et d'o noute Président oû Mémorial d'Omaha beach se rémouvera

Oumbliyi à janmais les gens de ses gens
Sérait coume eun russé sauns sourcins

Pouor avei bé artuché
I fâot mucreu et solei

À la Pannecouote byin de frâses no dente
À la trinitaé frâses no gllanne à pllen devaunté

Quaund oû sei le clloquetyi coache
Ch'est biâo lendeman qui s'acache

La vie duraunte est coume eune rose
Tire-z-en byin du calot et bâle-la

L'ouvrage ch'est paé eune dounaisoun
Ch'est la nourreture de l'humanitaé

Flleurs de reposouos du jouo de la fête-Du
Garauntissent de la vermène touos nous étchus

Le praé peut devenin eun frélaumpyi
Quaund ch'est qu'en chu meis i bâle ryin

Eune maisounette ryin qu'à sei
Vâot muus qu'à pusurs eun bé châté

Les vaques dauns les côtis rungent byin liement
La nyit d'aras le douet la ranne arprend sen vent

Eun berqui qui vâot quique ergent
Est pus à louer à la Sant-Jean

D'aveu eune fâocile d'ergent
No gavelote paé d'or des abatins

Été ardraunt bâle de byin louords frouments
Et bllé à gros quaund annaée de bunequênes

À la Sant-Pyire co turlusaunt sène de mâonaé temps
Ch'est tréjous l'aun s'acachaunt qu'ergentu séra le paisaunt




Juin  par Alphonse Allain


Pouorveu qui fèche biâo pouor les feins
Que no vourait byin rentraer sauns iâo.
Mais dé devaunt qué d'yête dauns les fenins
Ya d'auqueuns qui vount happaer câod.

Des houmes sount sourtis du prinseu
Se torchaunt la gouole du caun de la man,
I fâot beire dé devaunt que d'avei seu
Surtouot quaund le beire est gouleyaunt !

Ch'tu meis a des jouos de graunde maraée
Quaund l'ebbe lîsse la pllèche à l'étraun,
Annyi ch'est touote la maisounaée
Qui va bassiâotaer souos l's adents.

Les quenâles vount dénichi des ninds
Des ninds dé cônales et de jacaches.
Invectis i minchent braies et queminses,
Ya du câtu quaund i se racachent !

Juin est eun meis byin ouvrageus
Mais coume no l'aime quaund le cyil est blleu.




Mouai  par Alphonse Allain


Le meis de mouai ch'est le pus biâo meis de l'annaée.
A la caumpanne touot est flleuri.
Oh veire, coume jé pllains les villoués
Qui ne veient paé les poumis flleuris !

Par chu belle matinaée dé mouai,
Les éroundes merquent des raies dauns le cyil,
Cyil blleu grégi dé quiques nuaées,
Qu'eune fiselaée dé vent évâopile.

Des ménagires eun miot baveresses
Devaunt lus pouortes happent lé solé.
Ampraès des meis dé freid et de gllèche,
O débasotent coume des janesses !

Les crouésies de l'écouole sount ouovertes
No ouï les p'tiots chauntaer lus tablles.
Veire, oû meis de mouai ya paé de surguettes,
Byin souovent le teimps est reide aimablle.

En mouai fait cha qui te pllaît, mais . . . attatioun,
Quaund i s'yis met, mouai le dous, ch'est le pis dé touos !




Mai  par Jean de la Py-Ouitte


Le prémyi les amins du donjon et les syins d'Alfred Rossé
À Bricbé sus la pllèche du châté fêtent le lait de mai

En chu prémyi jouo du meis
Du muguet no-z-a graund chouès

Les viloués déboulent leus cités sitôt qui fait bé
Et tumbent ébésouis devaunt poulans ou hativets

Teurterèles conâles et âotes roumyis
Picotent les grans à mitan grésis

À crase de flleurs bâlent couleus à nous ruettes
Et à leisi bellement de senteus no glleume

Fraîche et rousaée de mai
beire oû poumi fein oû praé

Sants Servais, Pauncrèche et Mamé
À touos yeus nos erbroussent à l'hivé

Écoutaez byin les Sants de gllèche
Pour arpiqui vous pllaunts en pllèche

La creiture ch'est seu va liement
Mais y'a qu'eun renouvé l'aun

Muus vâot yête bé ouèsé de minsère
Quei dauns eune volyire yens ouèsé

Et si entyire la terre est noute gardin
Sauns leune ni solei no-z-est byin ryin

Si tu seumes tes peis à la Sant-Didyi
T'en engraungeras pllen ten ponyi

À Sant-Pyirre-Port en Guernesei le vingt-treis no se rassembllera
À Sant-Pyirre-du-bouès és Rouaisouns noute loceis du vi reprenra

Eune feis quei ch'est iâosous à Sante-Pétrounile
Fâora quaraunte jouors pou séqui nous guéniles

Pannecouote baille du fein ou byin le tolle
Pannecouote mucre fenaisoun de rouole




Mai  par Alphonse Poulain


Ch'est le meis d'mai, le biâo meis byin flleuri
Les p'tits ouésiâos chauntent ch'est eun pllaisi
Perquis ilo amount le bout des braunques
En c'te saison pou la jouée ryin ne maunque

Bllauncs coume des draps sount nos vuus poumyis
S'i fait bé c't'arryire i serount chergis
Cha nous fera de déquei revei dauns nous prinseus
Du pur jus nou liquera grâce à yeus

Les héroundes couent tréjous dauns leus nin
Le coucou nous éluge do sen lichouin
Le biâo solé nous câoffe cha fait du byin
L'ordure pousse les gardins fâot serclli

Dauns ryin de temps va falli fâoqui le fouen
L'hivé freid est parti déjà louen
Vite no serclle les bettes et les panais
Devaunt que de condyire les baêtes oû marais

Les villoués vount byintôt s'acaunchi
Dauns nos petits queminets vount raundouilli
Faire des bâoquets d'aveu nos belles flleurs
Et à hâote mé se bôagni tos en quoeu.




Avri  par Paulène


" I n'est si genti meis d'avri
Qui n'ait sen maunté de grési "
" Byin des coups, le meis d'avri est dous
Mais, quaund i se fâche ch'est le pire de touos "
Trop tardie, la leune rousse fait poue :
L'épène bllaunche pourrait en souffri.

Le graund sâo es bllounds queveurs échevelaés
Se mire dauns l'iâo cllaire de l'étaung.
I muche la trouite apeuraée
Bllottie sous eune chuque affleutaunte
Le pêquous, sus sa bauncelle, l'espère
Si en cas qu'o se laisserait distraire.

Touot semblle traunquille alentou ;
Pourtaunt, la vie ressourd de partout :
L'ouésé, veillatif sus sen nin,
Ecouote le coup du bé sus sen pouchin.
Perqui oû bouot d'eune braunque, le rébelot
Est à l'affût d'un ver touot petiot.

Les badolyis sortent leus doubllyis
Et les marrounyis out reverdi.
Dauns le gardin, touotes couleus mêlaées :
Tulipes, ravenelles et myosotis
Corbelles d'or et corbelles d'ergent
Roses cassis-flleurs et jâone boués-jaun.

Les vuus lilas se cauntent oû solé
No z-en est touot éberlusaé
" Dauns ch'té mouerie d'ouésiâos et de flleurs
Qui vous capelle touos vos bouonheurs
Cha vous déjuque dès oû matin "
Et no vourait que cha y ait paé de fin.




Avri  par Alphonse Poulain


De tcheu couop nous v'là oû meis d'avri
Déméfi-ous le premyi jouo de la surguette
En s'ardréchaunt sus le quemin reide fi
Eun peissoun amarraé à voute veste

No deit veî à mens que le temps dénote
La seiche, l'horphi, le coucou s'il est vi
Le temps s'écâoffe, no dit que cha avrillote
Âbres et bâoquets chu meis prennent du revi

Ch'est le moument que se démuchent les moriles
No sort pouo le prémyi couop les petits viâos
Le temps dous le vent no n'en veit paé eune rile
Sus le dos des petits bêtouns fâot paé d'iâo

Le temps passé çu meis no copait le vré
Pouor pllauntaer les pouneterres tardies
És maraées touos les gens suusaient la mé
En se racachaunt trachaient eun pot de fllies

Byin seur no z-a poue des drényires gelaées
Que les flleurs des âbres avoribles nerchissent
Et itou que les patates seient frisaées
No va en prêchi à noute minisse. r




Avri  par Geraint Jennings


Va, accabâssé d'plyies d'accraithes
par achies et par abantchies,
vaie vailer les g'zettes ès têtes fiéthes,
ès banques amièrties coumme lé fyi.

Tan jour ag'vé, un jour des coues,
avrôné, véthe, au mais d'Avri
quand tes finnances ont tchée souos l'fou,
tout tan démnîn au pilôsi.

Chu mais menteux, chutte leune à triques
t'èrcaûffe acouo d'vant t'êtrilyi.
Tes bantchièrs d'valent en marchands d'chiques,
en avalrague au mais d'Avri.




Avri  par Jean de la Py-Ouitte


À la partie de chu meis si no-z-acate nouvéle quérette
Sus ses pllaques les treis cats pourras paé tréjous mette
Sitôt nous déeus Normaundies coupllaées no ne seit

La miserette fait la fire et se décamuche
Mais ieune seule érounde fait brin le renouvé

Le vent à l'évaungile de Pâques flleuries
Se détouorbe paé dès messe finin
Mais ahoque les syins abrévaés de rêvailleries

Les mâles-biques artrouent leus répare dauns la falaise
Et vâot muus béquerelle allaitaunte que vaque délaitaée

La leune hâot-bllounde bâle ou brésile touot
Puchies d'avri announchent guère bouon-âot
Et touos vos défuullis paé d'eune neufile

Le coucou d'Afrique dauns le trige est de retou
Villis à voute nin rébelette bûnette et âote pitchou

Le paisaunt à retouo de temps évêque sa terre
À la Sant-Georges i quitte sen aveine et seume sen orge
À la Sant-Mar à déeus jours d'ouvryi ch'en est déjà tardi

Quei le meis seit iâosous ou pllen de ventaées d'essies
Pou la terre du laboureus ch'en est byin seû le pyire

Les cavaées et les jannyires dérivent de bouès-jans flleuris
Dauns gros de flleurs ch'est le paradis des môques à mié
De noute avenin et byin seu pou les pilaées de nous poumis

Pyiche paisanne deit paé coumptaer ses avriottes
Promais qué les écales seient touotes éclloses




Avri  par Alphonse Allain


En avri, n'déloque paé d'eun fi
Vâot mus paé, le meis est eun baise-dous.
Devaunt qué l'solé n'ait démuchi,
Touot est bllaunc-gelaé d'en parche nouos !

Les reboutures quémenchent à craqui
Les ouésiâos se crouèsent et fount lus ninds.
Ch'est lé renouvé, touot preind du revi,
Les quenâles s'ébraiholent dauns les quemins !

Les violettes se démuchent dauns les haies
Les pronioles crouessent oû bouord des caches,
En lâonaunt à leisi souos boués
No z-enteind les drényis couops de hache.

Cha teuque, drényis gainets de l'hivé,
Solé, baille-nouos eun miot de chaleu,
Pouor équerpi touos nous déhaits
Et bailli de la jôée dauns nous quoeus.

Lé jouo, oû sei mouoju la nyit
Les jouos ralloungent pétit à p'tit .




Mâr  par Jean de la Py-Ouitte


Oû jou de la fête de Sante Nicoulette
Commenche lé caunt de la querdrounette

La caumpanne se jore de rose de bllaunc et de rouoge
Les prémyis pouriouns announchent d'avoriblles annelages

La rousée est sus l'herbe et la nateure frémint
Et l'excaés de nige de mâr breule les tendrins

Taunt pus l'houme fait valit
Taunt pus sa terre doune profit

Le paisaun à sa terre à retouo de temps travâle
Et pyiche brit l'arfrétilloune oû désempare

Les nuaées sauns déroumpe s'ente suusaunt
Dauns eun cyil blleu sount le quœu du vent

Dauns les varvaquyires croassent les clloquetyis
Les tchu-terreus dauns lus praés cavent les couolyires

Le found de l'air est coupassous suret
Le corbin est sus sen nin à la Sant José

Quaund byin en flleurs est le pêchi
De même loungueu sount jouor et nyit

Si à eun enreit la poule caquette
O lâque sen œu à ieune muchette

No-z-acache pa lus cônes les bêtes dauns les bas-founds
Et oû feirage no prend les houmes sauns fâos-bounds

La fin du meis est oû renouvé
Et en entyi la caumpanne renait.

No baillerait touos les triges du mounde
Pouo les renouvés de noute éfaunce




Mâr  par Merlicoquet


Cha me dépure du naez
Tréjouos chaque annaée
Mais que no seit en Mâr
Je syis coume eun houmard
Je m'âote de ma houole
Lo ! à la raundouole

Jé ne sais pus qui faire !
Ch'est le temps oû renouvé
Mais moussieu le viquaire
Sé démente pouor mei
Sais-tu que ch'est lé Quérême ?
Vas-tu restaer de maême ?

Coumé de fait, nennin !
Je l'avais byin veu venin,
Et coume dé raisoun
Ch'est byin la saisoun.
Je vas doun à l'égllise,
Cha me servira de plise…

No-z-a dreit besein de cha,
A chu moument-là,
Dé se faire abyinaer
Pouor se déquerfouinaer
En chu biâo meis de Mâr
I n'est paé trop tard !




Mâr  par Alphonse Allain


Les mêlots sount oû bouord du nind
La mâovis soufflle dauns l'coupé de l'ourme.
Les pronioles grésient le bouord des quemins,
Le solé souos les nuaées se muche-mourne.

Les vaques ount artrouaé lus praés
Les quevâos dauns le cllos halent la querrue.
I fâot byin sumaer pouor l'étaé
Ya de l'ouovrage jusqu'oû pis pus.

Pouor les poures gens, que ch'est louong l'hivé,
Qui ne décessent dé tisounaer le féeu.
Le féeu de boués cha ne vâot paé le solé,
I z-ount hâte à eun miot de chaleu !

Ch' est graund l'heur qué Colin nouos grile
J'avouns des mènes dé déterraés.
Mais nennin je nouos faisouns paé de bile,
Lé renouvé va nouos récâoffaer.

Coume i fait biâo dauns nous hamiâos
I fait ni trop freid ni trop câod !



Mâr  par Marotène de Bllaunche Launde


Les braunques des âbres de fuules se jorent
Sus lus coupé quique ouèsiâos s'arposent
Halaunt l'écapette du graund hivé
C't hivé qui trâne et que no vourait lenreit pus veis

Il a fait pllèche à couop que no-z-éspérait
Les flleurs bâlent lus crouésies ségrètes
O vount mette lus pus bé affêtage
Pouo nous urs no gardera bé broque-nige

Déjà dauns le cyil d'âotes ouèsiâos volent
Touornicotent en rondaunches et même baliolagent
Les graundes nuées sount parties en viage
Le cyil voulaunt pus se muchi la nache



Mâr  par Paulène


L'hivé s'en va,
Ch'est mar que v'là

Gelaée, nige, grési, fortes ventaées,
De molli vount byin se démentaer.
Gardinyis, à vous outils !
Veire, rappel-ous : " tâle tôt, tâle tard,
Ryin ne vâot la tâle de mar. "
Nous graunds nous l'ount tréjous dit.

Dauns la bouone terre qui flleurit
Sumaer carottes et céleri
Pllauntaer ougnouns, échalottes,
Al et pounéterres " Bouonotte "
Pensaer és chives et surelle
Oû se posera la demouéselle.

" Oû jou dé la Sante Colette
Quémenche à cauntaer l'alouette "
Pinchouns, bochus et réblettes
Fount le raffût dès oû matin ;
Dauns l'herbe fraîche du courtin,
Trouent la mousse qui fera leus nin.

Ch'est le moument qué la mésangue
Fait sen nin dauns les peupllyis
La grive dauns le fourquet des poumyis
Le mêle à jaône bé querrie de la faunque
Et dauns l'épène ou dauns le hous
Muche muus lé syin que le coucou. (extrait de Rossel)

" Mar oû solé, annaée de mié "
Touot juste évilli, le bourdroun
Jonflle alentou des bouorgeouns
Fréquente liement le pissenlyit.
Pou la môque à mié : trop freid.
Espérouns la fin du meis.

Neire épène en robe bllaunche,
Dous minets et blleues pervenches,
Violettes, coucous, jâones prunioles,
Dauns eune rounde eun miot folle
S'évolent oû pâle solé
Pouor announchi lé renouvé

Aquevé le 19 de mar 2009 - jou de la Sant José



Mâr  par Alphonse Poulain


Le cyil est blleu, ch'est le renouvé
Dauns l'arlevaée le solé est hâot
La nature prend le pas sus l'hivé
Les mâoves touornient criaunt d'en hâot.

Les promioles flleurissent dauns les caches
Les mêles fount lus nin ras la mare
La mousse d'aveu lus bé enlachent
Pouor que no veige les mêlots de mar.

Le coupé des graunds peuplyis s'ardrèche
Et loche la tête du vent de su
Eun volyi d'étourniâos s'apprèche
Et se perque dans eun graund trumutu.

La breune du matin sort de terre
Et évâopile sen ridé bllaunc
Il est graund temps d'ouvri la terre
Pouor que le solé ente par dedauns.

Marchi, bûchi, qui différenche
Fâot tréjous filaer sen quemin
Ch'est le meis, i fait bé eune chaunce
Aquevaer sa jouornaée et dormin.