Souvenirs de la Gioterie       
        introduction        épisodes 1 à 5




1 - Yvonne et Rénée s'arsouovyinent dé lus jannèche

16/1
Yvonne : "Ch'est annyi, en juilet de 1981. Alors, ch'est Rénée et Yvonne qui vount vous racountaer lus petites histouères..."

Semanne 01 - Traire les vaques. La poue des gros bouordouns. Faire rentraer les bouorots et les ouées. Et les picots, ch'est l'ouovrage de Dédé. Il y suffit paé tréjouos. La Gioterie lus fait apos (nostalgie).

Yvonne : Te rappelles-tu quaund no-z-allait traire à médi ? No-z-avait poue des gros bouordouns qui volaient à l'entou des pattes és vaques. T'armets-tu de cha?

Rénée (en riaunt) : Ah veire ! Ah veire !

Yvonne : Dis-doun, no-z-allait traire oû médi, dauns le found du marais : ol 'taient tréjouos dauns le marais. Et pis qu'o venaient nous faire couori jusqu'oû pount et pis qu'i fallait ratouornaer jusqué souos la haie ? Et qu'no-z-avait poue des gros bouordouns ! T'arsouovyins-tu de cha ?

Rénée : Fallait en faire de la gymnastique dauns chu temps-lo !

Yvonne : Oh ! La minsère qu'no-z-avait ! Et quaund qu'i fallait quériaer les naviâos, no-z-avait paé mais biâocoup de bouon temps entre-déeus inetou. Et pouortaunt ! Te rappelles-tu itou, qué quaund que Dédé était mâovais, - il tait enco petiot, il tait biâocoup pus janne qué nous -, i fallait qu'i fèche rentraer les bouores et les ouées oû sei, et les picots, hein ? Rapport qu'il avait touot de même cha à faire. Quaund qu'il 'tait mâovais, no li disait : "Tu vas t'n allaer trachi tes ouées touot seu" ! Te rappelles-tu?

Rénée : Oh veire, je mé rappelle byin de cha. Chenna qué je m'arsouovyins byin itou, ch'est qu'i fallait qu'no fèche rentraer touot cha itou nous, quaund qu'i se mettait à pleure...

Yvonne : Ah ! Les picots !

dindon


Rénée : Mais qu'i se mettait à plleure, fallait qu'no galope és picots et qu'no fèche rentraer touot cha.

Yvonne : Ah ! Les picots. Paé les ouées, paé les bouorots, rapport qué yeus, il aimaient byin cha !

Rénée : Il éraient crévaé les picots si no les avait l'ssis dehors !

Yvonne : No fourrait touot chenna dauns le cllos, dauns la reminse. Mais veire, dauns la reminse, il étaient tréjouos là-dedauns.

Rénée : Mais veire, qui que ch'est devenun touos ches cllos-lò ?

Yvonne : Et quaund qu'no-z-allait trachi les bouorots d'aveu des gâoles, rapport qu'i se mettaient à l'abri ? I s'acagnardaient dauns des trous le loung de la rivyire : ch'est qu'i revenaient brin à la maisoun !

Rénée : Cha, ch'est seu que ch'est vrai. Yen avait eun fourbi dauns chu temps-lò.

Yvonne : Et mâogré touot, même d'aveu touot cha, no-z-érait byin aimaé y retouornaer.

Rénée : Ah veire ! No s'y pllaisait byin. Mais même, oû jouo d'annyi, si j'arvénais à dyis-huit auns, j'aimerais byin ratouornaer à la Gioterie, travailli à la Gioterie d'aveu mes frères et mes sœus…

Yvonne : Coume no-z-était ?

Rénée : Coume no-z-était !

Yvonne : Coume no-z-était ! Treize à table touos les jouors, qu'no-z-était. Oû départ. Ampraès, i se mariaient l's euns ampraès les âotes…

Rénée : Mais ch'est vrai. J'y retournerais byin, mei, à la Gioterie.

Yvonne : Ah! Mei itou !


2 - Les petits cochouns

24/1
Prononciation : les e sans accent sont des e muets, comme dans " casserole " en français de Paris ! petit < p'tit.

Rénée : Disouns-nous byin, no-z-avait nos parents, ch'était des gens, coume qui qué je té dirais byin ? Ch'était espécia noute famile.
O nous l'ssait faire importé qui : touos les gâs du pays venaient beire eun coup à la maisoun... Touotes les files... I venaient touos traire les vaques, et ramountaer les viâos, les siâos, et… Yvonne : Et quaund que no-z-avait des cochouns. Te rappelles-tu ? No-z-avait des copans-des copènes...

Rénée : Des nyits entyires à gardaer les cochouns !

Yvonne : No mouogeait des sâociches ryin qué quaund no gardait les cochouns, hein ?

Mei : Les sâociches, qui qu'i les faisait ?

Yvonne : Eh byin, nous. Tu sais, sus le matin, no rentrait à la maisoun. No tchuusait les sâociches sus le querboun, no-z-avait dreit és sâociches ryin que lo.

Mei : Cha durait-i byin lôtemps ?

Rénée : Oh ! Treis ou quate jouors.

Yvonne : Treis ou quate jouors, veire. No disait à moumaun : "Tu sais byin, fâot que tu penses à avaer des sâociches rapport que la coche va byintôt cochounaer". O perdait sen lait, ch'est coume cha qu'no s'en avisait.

Rénée : Ch'tait tréjouos à nous-âotes les files de gardaer les petits cochouns la prémyire nyit.

Yvonne : Ah veire ! Ch'était Dédé qui les cochounait...

Mei : Pouorqui la prémyire nyit ?

Rénée: La prémyire nyit, o cochounait, ol avait des petits cochouns la prémyire nyit…

Mei : Vos les guettaez paé mais byin lôtemps ?

Yvonne : Ah ! Chin jouors - chin nyits ! La prémyire nyit, ch'était nous. La déeusyime nyit, ch'était les gâs. Ampraès, ch'était co nous.

Rénée : La coche, tu sais, cha ya des petits cochouns byin à-coup (sans prévenir) : ieun, et pis eune heure ampraès cha, ol en a eun déeusyîme.

Yvonne : Ah, veire, ch'est loung !

Rénée : Ch'est touote la nyit qu'ol avait des cochouns ! Eune coche, ch'est coume cha. Alors fâot qu'no seit à côtaé. Fâot paé qu'no les laisse crévaer.

Yvonne : (à Rénée) - Veurs-tu byin guetti le micro !

Mei : cha va, cha va.

Rénée : Si jammais le vuus Breune avait veu que tu laissais crévaer eun cochoun, eh byin, men vuus, cha yérait ma touornaé, hein.

Yvonne : Tu sais, i fallait lus copaer le loumbrin !

Yvonne : Veire. I fallait lus copaer le loumbrin et lus nettier le naez d'aveu le deigt... Fallait les mette propes... (à mei) : Je vais paé te guetti rapport que cha me fait pensaer à prêchi trop coume i fâot ! Fallait les rappropriaer !

Rénée : Jé me rappelle eune nyit. No-z-a-z-eu eun cochoun qu'a crevaé. Eh byin, ch'tait paé ryin ! Rapport qué le vuus bouonhoume, quaund que tu te racachais (rentrais) à la maisoun oû sei : " - Combyin qu'i yen a ? " Bouon ! Si tu li avais dit qu'i yen avait chin, chin petits cochouns, et pis que tu té retrouvais d'aveu quate...

Yvonne : Mais veire...

Rénée : Fallait que tu le troues, le chinquyime, que tu li avais dit qu'il 'tait lò.

Yvonne : Mais d'aveu chin, la coche en redounait ieun, rapport qu'ol en a jammais dounaé ryin que chin.

Rénée : Nennin, eun coup, ol en a dounaé vingt-et-ieun !

Yvonne : Te rappelles-tu ? I nous avaient promins qu'i nous en éraient dounaé ieun… Le pus petiot. I nous avaient dit : "Lé petiot, cha sera pouor vous". Pouor mal faire, lé "petiot", la vuule l'a escoffiaé, la vuule coche.

Rénée : Et pis, noute père était paé byin dounaunt (radin). Yvonne : No l'érait paé-z-eu !

Rénée : Nennin, i nous l'érait paé dounaé. I te faisait de joulies promesses... Des récoumpenses, no-z-en avait paé. Travailli ! Travailli !

Yvonne: Ah cha ! Fallait travailli…

Rénée : Oh veire !

Yvonne : Oh ! Ch'est terriblle chenna.

Rénée : Qui que tu veux ? Ch'est cha les paysauns !


3 - La geniche cabochue
(La génisse têtue)

31/1
Yvonne : Te rappelles-tu itou : eun coup, no-z-avait eune géniche qu'avait vêlaé. Ol avait jammais vouleu qu'no la traie. Oh ! Men vuus ! O nous enviait des couops de pyid à pllen. Mais ch'tait sus nous qu'o tapait : ah ! des coups de pyid à pllen ! Alors coume Julot, li, i faisait de touot… Tu pouvais le mettre à faire touot : ch'est vrai, il avait de la tuche (1), Julot (2).

Alors, no li a dounaé le siâo, la castrole rapport qu'no les trayait dauns des castroles lé prémyi coup. Oh ! Men garçoun ! Ol l'a envié évalingui. Li, i yallait paé à regret rapport qu'no li avait fait des coumplliments d'abord. Ol l'a enviaé évalingui Julot, la castrole, touot. Va-t-en veî ! Touot en l'air... (Silence).

No-z-a étaé oblligis de la vende. No-z-a jammais pu la traire. Jammais !

Mei : Pouorqui ?

Yvonne : Rapport qu'o voulait paé.

Rénée : Rapport qu'ol 'tait indène.

Yvonne : D'abord... Magène byin... Et pis en pus de cha, o voulait paé, o voulait paé.

Rénée : Ol était mâovaise.

Yvonne : Ol 'tait pouortaunt paé invectie étaunt geniche. No la caressait coume no voulait. Rapport que no les préparait quaund même avaunt.

Rénée : Fallait byin.

Yvonne : Ch'tait le bouon temps.

traite bricquebec


(1) tuche : savoir-faire, intelligence. Synonyme : obiche ou ingamo : " Catherène : - Ch'est eune criyature qui vous embuure des menteries à démountaer l'ingamo des syins qui la counaissent paé ! Le juge de paix (dérouté) : - Hein ? Quoi ?… Qu'est-ce qu'elle démonte ?... L'ingamo ?... ". François Enault, Le vuus mâoroun (La vieille salamande).

(2) Julot est à gâoche dé debout eun verre de beire à la man sus la photo d'aveu la quérette.




4 - La messe

Yvonne : D'aveu la missioun ch'tait le bouon temps.

Rénée : Ah veire ! Coume tu dis. Le temps de la missioun ; cha ch'tait vrai, no-z-allait touos les seirs à la missioun.

Yvonne : No-z-aimait cha la missioun. Ch'tait byin, hein, les missiounaires !! No l'a veue eun coup dauns les neuv auns qu'no-z-était ilo ; yen avait paé touos les auns, t'en fais paé.

Rénée : Nennin, mais ch'tait biâo !

Yvonne : Ah cha, qu'no-z-aimait cha !

Rénée : No-z-allait oû sei à la missioun. Touos les dîmmaunches à la messe… Et touos les dîmmaunches à la messe, et touos les dîmmaunches à la messe…

Yvonne : No-z-allait à la messe rapport qu'ilo no veyait des gens. Âotrément no-z-en veyait paé dauns noute trou. À la messe, no-z-avait les copènes-les copans. Hein ?

Rénée : Ah veire. Je m'en rappelle eun coup. Fallait que j'âle coundire eune vaque oû toré (rire). Yavait louen à yallaer. Fallait allaer à Sant-Pyirre coundire la vaque oû toré, et pis mei je voulais allaer à la messe ! J'aime muus te dire qu'i fâot paé que les vaques courent... (rires) ? Quaund qu'tu veus les mette oû toré, i fâot brin qu'o courent... J'aime muus te dire qu'ol a couru ! Yvonne : Et ol a-t-i-z-eu le vé ?

Rénée : Cha, j'sais paé. J'mé rappelle brin si ol a-z-eu le viâo, mais je feus à la messe ! rapport que je mé sis racachie à l'heure pouor allaer à la messe. Ch'est quaund même eun peu raide itou cha, fallait le faire.

Yvonne : Ch'était paé de la dévotioun, ch'était paé chenna. Ch'tait pouor...

Rénée : Pouor veî touotes les copènes !

Yvonne : Pouor sorti. Pouor sorti. Mei, je me rappelle, no-z-allait és enterrements. Fallait paé en maunquaer ieun. Tu yallais à pyid. N'importe iyoù qué ch'tait. Ch'tait chaqueun sen tou… Cha, no-z-aimait cha, rapport que cha nous faisait eune sortie : quaund qu'yen avait ieune qui revenait d'eune enterrement, l'âote o mountait en hâot d'aveu lyi. O se déshabillait. I fallait se chaungi. Se chaungi entièrement. Annyi, mais que no sort, no reste telle qué no-z-est. Mais dauns chu temps-lo... Yen avait ieune, o revénait de l'enterrement, l'âote o mountait en hâot ; moumaun criait ! Cha, qu'est-che qu'o criait ! Rapport qu'no perdait du temps...

Rénée : Rapport qu'no perdait du temps mais nous... No prêchait des syins qu'ol avait veus : Juliette Lecounte qu'ol avait veue, Marie Hérâovile... N'importé qu'est-che...

Yvonne : N'importé qu'est-che ?

Rénée : Les copènes qu'no-z-avait veues... No racountait touot chenna qu'no nous avait dit. Qu'est-che qué tu veus ? No-z-avait paé byin de quei dire !

Yvonne : …Lé seu pllaisi qu'no-z-avait.

Rénée : Moumaun criait ampraès nous rapport que j'étiouns tréjouos en tran de prêchi.

Yvonne : No restait eune demin-heure dé par ensemblle en hâot. Te rappelles-tu Victouère, coume o nous engueulait rapport qu'no-z-était tréjouos dé par ensemblle, tréjouos ensemblle, parai… Lyi, ch'tait eune vuule garce ; (à mei) : "Men vuus, ch'tait eune vuule garce !" (Rires)

Yvonne : Fâot p'tête paé dire chenna. Des mots coume cha.

Rénée : Ch'est seu qué ch'tait vrai. O nous engueulait rapport qu'no-z-était touot le temps ensemblle, nous les déeus files. No racountait n'importe qui.

Yvonne : No-z-était de ses gens, no-z-était déeus sœus. No-z-érait dit qu'no s'était jammais veues.

Rénée : Ch'est paé criyablle, hein ?


5 - Les prémyis soulyis neus

Yvonne : Mais qu'no-z-allait traire, i fallait s'arposaer : ch'est qu'no-z-armountait touot le lait touotes les déeus. Ch'tait dauns des siâos, no-z-avait paé de quétoun.

Rénée : Fallait portaer cha.

Yvonne : Quaund no s'arposait, no prêchait. Coume si no s'était jammais veues, no-z-avait tréjouos quique seit à se dire ! (rires) Ch'est pouor cha qu'no s'entend byin !

Rénée : Qui pllaisi qu'no-z-érait-z-eu âotement tcheu nous ?

Yvonne : Je sais paé. ; no-z-allait és enterrements partouot. Oû Vrétot, à Bricbé, oû Vâodecie, partouot, partouot : ch'est coume cha qu'no counaissait les jannes.

Rénée : Partouot à pyid.

Yvonne (à mei): Ah dis doun ! Je sais paé si tu te rends coumpte mais allaer des Perques és Mouétyis à pyid…

Rénée: Dyis-set quilomètes à pyid ! Pouor allaer à ieune enterrement ! Et t'en ratournaer le sei.

Yvonne : Dauns de mâovais soulyis.

Rénée : Dauns de mâovais soulyis, veire.

Yvonne : (rires) Ah veire. Dauns des chabots-galoches ! No-z-avait des chabots-galoches !

Rénée : Ch'est pouortaunt vrai ! Hein.

Yvonne : (à mei) Des chabots, tu sais, qui lachaient, d'aveu des sumelles en boués. Le pyid, i frittait dedauns. I frittait... No-z-avait de grosses câèches (1), quaund même que t'arrivais à pllèche, t'avais des trous à tes câèches. T'en avais la hounte.
Oh ! Quaund que tu sentais qu't'avais-z-eu eun trou à l'arryire de ta câèche, tu marchais paé devaunt les gens !

Yvonne : La prémyire paire de soulyis neus ? La prémyire paire de soulyis neus, je les i-z-eus le jouo yoù que j'i coumeunié. J'avais jammais-z-eu de soulyis neus.

Rénée : Mei inetou.

Yvonne : Tréjouos des soulyis que des gens dounaient à moumaun… Et pis, je voulais des bottènes, tu sais, des bottènes d'aveu des talounettes dessous, des talounettes roundes qu'no vissait d'aveu eun vis. (à mei) : "T'as couneu cha" ?

Mei : Nennin.

Rénée: Oh nennin ! Il a paé couneu chenna !

Yvonne : T'as paé couneu cha ? Men vuus, mais que j'i enfilaé mes soulyis le jouor de ma coumeunioun et que j'i fait mes prémyis pas d'aveu, j'avais les gaumbes serraées dauns mes bottènes et je marchais sus les talounettes de caoutchouc. Holà ! Je mé demaundais co si mes pyids posaient par terre. Oh ! Noun, écoute.
Ah, je m'en rappelle de ches prémyis soulyis-lo !

(1) câèches : chaussettes hautes en laine (câoches est prononcé câèches en Centre-Cotentin).
A suivre...